Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Zemmour restera-t-il sur les écrans de la TV du S.P. ?

http://i.msdn.microsoft.com/cc677198.FranceTelevisions(fr-fr,MSDN.10).jpg

 

Voici le communiqué de la CGT de l'audivisuel public à propos de Zemmour.

La Canaille partage totalement et il n'est pas possible de laisser les personnels du service public défendre seuls les principes de fond qui sont cadrés par les lois de la République. Le service public n'est pas la rédaction du Figaro qui se satisfait d'excuses à deux balles pour vite arrêter une procédure suite à des protestations vertueuses que les tribunaux par leur décision ont vite remis à leur juste niveaux. 

 


Zemmour condamné pour provocation

à la discrimination raciale 

Stop à l'immunité audiovisuelle !

 

Vendredi 18 février 2011, la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris a condamné Éric Zemmour pour provocation à la discrimination raciale à la suite des propos qu'il avait tenus sur France Ô en mars 2010.

Poursuivi par SOS Racisme, la Licra le Mrap, UEJF et J'accuse, Eric Zemmour avait justifié sur nos antennes les contrôles de police au faciès car, avait-il affirmé : « la plupart des trafiquants sont Noirs et Arabes, c'est comme ça, c'est un fait ». Il avait également justifié la discrimination à l'embauche car, selon lui, les employeurs auraient « le droit » de refuser des Arabes ou des Noirs. Un procès très médiatisé, même hors de nos frontières, puisqu'un article lui a été consacré dans le New York Times ce mois ci !

Le fait de lier les méfaits de délinquants à leur origine et non pas à leur marginalisation sociale marquée par la misère des quartiers ghettos, n'est pas acceptable sur une chaine de service public. Les délinquants se recrutent autant parmi les pauvres que parmi les très riches, comme pour la délinquance financière, à propos de laquelle on est bien discret sur nos chaines et qui pourtant à de graves conséquences sur la vie du plus grand nombre.

Durant toute l'année passée nous avons assisté impuissants à des dérapages successifs sur les antennes de France télévisions, qui n’ont été sanctionnés (quand ils l’ont été) qu’à l'extérieur de notre entreprise.

On se souvient des ricanements de Mme. Lucet face aux propos racistes tenus par Guerlain au JT de 13h de France 2, du déroulant stigmatisant une fois de plus les Noirs et les Arabes, sur une émission de Monsieur Calvi (avec condamnation du CSA), de l'utilisation de photos de salariés FTV issus de la «diversité» pour illustrer un sujet sur la délinquance…

Si nous ne voulons pas qu'un racisme affiché ou même rampant continue à pouvoir s'exprimer à France télévisions, il faut faire cesser l'impunité audiovisuelle, qui semble s'être installée dans cette maison.

Aujourd’hui M. Zemmour fait son fond de commerce et assure sa notoriété par des formules pouvant inciter à la discrimination et à la haine raciale et tout cela avec des petits sourires qui font froid dans le dos. Et pourquoi s’en priverait-il puisqu’on le laisse faire sur nos Antennes ?
Comme dit le vieil adage : Qui ne dit mot consent..

La CGT demande au Président Pflimlin de tirer toutes les conclusions de cette décision de justice, qui ne peut rester sans suite.

 

Un communiqué de la CGT France télévisions
Paris, le 21 février 2011

 

Outre le fond montrant un visage peu reluisant de certains silences des directions de l'audiovisuel public mises en place par le pouvoir, ce texte appelle deux commentaires :

Avant ou après les lois dites loi Gayssot les propos de Zemmour font parties de ceux qui sont réprimés par la loi et ne souffrent d'aucune banalisation. A ce titre les conséquences du jugement doivent être examinées sans faux semblant. L'annonce d'un pseudo comité de surveillance préalable qui lui serait appliqué à lui délinquant est une cote mal taillée pour lui et trop bien ajustée pour atteindre ensuite aux liberté : pourquoi avec cette mesure ne pas en encadrer d'autres qui ne sont pas dans la situation de Zemmour mais qui dérangent dans certains espaces ? Le pouvoir pouvant ainsi mettre un tour de plus au garrot installé contre la liberté d'expression. On a vu a Radio France avec avec l'affaire Porte Guillon comment ce garrot fonctionne.

Seconde idée : les salariés des services publics savent bien que dans leur statut, en application du code du travail, il est prévu la révocation pour condamnation infamante.

Cet article qui souvent a été utilisé pour engager des tentatives pour ce débarrasser de militants condamnés à des peines dites "infamantes", avec ou sans sursis après criminalisations des luttes sociales, perdrait-il sa valeur juridique dès lors qu'il devrait s'appliquer au conférencier recruté par l'UMP?

Deux poids deux mesures : acharnement contre les militants d'EDF-GDF, et combien d'autres et complaisance pour Zemmour.

Les faits en cause  chez celui que l'Huma appelle à tord un polémiste mais qui sur le sujet est devenu un délinquant (coucou fa#), condamné à une peine infamante pour des propos infâme, ce qui pour le moins constitue une faute lourde, autorise-t-il de s'affranchir des procédures disciplinaires cadrées par les codes, lois, règlements et conventions collectives applicables et appliquées à d'autres pour des faits qui n'ont pas eu cette gravité?

Un type qui professe de telles idées n'a pas sa place dans les espaces du service public.

A ceux qui s'interrogent, la haie d'honneur qui lui est faite par les fossoyeurs du SP suffit à montrer l'urgence de ne pas laisser banaliser ces faits.  

 

 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article