UE, BCE : assassins!!

Publié le 21 Juin 2012

 

 

Grèce. Des pharmacies impayées ne délivrent plus de médicaments

jeudi 21 juin 2012

A ceux qui en doutait encore voila où conduit l'UE et les votes publics ou discrets de tout ceux qui l'accompagne :

Dans ouest France de ce mercredi 21 juin. le négoce de l'industrie pharmaceutique connait la musique (reparquez les pubs. Ce sont pour partie des monopoles à base française qui balisent par leurs pratiques le chemin des cimetières):

Athènes. De notre correspondante

Rue Kiprou, dans Kispeli, un quartier populaire d'Athènes, il y a trois pharmacies. Panayota, 68 ans, atteinte d'un cancer depuis des années, les fait toutes depuis des semaines pour pouvoir trouver le médicament que l'hôpital Aghios Savas, spécialisé dans les traitements de cette maladie, lui a prescrit.

 

Mais rien à faire : elle ne peut pas l'obtenir. La mort dans l'âme, les pharmaciens refusent de le lui fournir... « Il faut que l'argent du médicament soit versé sur un compte », indique un pharmacien qui, d'habitude, avance l'argent pour le patient. Mais plus aujourd'hui. « Si je paye de ma poche, je serai remboursé dans plusieurs mois. Je ne peux pas tenir », explique-t-il.

 

Panayota n'a pas trouvé de solution. Elle pense aller chez Médecins du monde, sans certitude, cependant, de pouvoir être soignée. En attendant, ce sont ses enfants qui raclent les fonds de tiroirs. « Jusqu'à quand ? », se demandent-ils.

 

Crise humanitaire

Le cas de Panayota est loin d'être isolé. Depuis des semaines, les Grecs connaissent une réelle difficulté à se procurer certains médicaments. La presse grecque parle même de pénurie. Normalement, les assurés sociaux comptent sur les pharmacies pour les leur fournir. Ces dernières sont supposées se faire rembourser ensuite par l'État.

 

C'est là que le bât blesse. Le gouvernement ne paie plus. Les pharmaciens font grève depuis plusieurs semaines pour obtenir ces remboursements. « C'est fort, s'insurge Stavros, pharmacien dans le quartier huppé de Psychico. Nous sommes appelés à payer une TVA sur des médicaments que nous avons achetés et que l'État n'a toujours pas remboursée... » Les pharmacies demandent, au moins, que leurs dettes envers les impôts soient annulées à hauteur de ce que l'État leur doit. Jusqu'à présent, les négociations n'ont rien donné.

 

De plus, les sociétés pharmaceutiques ne veulent plus livrer certains médicaments onéreux. Et ne veulent plus faire crédit car elles non plus ne sont pas remboursées par l'État qui leur doit plusieurs millions d'euros. Mais elles livreraient les hôpitaux. Le gouvernement a promis un plan d'urgence le 1er juin. Les Grecs l'attendent encore.

 

Nikitas Kanakis, président de Médecins du monde, indique que « tous les jours, il y a de plus en plus de gens qui viennent chez nous se faire soigner ». Il parle même de cas d'adultes, et surtout d'enfants, qui n'arrivent plus à se nourrir correctement. « Cela entraîne des pathologies de stress, des dermatoses nerveuses, des ulcères », souligne-t-il. Vendredi, les médias grecs s'émouvaient du cas d'un enfant qui s'était évanoui en cours, à Heraklion (Crète), car il était sous-alimenté depuis des semaines...

 

Il faudrait ajouter les programmes de désintoxication suspendus, les vaccins que les parents ne peuvent plus payer ou les centres de maladie mentale qui ferment les uns après les autres... Nikitas Kanakis parle désormais ouvertement d'une « crise humanitaire dans le pays ».

Angélique KOUROUNIS.
La profession des pharmaciens qui partout sur la planète n'a que très rarement été à la pointe du combat progressiste dit refuser de servir "la morts dans l'âme". faudrait-il encore si la chose existe qu'ils en ait une et s'en servent pour combattre les causes de cette situation.
Ils l'ont peut être dans l'âme mais elle sert de chien de garde à leur portefeuille. Mais que dire de ceux qui persistent à défendre une construction politico économique qui fait se frotter les main aux entrepriss de pompes funèbres ?

Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #Coup de gueule

Repost0
Commenter cet article