Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A chaud, sur la tendance

la grève des urnes

cingle le PS

en pleine figure

 A chaud, sur la tendance

Il n'est jamais réjouissant de voir la droite marquer des points et par endroit la voir en piste décidée à montrer ses poings.

Non, pas réjouissant, même alarmant.

Mais ce qui quelque part fait plaisir, c'est de voir ceux qui ont consciement trompé le peuple, lui ont menti, ont fait des promesses qu'ils avaient décidé ne pas tenir, qui sont allé cirer les pompes du patronat se prendre une toise magistrale.

La sanction pour le PS est méritée. Ceux qui lui ont collé aux basques ou ont vécu et veulent vivre en amazones sur la rossinante vont aussi manger chaud.

Oui, ils ne l'ont pas volé.

Poussons le raisonnement et regardons les chiffres. Le f-haine ne progresse pas ou peu en voix mais explose en pourcentage par la grève des urnes.

C'est une expression de colères qui pour ne pas rester sans lendemain et ne pas laisser le terrain à la droite et son extrême de doit pas se penser à partir des états d'âmes des battus.

Une seule question : qu'est-ce qui donne des élus à l'extrême droite, fait monter les scores de la droite ? 

Dans toutes les villes sans exceptions où le f-haine progresse en pourcentage de telle façon qu'il gagne des élus même s'il n'emporte pas la mairie, partout où la droite sort les municipalités qui ne l'étaient que sur le papier , la responsabilité du PS est globale, totale et sans appels, renforcée par ceux qui ont privilégiés le mandat à l'écoute de la colère populaire.

Le gouvernement et le parti socialiste par leur politique ont  été les meilleurs agents électoraux des troupes brunes. Il faut le dire, leur hurler à la face jusqu'à ce qu'il en deviennent sourd.

Ils nous doivent des comptes.

De Mitterrand à Hollande, le f-haine est historiquement le pur produit du parti socialiste.Sa volonté de mettre en oeuvre les choix de l'UE, son zèle dans la casse sociale qui fait de Zapatayrault-Hollande en la matière les alter égo de Jospin-Chirac dans le champ des privatisations ont produit ce résultat.

"On" nous annonce un remaniement ministériel. Sans intervention active de la masse des abstentionistes d'aujourd'hui, cela ne changera rien.

Ce qui doit changer c'est le sens de la politique suivie.

En désertant les isoloirs les électeurs ont montré qu'ils pouvaient peser mais manifestement à entendre les hors-sol du PS sur les plateaux de télé , cette voie là n'est pas la bonne, en tout cas insuffisante. La grève des urnes montre le sens d'une défaite, certes, pas celui de la modification en profondeur du rapport des forces.

Mais à partir de cette expérience, il faut maintenant taper sur le bon clou. les vaincus et les vainqueurs de ce jour sont au service du patronat c'est donc sur lui qu'il faut taper sans épargner les précédents.

Ce n'est pas dans les urnes que cela se joue mais sur les lieux de travail. Et la grève, là sera beaucoup plus productive.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
&quot;Ce n'est pas dans les urnes que cela se joue mais sur les lieux de travail. Et la grève, là sera beaucoup plus productive&quot; <br /> Tout est dit dans cette phrase.
P
Slt Guy,<br /> Parfaitement d'accord avec ton analyse!<br /> Amicalement,<br /> Philippe BRODBECK