Tandis qu' Aulnay est toujours en lutte, le Medef restructure son état major de bataille.

Publié le 19 Avril 2013

http://images.midilibre.fr/images/2013/04/13/des-salaries-de-psa-aulnay-ont-interrompu-le-conseil_560553_510x255.jpg

 

 

La Canaille vous redonne ici le lien du journal de bord de la CGT PSA Aulnay : lien CGT PSA.


Plutôt que commenter ce qu'ils disent très bien tout seul, Canaille le Rouge préfère braquer son projo sur un "petit" évènement qui s'est produit hier et qui concerne à la fois les grévistes de PSA mais plus largement tous les salariés de notre pays : le directeur des marques du groupe PSA ne sera pas le prochain patron du Medef.


 F. St Geours pourra donc continuer à gonfler le bas de laine chez PSA et casser les bases industrielles en France, réprimer les syndicalistes.Mais la matraque est réputée "Hollando compatible", vous allez voir plus loin pourquoi.

Voici les faits :

"Un seul tour aura été suffisant. Pierre Gattaz a remporté jeudi, et haut la main, la primaire interne à l'UIMM qui devait choisir son champion parmi les six candidats en lice pour la présidence du Medef. Par 149 voix pour, contre 69 à Frédéric Saint-Geours (l'actuel président de l'UIMM), le PDG du groupe Radiall a donc mis tout le monde d'accord. Frédéric Saint-Geours, qui s'était lancé tardivement dans la course à la succession de Laurence Parisot, a immédiatement reconnu sa défaite et s'est retiré de la compétition comme il s'y était engagé. «Je veillerai à ce que l'expertise et les compétences de l'UIMM soient totalement mises au service des entreprises pour répondre aux enjeux économiques sociaux auxquels notre pays sera confronté dans les prochaines semaines», a-t-il précisé. «Le conseil de l'UIMM a manifesté son soutien total et sa confiance à Frédéric Saint-Geours à la présidence de l'UIMM», a tenu à rappeler l'organisation aussitôt après les résultats." C'est dans Le Figaro de ce 19 avril.

 

 

Il n'y a pas qu'à la MedeFDT que se pratique le népotisme. Au Medef tout court, cela fonctionne aussi. Naïvement la canaille pensait que cela restait confiné à l'espace politique. Mais non, celui publique du monde économique entretient le sien.

 

Gattaz un nom connu dans le monde patronal, c'est le fils de l'ancien patron des patrons - son père, Yvon, a présidé le CNPF entre 1981 et 1986 –

 

Le père qui vient solennellement d'être décoré à haut niveau dans la Légion d'Honneur par Blummollet, certainement pour le remercier d'avoir aidé à mettre fin à l'hégémonie des communistes (ceux d'alors) en Seine St Denis pour y installer Bartolone avec quelques complicités de haut vol parmi les battus.

 

 Pourtant St Geours tenait la corde. Il croulait sous les couronnes que lui tressaient ses pairs qui ne tarissaient pas d'éloges :


 

"A 62 ans, Frédéric Saint-Geours président de PSA Finance. Le 5 janvier 2012, il succède à Jean-Marc Gales à la direction des marques6. Président de l'UIMM, il connaît tous les rouages de l’organisation patronale."


 

Il est aussi largement "hollando compatible" (sic). Ancien directeur de cabinet d’Henri Emmanuelli, cet homme de gauche (!) a un accès direct avec Blummollet,l'agriculteur Michel Sapin (voir : C'est pour y planter des Résineux ?), ou encore le "Hollando financier "Jean-Pierre Jouyet. Il avait acquis toute légitimité pour Diriger le MEDEF. Après le départ en catastrophe de Gautier-Sauvagnac de l’UIMM et sa gamelle aux basques avec la caisse noire de 2007, FSG réussi à maintenir la vieille dame survivante de deux guerres mondiales et de sa collaboration loyale et étroite durant la seconde. Il lui donne un lifting en faisant que pour la première fois "le président soit élu démocratiquement à la tête de fédération" (dixit Challenge qui à de l'expertise en la matière)," il porte une image de la modernité et le renouveau. Un de ses fers de lance fut d’ailleurs d’œuvrer pour la bonne gouvernance de l’organisation" (fin de citation).


 

Un candidat "hollando-compatible", au Medef ?...On ne s'en lasse pas.


 

Toujours en Puisant dans "Challenge" ou "le Figaro" ces reconnaissances qui avec le recul confine à l'enterrement de première classe concernant son passage à l'UIMM :

"Surtout, alors qu’elle était à terre après le scandale, l’UIMM a retrouvé toute sa splendeur. Petit à petit, la fédération a reconquis la plupart des postes clef au Medef. Jean-François Pilliard son numéro 2, a dirigé plusieurs négociations."

 

"Challenge" qui poursuit et cela devrait éclairer bien des syndicalistes dans la période :

"Preuve que la fédération n’a rien perdu en expertise, elle est constamment auditionnée par l’Elysée ou Matignon sur des dossiers aussi importants que le coût du travail, le chômage partiel, ou encore la compétitivité…On lui prête d’ailleurs d’avoir largement inspiré le rapport que Louis Gallois a remis au gouvernement en novembre dernier."

 

Bien sur, on réprimera un sourire rêveur devant le qualificatif d'homme de gauche. Ou bien alors à la façon d'un Sapin ou d'un Cahuzac pour situer géographiquement le porte feuille dans le costard ou encore pour pointer la fin de la pertinence du concept. Les deux idées ont leur légitimité et se complètent. 

 

Oui mais voila, le patronat veut encore plus pousser les feux et a choisi un autre cheval. Un maquignon matois ne lui suffisait pas il lui faut un équarisseurs. Le Gattaz junior, c'est comme les Bush avec un fiston moins stupide que le modèle made in US, mais tout aussi réac. Une sorte de Thatcher économique qui ferait passer la poutinette encore en fonction pour une ouvrière du textile en grève ou Merkel pour une social-démocrate (pour la seconde, quoique !).


 

C'est tout le sens du vote de l'UIMM : Pour la version 2013 des maîtres de forges, St Geours, efficace financièrement, n'est pas assez brutal avec les salariés de PSA. Mesurons à partir de cela, à l'expérience de ce que subissent à Aulnay nos camarades, combien la bataille qu'ils mènent va au delà du maintien du site industriel et de leur lutte pour leur emploi.

 

Nous sommes devant un redéploiement du Medef sur les bases d'une guerre de classe frontale où nous sommes l'ennemi à anéantir, ceux qui conduisent les luttes dans les entreprises étant les premières cibles à abattre.

 

Une guerre où le parti socialiste leur fournit les munitions.

 

 

Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #Nouvelles du front

Repost0
Commenter cet article