Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bingo : on sait qui attaquer

Quand le poumon s'encrasse♪#

♫ça nous vient d'outre Alsace

Si tu n'respire pas bien♫

c'est la faute aux prussiens

Bingo : on sait qui attaquer

La presse (en fait "une" presse) se déchaine :

on connait le coupable.

Faut dire qu'on aurait du s'en douter.

150 ans que cela dure :

 

Tonton, si tu tousses,

Doudou, si tu mouches,

si tu craches tes poumons 

c'est la faute aux teutons 

Redoutable l'étude, parole de journal, 

Après Koch et son bacile,

Après le zyklon des années brunes

les micro-particules,

C'est encore un coup des allemands.

Vieille maxime bien connue :

Quand le teuton fume, le poumon trinque.

 

Pourtant l'asthmatique de Brême et celle ou celui de Paname ne seraient-ils pas solidaire ?

D'autant que la vérité nue est enfin révélée, le Monde le confirme, et au passage ridiculise ceux qui droit dans leurs bottes disaient que le nuage de Tchernobyl n'avait pas traversé la frontière :" la pollution fait fi des frontières nationales et les particules fines ne sont pas arrêtées par le Rhin." (édition Monde.fr de ce 18 mars).

 

C'est qu'en plus, la source est sérieuse : ce sont les Déroulède de la pompe à fioul, les Barrès de l'injecteur qui nous l'annoncent : "l'épisode de pollution aux particules fines que connaît la France ne devrait pas grand chose aux automobilistes hexagonaux, mais serait avant tout dû à... l'Allemagne". Un article des Echos, mais aussi du Figaro, posent ainsi la question.

 

Pourtant, si nos micro particules ont traversé la frontière et sauf à ce que les Allemands disposent de PGM (poumons génétiquement modifiés) les symptômes épidémiologiques devraient être les mêmes.

 

Or, au premier abord, ce n'est pas le cas.

 

A coup sûr, éole est un plaisantin coquin. Sur la France étant d'ouest dominant le petit futé fait un détour par on ne sait où pour nous apporter les fumées de Hambourg pour venir à Boulogne Billancourt.

 

Et nous ne sommes pas le 1er avril.

 

Par contre, pas un mot sur la libéralisation du transport, la suppression imposée du service public ferroviaire du transport des marchandises, la fermeture des triages, la casse des voies navigables.

 

Regardez la carte de leur UE : la France ressemble à une gigantesque porte de la chapelle où  s'enroule et scoubidouise un transit routier international qui représente 70% des trafics de l'IDF.

 

Regardez les immatriculations. ensuite, quand vous roulez, compter les camions et dès que vous arrivez à 30, dites cela fait un train.

Dès que vous avez 6 trains dites une barge.

 

Dès que vous croisez un Norbert Dentresangle rouge, dites 50 emplois délocalisés et 49 chômeurs (en intégrant le conducteur). Chez Willy Betz,  c'est aussi 50 emplois et en plus des chauffeurs sans droit payés comme ouvrier agricole sri-lankais et bossant comme une ouvrière de Dacca. Pour ne rien dire de ces hôtels de passe logistique qui grandissent en pleine campagne selon le théorème de l'éloignement maximum d'une voie ferrée, d'un port fluvial ou maritime.

 

30 "ND" ou "WB" font chacun un Aulnay subventionné par l'UE.

 

Mais comme le lobby du transport routier, du rond point des champs Elysée au portique de Bretagne, sont la clientèle, parentelle et chalandise des Echos et du Figaro, voila pourquoi ils les ménagent tout autant que le pouvoir les accompagne (voir la petite ceinture parisienne). 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article