Tunisie, l'avis de la FSM

Publié le 6 Février 2011

 

Des chiffres, des faits, des actes et la solidarité

 

http://www.tunisiawatch.com/wp-content/uploads/2010/06/Protest.jpg

 

La canaille à fait part des réactions (très timorées pour ne pas dire plus, volant ensuite le 25 janvier aux secours de la victoire) de la CSI puis de la CES au sujet de l'explosion de colère qui s'est transformée en révolution en Tunisie.

La FSM a aussi porté appréciation et fourni son analyse.

Pour porter appréciation, il est normal que chacun ait en main toutes les cartes d'autant que c'est dans ces moments que le besoin et la pertinence d'un syndicalisme international au côté des peuples en lutte se fait le plus sentir.

 

 Communiqué de la FSM sur la Tunisie 

21 janvier 2011

 

L’étincelle qui a mis le feu aux branches sèches de la rage du peuple de Tunis a été l’immolation par le feu de Mohammed Bouazizi âgé de 26 ans, le 17 Décembre à Sidi Bouzid. Le jeune homme étudiant en informatique a pris sa décision quand les autorités ont confisqué son gagne- pain de banc de légumes. Cette nouvelle a causé le soulèvement populaire qui a duré pendant des semaines et continue encore maintenant et qui a eu pour résultat le départ de l’Ancien Président.

 

La Tunisie est un des plus riches pays du Nord de l’Afrique. Un rapport récent du FMI mentionne qu’en 2010 le PIB du pays a atteint 4°/° comparé au 3,1°/° en 2009 et que la croissance économique a atteint 4,8 °/°,que les secteurs de technologie informatique et de l’industrie des hydrocarbures ont atteint 16°/° et 13°/° et que le taux du PIB annuel par personne est estimé à6,254 dollars; un des plus «acceptables» de la région.

 

Selon ce rapport la Tunisie est «l’économie la plus compétitive, en Afrique»et occupe le 40ème rang internationalement.

 

Sur les directives du FMI, la Tunisie a pendant ces 20 dernières années implanté un programme politique qui inclut : la privatisation des entreprises (plus de 160 ont été complètement ou partiellement privatisées), la vente ou la location d’un grand nombre d’hectares de terrain à des propriétaires privés.

12°/° du revenu de l’état vient du tourisme faisant de la Tunisie "la Suisse de l’Afrique du Nord" comme disent les médias avec 6 ports commerciaux modernes et 7 aéroports internationaux !

 

Cette politique a eu comme résultat l’enrichissement de Ben Ali et des membres de sa famille.

Le gouvernement tunisien a été un ardent support de la «guerre contre le terrorisme» que le gouvernement des Etats Unis a lancé, et a promu les affaires avec les multinationales américaines et est un partenaire de l’Union Européenne et particulièrement de la France(72,5°/°des importations viennent de l’UE et 75°/° des exportations partent vers l’UE et la France°.

Les supporteurs du régime de Ben Ali ont été, pendant toutes ces années, des syndicalistes bureaucrates.

Cette croissance va main dans la main avec le manque complet de liberté, la persécution des progressistes et de toute autre voix de contradiction, la pauvreté, le taux élevé du chômage, l’injustice sociale et les prix élevés des produits de première nécessité. 55°/° de la population a moins de 25 ans, mais le chômage des jeunes atteint 30°/°.Un jeune sur deux est sans emploi, bien que la plupart d’entre eux soient étudiants du troisième cycle ou ont le niveau de la maîtrise.

 

L’exemple de la Tunisie prouve que la croissance et la compétitivité ne va pas de soi, elles se font contre le progrès et le bien-être de la couche laborieuse et populaire, elles se font contre les droits sociaux et du travail. Les Etats Unis et l’UE portent une très grande responsabilité dans la réalité à laquelle le peuple tunisien a à faire face.

 

Pendant 24 ans le peuple tunisien a vécu dans une grande peur d’arrestations arbitraires, d’emprisonnement, de tortue et de différentes sortes d’abus. Jusqu’ici les Tunisiens se sont débarrassés du dictateur, ils auront encore à souffrir d’une autre dictature, plus forte et plus agressive celle des grands capitalistes, des multinationales et du pouvoir des institutions financières internationales spécialement laBanque Mondiale, le FMI et la Banque Européenne d’Investissement.

 

L’immolation par le feu du jeune homme a été la cause de la colère du peuple qui a grandi en sourdine pendant beaucoup d’années. Cette lutte est claire, pleine de promesses et d’espoir, elle prouve jusqu’à maintenant, qu’elle ne s’arrête pas en face des«manouvres» et des actions qui ont seulement pour but d’apaiser la colère du peuple sans apporter un réel changement de leur réalité, la lutte n’accepte pas «la démocratie des monopoles», le restant des membres de l’ancien gouvernement dans le gouvernement.

Malgré les balles de la police et les nombreux morts et blessés, la détermination des manifestants n’a pas faibli.

 

Cette lutte ne sera pas satisfaite avec rien de plus que la pleine satisfaction des revendications du peuple pour «la Dignité, le Pain et la Liberté», ils demandent de vraies solutions.

La Fédération Syndical Mondiale est au côté du peuple tunisien qui lutte, demande la satisfaction de leurs demandes, la libération immédiate de tous ceux qui se sont fait arrêter, l’arrêt de la violence de l’état.

La FSM appelle ses organisations membres et amies à exprimer leur solidarité avec le peuple tunisien et ses luttes pour un travail décent, la liberté et les droits sociaux et syndicaux.

 

L’appel et le slogan du 16ème Congrès pour une lutte«contre la brutalité capitaliste, pour une justice sociale et un monde sans exploitation» qui embrasse un mouvement syndical de classe dont nous avons besoin aujourd’hui.

 


 http://idata.over-blog.com/1/37/99/37/nous-sommes-le-pouvoir.gif

Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #Du côté des luttes

Repost0
Commenter cet article