Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mettre à bas le système ? oui, le plus tôt possible

Un article de Guy Poussy :

"IL EST DISCREDITE.

A BAS LE SYSTEME CAPITALISTE"

Mettre à bas le système ? oui, le plus tôt possible

Pas besoin de se faire violence pour mettre en ligne ce texte tant il est ici partagé.

 

Comme un fronton, abritant les mots, La Canaille pose une phrase tirée d'un texte de Danièle Bleitrach. Quelques mots font un excéllent prologue aux propos de Guy Poussy :

 

"...quand les rapports de forces sont défavorables aux travailleurs, le reste suit... et c'est la régression, la débâcle..."

 

 

 

 

 

         IL EST DISCREDITE. A BAS LE SYSTEME CAPITALISTE

                                                                        Guy Poussy    Le 29 janvier 2014

 

 Le 44eme forum économique mondial de DAVOS vient de se tenir. 1500 grands patrons, financiers, et hommes politiques se sont retrouvés pour discuter de leur système- le Capitalisme et son avenir- Il faut être extrèmement riche pour participer à ce Forum. 52500 euros l’inscription par personne,* 114000 euros pour participer à toutes les réunions. Ces grands patrons ne viennent jamais seuls, et ils ne logent pas dans des gites d’étape. A la finale cette participation coute des centaines de milliers d’euros par personne. Il est curieux que les journalistes avident de scoop ne publient pas de telles informations.

 

A l’occasion du forum de Davos des chiffres ont été rendu public*Ils montrent au niveau planétaire l’accroissement des inégalités entre riches et pauvres.85 personnes détiennent autant de richesses que la moitié de la population mondiale la moins riche, soit 3,5 milliards d’habitants.1% de la population possède 46% des richesses mondiales, soit 110 trillons de dollars(milliers de milliards de dollars) 70% de la population mondiale vit dans un pays ou les inégalités ont augmenté. En Europe la fortune des 10 personnes les plus riches est supérieure à 217 milliards d’euros soit le total des mesures de relance européenne de 2008 à 2010. 70% de la population vit dans un pays ou les inégalités ont augmenté. Cet état des lieux atteste que la régulation du capitalisme cannibale préconisé par certains est une vaste imposture. Le système capitaliste reste intrinsèquement pervers, générant d’énormes inégalités entre les salaires de misère qu’il pratique, et les rémunérations pharaoniques des grands patrons, et des actionnaires des grandes entreprises. Avec le »management moderne » des entreprises, et la fléxibilisation du marché du travail, les conditions de travail sont devenues insupportables. Il faut être corvéable, et sans esprit de révolte. Cette situation conduit des femmes et des hommes à se suicider sur leur lieu de travail

 

L’expérience vécue en France montre que le pouvoir politique de droite, ou de gauche, soumis à la pression des institutions Européennes pratique une politique qui sert les intérêts du grand capital. Elle consiste à garantir pour les banques, et les actionnaires, la reproduction optimale du capital sur le dos du monde du travail , de la création, et de la jeunesse. En baissant la garde devant les marchés financiers ils ont endetté le pays, acceptant la loi du marché libre et sans concurrence, la lois des agences de notation, et des institutions Européennes. Aujourd’hui avec   « le pacte de responsabilité » le pouvoir actuel- camarade du patronat- continue la politique  d’austérité’ qui nous a conduit dans le mur. Cette politique alimente la démagogie de l’extrême droite et du FN.

 

L’avenir n’appartient pas au capitalisme, et à ceux qui le soutienne. Il produit d’effroyables catastrophes humanitaires. S’en débarrasser est la tâche de l’humanité à l’époque contemporaine Aujourd’hui  la construction du SOCIALISME à la Française devrait être l’objectif fondamental de toutes les femmes et les hommes de progrès. Après l’échec du socialisme qui fut instauré dans les pays de l’est, le socialisme à la Française devrait être autogestionnaire, marqué par une incitation systématique à la participation du peuple, notamment de la classe ouvrière à la gestion des affaires dans l’entreprise, dans la commune, dans toute la vie sociale, à tous les niveaux de l’état jusqu’à la direction de celui-ci. Pour ne plus subir la loi des plus forts une refonte des institutions actuelles est nécessaire. Il convient de mettre fin au pouvoir d’un seul homme élu tous les 5 ans .Elles doivent être proche des gens, l’esprit critique développé, le pluralisme des idées instauré dans les grands moyens d’information, la souveraineté nationale réévaluée afin d’en finir avec les politiques décidées ailleurs et par d’autres. Une France libre, non alignée, pacifique, amicale. Elle devrait contribuer à l’établissement d’un nouvel ordre international fondé sur la coopération et non sur la concurrence. Une véritable sécurité collective à l’échelle du monde est aussi à établir.

 

Sans attendre des jours heureux, l’imagination doit prendre le pouvoir afin de décider en bas, des revendications, des formes d’action qui renouent avec la notion de luttes collectives, qui lèvent les clivages entre fonctionnaires et travailleurs du privé, entre les générations. L’expérience que nous vivons depuis 2012 confirme que l’alternance politique ne recèle aucun effet magique. Le peuple doit redécouvrir une réalité. Quelque soit le Président de la République il devra lutter. En s’unissant dans l’action il est assez fort pour vaincre, faire prévaloir ses droits, hors et dans l’entreprise, pour décider de son avenir, construire une société nouvelle. L’ESPOIR EST DE CE COTE.

 

*Chiffres publiés par le NEW YORK TIMES

*Rapport de l’ONG OXFAM chiffres publiés dans l’HUMANITE 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Tout le problème est là c'est qu'il n'y en à pas (ou plus) et qu'il faut s'atteler à en fabriquer un.
G
Ok avec ce texte, mais quelle est l organisation ou le parti qui le defend?