Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Allo ? c'est qui (2)

Pavillons 

à 

insonoriser

Allo ? c'est qui (2)

Tout se perd ma brave dame.

La canaille ne sait plus où sont ses repères.

V'là t'y pas qu'alors que des p'tits papiers de Snowden nous apprenaient que la NSA avait installé des trémies acoustiques à drainer les messages circulant dans notre pays, la presse nous apprend qu'Orange, ce Brutus de France télécom dirigé par un Néron caché sous le Tapie, avait en lousdé filé des bretelles pour que ses abonnés à qui il doit,c'est dans le contrat (caractère de format 1.2mm d'une page qui en contient 80 000) confidentialité absolue sauf réquisition légale de la justice.

Alors là, Canaille le Rouge était déjà plus qu'irrité.

Mais en plus qu'il apprenne que les argousins légaux comme ceux de la DGSE qui le sont un tantinet moins se sont fait doubler (si on en croit les hurlements du licencié de l'Elysée à défaut de l'être en droit) par les plombiers de la Stasi pour écouter le type qui a réglé les bretelles du juge Courroye, on jouit à ouïr celui de la mise en place d'EDVIGE et qui a interdit la suppression des fichiers illégaux de la police, a fiché quelques millions de personnes avec son STIC, là, ça en bouche un coin à la Canaille.

Et Merkel, pourtant à l'époque pimpante militante chevronnée et reconnue de l'ex FDJ de cette partie orientale d'une Allemagne annexée sans référendum par la RFA, elle n'avait pas averti son pote ? Elle doit être complice !

Juste une question : si les juges n'ont pas le droit d'user des technologies permettant leurs enquêtes (un débat à avoir, les écoutes, La Canaille est par principe opposé) comment qualifier le droit d'installer clandestinement des caméras, des micros chez les gens, dans leur auto?

Et ce grandiose droit au watergate officiel de 2006 avec le droit de saisir sans avis d'un juge ce qui transite chez les opérateurs téléphonique ?

Vous ne savez pas comment qualifier cela ? c'est simple : cela s'appelle "lois Perben2" corédigées entre le garde des Sceaux et le ministre de l'intérieur de l'époque, un certain Nénesse de Neuilly alias Paulo Bistmuth pour les extra-légaux.

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article