Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Journée du 10 septembre et ses suites indispensables

Communiqué de la CGT et celui de la fédé des Cheminots

 

 

Journée d’action du 10 septembre

Une journée de mobilisation qui va compter !
mardi 10 septembre 2013

La mobilisation de 370 000 salariés dans près de 200 rassemblements et manifestations, ce jour, démontre que les salariés et une majorité de la population de notre pays refusent une capitulation face aux exigences des marchés financiers qui veulent affaiblir, puis détruire notre système de retraite par répartition. La mobilisation d’aujourd’hui vient confirmer les sondages d’opinion de ces derniers jours pour exiger une autre réforme. Elle contredit l’échec annoncé par les défenseurs de cette réforme.

Les salariés ne se résignent pas à la baisse des pensions et à l’allongement de la durée de cotisations.

Après des cadeaux au Patronat de 20 milliards d’euros sous forme de « crédit d’impôts emploi compétitivité » (CICE), de loi, dite de sécurisation de l’emploi qui sécurise les offensives patronales contre les droits et les salaires des salariés, une cinquième réforme des retraites en vingt ans s’inscrit dans la logique de l’allongement de durée de cotisations comme unique réponse à apporter.

Même si des propositions ont été prises en compte, comme la validation des années d’apprentissage et la création d’un dispositif prenant en compte la pénibilité, le projet de loi qui sera présenté le 18 septembre prochain au Conseil des ministres, doit être réécrit. Il demeure un projet injuste et économiquement inefficace.

Les milliers de grévistes et de manifestants ont affirmé que d’autres solutions sont possibles pour l’avenir. Augmenter les salaires, revoir les exonérations de cotisations sociales patronales et développer l’emploi… sont autant d’exigences à gagner pour financer notre système de retraite et de protection sociale.

La CGT va créer toutes les conditions avec les autres organisations syndicales et de jeunesse pour élargir la mobilisation dans les prochains jours.

D’ores et déjà, elle appelle les jeunes salariés à se mobiliser avec les organisations de jeunesse le 18 septembre 2013, jour du Conseil des ministres.

Montreuil, le 10 septembre 2013

©  P. Morel

© P. Morel

Ce 10 septembre 2013 avec plus de 180 manifestations recensées sur l’ensemble du territoire, les salariés du public et du privé, les demandeurs d’emploi, les jeunes et les retraités se sont mobilisés contre le projet de loi sur les retraites du Gouvernement.



Le Gouvernement, sensible aux sirènes libérales de Bruxelles, est dans la continuité des réformes régressives de 1993, 2003, 2008 et 2010, que ses membres, alors dans l’opposition, avaient combattues.

A l’heure où les grosses fortunes annoncent une augmentation de 25% de leurs richesses, où les bénéfices des multinationales battent des records, le Gouvernement s’obstine à répondre favorablement aux revendications du MEDEF et au monde de la finance. Il attaque une nouvelle fois les droits des salariés par, notamment, un allongement de la durée de cotisation.

Contrairement à ce qu’affirment la Direction de la SNCF, le gouvernement et certains médias, les cheminots sont bien concernés par cette réforme et ils l’ont fait savoir en participant aux manifestations et en s’inscrivant dans le mouvement de grève à l’appel de la CGT.

Près d’un cheminot sur 4 était en grève à la SNCF, ce jour, tous collèges confondus. Ils ont ainsi affirmé leur opposition au projet de loi gouvernemental injuste et inacceptable pour l’ensemble des salariés.

Les cheminots avec la CGT rejettent tout allongement de durée des cotisations, le mécanisme de la décote et la régression sociale des retraités.

Ils exigent :

- Un taux de remplacement (montant de la pension) à 75 % minimum du salaire de référence;
Pas de pension inférieure au SMIC (revendiqué à 1700€ par la CGT) ;
- Ouverture du droit à la retraite à 60 ans à taux plein pour tous (50 et 55 ans pour les cheminots);
- Départ anticipé avec pension complète dans le cadre de la reconnaissance de la pénibilité, validation des années d’étude, validation des périodes de précarité subie ;
- Retour aux 10 meilleures années pour le calcul des pensions du privé,
- L’abrogation des dispositions régressives des réformes de 2007 et 2010,
- Le retour de la péréquation.

81% des français sont inquiets pour l’avenir de leur retraite, comme le confirme les 18 organisations de jeunesse qui participent à ce mouvement.

Des solutions existent pour financer le système de retraite solidaire par répartition et notamment notre régime spécial. La CGT réaffirme que l’emploi et les salaires sont les deux leviers essentiels pour financer nos retraites, cela passe à la SNCF par :

- Une politique de recrutements ambitieuse de cheminots au cadre permanent pour assurer un service public de qualité et pérenniser le financement de notre régime spécial ;
- Une revalorisation générale de l’ensemble des salaires des cheminots permettant de porter à 1700 € brut le salaire minimum d’embauche ;
- Un plan de rattrapage du contentieux salarial à la SNCF par des augmentations générales ;
- La transformation de la PFA en véritable 13e mois pour tous ;
- La revalorisation des primes de travail, des gratifications de vacances et d’exploitation ;
- L’indexation des pensions sur les salaires.

La Fédération CGT appelle l’ensemble des cheminots à accentuer la mobilisation sur l’emploi, les salaires et pour une réforme des retraites de progrès social.

Montreuil, le 10/09/2013

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article