Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Télex : spécial traîneau: les boulettes dont on parle moins

http://www.grainedesportive.fr/blog/wp-content/uploads/2012/01/renne-laponie-traineau.jpg

 

 

Déception pour ceux qui s'attendait à trouver des trace de sciures dans les boulettes de rennes d'Ikea on n'y a trouver que du porte rênes.

 


http://www.le-site-cheval.com/materiel/images/renes_allemandes1.jpg

 

Constat des syndicalistes : on parle plus haut et plus largement des boulettes d'Ikéa avec la composition des viandes que de ses délicatesses avec la justice et ses pratiques à la viande de corbeau pour traquer les syndicalistes.


Une sorte de configuration avancée des pratiques anglo saxonnes revisitées par la maison du vieux nazi suedois. Le lie suivant pour se rafraîchir la mémoire : Flikéa c'est ici


 Le juge d'instruction de Versailles Alain Gallaire a procédé, mardi 22 janvier, aux deux premières mises en examen dans l'affaire d'espionnage chez Ikea France. L'ancien responsable de la sécurité du distributeur de meubles, Jean-François Paris, est notamment soupçonné d'avoir collecté "des données à caractère personnel par un moyen frauduleux, déloyal ou illicite". Autre incrimination retenue à son encontre par le magistrat instructeur : "la divulgation de secret professionnel" et "la complicité de violation de secret professionnel". Sylvie Weber, qui fut l'adjointe de M. Paris et qui travaille toujours chez Ikea France dans le département "risque", a également été mise en examen mardi, quelques heures avant M. Paris.


Ces deux personnes, qui ont été placées sous contrôle judiciaire, se voient reprocher d'avoir recherché des informations sur les salariés et la clientèle de l'enseigne en dehors de tout cadre légal. L'affaire avait éclaté fin février 2012 à la suite de courriels révélés par Le Canard Enchaîné et par Mediapart. Ces documents pouvaient laisser penser qu'Ikea se renseignait sur les éventuels antécédents judiciaires de son personnel en faisant appel à des prestataires qui obtenaient eux-mêmes des données extraites de fichiers policiers et administratifs.


Comme quoi il y a boulettes et boulettes. Plus facile de communiquer sur le pâté d'alouette que sur la délinquance patronale

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article