Suite aux propos avariés d'Onfray

Publié le 11 Avril 2013

http://img.over-blog.com/600x400/2/92/03/98/cotepic/CS6J7819.JPG

 

Vous êtes nombreux à relayer la p@ges de La Canaille à propos des propos de la buse des Buttes Chaumont, clignotant de la pensée.


D'autres connus ou inconnus, témoins ou (et) acteurs de la période (et donc beaucoup plus crédibles que votre calvieripracteur peut-être préféré mais alors moins pertinent) mettent en lignes des pièces indiscutables. 


Pour ne pas vous donner un sentiment d'invasion de vos écrans, mais devant l'impératif besoin de vous apporter les éléments indispensables pour réduire en poudre de perlimpimpin les pseudo arguments d'Onfray, La Canaille va grouper les envois.


D'autant que les témoignages qui suivent, s'il ne feront pas taire la concierge de la Kommandantur donneront de quoi éclairer ceux qui pourraient être troublés par les dorures que ses maitres ont cousues en parmenture sur ses oripeaux.

 

De François Kaldor, fils de Pierre Kaldor compagnon de chaine de P Sémard, Pierre avec qui la Canaille s'honnore d'avoir eu la chance de discuter en particulier de cette période (et d'autres qui montrent ce qu'étaient la place et le poids international des avocats de ce qui alors était un PCF)

Chers amis,

Une fois de plus les dates données font abstraction de l'appel du Groupe ouvrier paysan à Edouard HERRIOT de septembre 1939 qui a déclenché la répression contre les députés communistes en application du décret du 26 septembre 1939 l'interdiction de diffuser les mots d'ordres de la III eme Internationale.

Je vous indique que mon père a été arrêté le 30 octobre 1939 avec un texte repris par ARAGON dans les Communistes voir commentaires dans les tomesIII et IV de la Pléiade, où était écrit:

"a bas la guerre des riches, une seule force a fait reculer Hitler donc alliance avec la Russie pour la paix et abattra HITLER.

POUR QUI SE BAT- ON ? "

Pour mise au point

Amicalement.

 

 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/d/d8/Le_silence_de_la_mer_vercors.jpg

 

Du PRCF dont La Canaille, s'il ne partage pas toutes les réflexions, sur l'essentiel se trouve du même coté de la Barricade, ce rappel:

PRCF

Sur la question de la participation des communistes à la Résistance, je souhaite porter à votre connaissance les termes d’une lettre adressée le 11 février 1955 par le Résistant et poète Jean Brüller dit Vercors*, au Général de Gaulle, après la lecture de « ses mémoires ».

Il écrit : « En abordant hier soir la page 231, pourquoi a-t-il fallu que je retrouve sous votre plume les calomnies ordinaires que l’on porte contre les communistes.... car mon Général, je mentirais par omission en ne pas témoignant pour eux.

La première lettre que j’ai reçue, en août 1940, qui m’appelait à la Résistance était signée du communiste Jean-Richard Bloch. (Tiens d’après Onfray les communistes étaient contre les juifs).

 

La première réunion à laquelle j’ai assisté, en octobre 1940, chez le poète Arcos, s’était faite à l’initiative du même, accompagné du communiste Frédéric Joliot-Curie du communiste Wallon, du communiste Maublanc et du communiste Francis Jourdain.

 

La première revue clandestine fondée en décembre 1940 « LA PENSEE LIBRE » était une revue communiste et c’est sur ces cendres que j’ai fondé plus tard « LES EDITIOND DE MINUIT ».

 

Le premier organe clandestin des intellectuels résistants fut fondé en avril 1941 par le communiste Jacques Decour. Il y laissa sa vie.

 

L’un des tout premiers Résistants, que j’ai « pratiqué » qui fut arrêté presque sous mes yeux, puis torturé à mort, c’était le communiste Holweg.

 

La première grosse « affaire » découverte par la Gestapo fut celle du Musée de l’Homme, conduite par le communiste François Lescure .... et qui mena l’affaire du 11 novembre 1940 à l’Arc de Triomphe ».

 

Le 10 mars 1956, il répondit à une lettre que le Général de Gaulle lui avait adressé en ces termes : « C’est justement parce qu’il est évident que nos historiens futurs puiseront presque tout ce qui concerne cette période dans vos mémoires, que je me suis attristé d’y trouver une erreur historique qui risque de se perpétuer ................ Je ne parlais que du court passage (quelques lignes) où vous reprenez contre les communistes français l’accusation courante de s’être abstenus de la Résistance jusqu’à l’entrée en guerre de l’URSS.

Vous objectez à mon témoignage : c’était seulement quelques individualités. Mais c’est là justement que git l’injustice à leur égard ..... Cependant quel autre « Parti » a édité clandestinement une revue résistante dès 1940 ? Les radicaux, les socialistes, les modérés ? Quel « réseau » issu d’un « Parti » a fonctionné avant les réseaux communistes ? Penseriez-vous à reprocher aux autres ces longs mois passés à hésiter, à se chercher, à s’organiser ? ».

 

En ce qui nous concerne, nous ajouterons que le premier numéro de « LIBERATION » est daté de juillet 1941, le premier numéro de « COMBAT » ainsi que celui de « FRANC TIREUR » sont datés de décembre 1941, alors que depuis juin 1940 « L’HUMANITE » avait déjà publié plus de 90 numéros illégaux.

 

La part primordiale prise par les communistes, dans la lutte armée contre le fascisme et le nazisme et pour la reconquête de nos libertés.

 

Henri Noguères, Résistant, historien et ancien Président de la Ligue des Droits de l’Homme et qui n’était pas communiste, a écrit dans son livre édité en 1984 : « La vie quotidienne des Résistants de l’Armistice à la libération » 

«Je pense que c’est faire un injuste procès à un grand nombre de résistants et de faire insulte à de nombreux morts communistes que de propager cette idée reçue selon laquelle la résistance n’aurait commencé pour le Parti Communiste qu’au lendemain de l’agression contre l’URSS. 

Tillon à Bordeaux, Marcel Paul en Bretagne, Romagon en Champagne, Ouzoulias à, Paris, Lecœur dans le Nord et ce ne sont que quelques exemples parmi tant d’autres, ont regroupé dès 1940 tant de militants communistes dans la résistance active. Notamment en créant l’Organisation Spéciale (O.S.) qu’il n’est pas convenable ni simplement décent de prétendre, comme l’ont fait tant de mémorialistes à mémoire courte et sélective et tant d’historiens à vue basse plus soucieux d’atteindre leur objectif que de faire preuve d’objectivité, que seuls des communistes agissant à titre individuel ont participé aux combats de la résistance pendant toute la première année ....

Il est toutefois une supériorité que nul ne peut contester aux communistes : c’est la part dominante, déterminante, prise par la résistance communiste dans le domaine de l’action directe ... Ils ont été pendant très longtemps pratiquement les seuls à frapper l’occupant en multipliant les attentats individuels, les embuscades, les sabotages ferroviaires les attaques de locaux.

L’ensemble de la résistance, en reconnaissant par la suite la nécessité de donner priorité à l’action immédiate, rendra hommage à la tactique de guérilla à outrance préconisée par les FTP. ».

 

L’O.S . (l’Organisation Spéciale du Parti Communiste) a été officiellement homologué « unité combattante » par les services du ministère des armées en octobre 1940.

 

Les « FTP » Francs-Tireurs et Partisans ont été officiellement homologués unité combattante le premier mai 1941.

Ont-ils attendu l’invasion de L’URSS ?

 

 

Si nécessaire, il est évident que Canaille le Rouge compilera.

Le combat pour la vérité historique étant celui qui permet de construire solidement l'avenir.


*Vercor, fondateur des Éditions de Minuit, auteur de ce feu d'artifice qui éclaira le ciel à partir du profond de la nuit de cette Résistance intellectuelle se construisant que fut "Les silences de la mer". Pour Onfray,  toujours loin de la mer, cela sent sent la cague à marée basse au soleil d'août. Vite, de l'air

 

Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #la culture et les idées

Repost0
Commenter cet article