Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Servier (suite), décoration générique et la dépendance d'un clan.

 

 

http://images.lesechos.sdv.fr/archives/2006/LesEchos/ECH19752106_1.jpg

 

1 -Les faits, bruts de fonderie :

Une information en date de 2008 qui se révèle être fausse. Sa réapparition soudaine début 2011 inquiète suffisamment "Biogaran" pour que cette filiale de Servier ait mis en place une cellule de veille sur le sujet. Elle a constaté sur internet une forte inflation générée par l'association des termes "François Sarkozy" et "Biogaran". Le président de Biogaran, Pascal Brière, a appelé François Sarkozy pour le mettre au courant et lui demander de réagir." L'info générique (si on peut ainsi la qualifier).

2 -le moment

Ce retour de rumeur intervient tandis que l'affaire du Médiator éclabousse les autorités. Jacques Servier, fondateur du groupe, vient de se voir agrafer la grand-croix de la Légion d'honneur des mains mêmes du président de la République.

3- Les liens

Coïncidences, le cabinet d'avocats d'affaires auquel appartenait le chef de l'État a eu Servier pour client et Servier est membre du premier cercle des financiers de l'UMP. Quant à François Sarkozy, il est membre du comité exécutif d'"AES partners", qui conseille, entre autres laboratoires pharmaceutiques, Servier.

Mais en fait, au delà des rumeurs du point 1, les fausses confidences masquent les réelles connivences des points 2 et 3, ce premier point faisant écran les banalise : Biogaran est bien la filiale générique de Servier, Fa# a bien décoré Servier et la famille Sarkozy est bien sur les rangs pour capter les rentes de la dépendance instauré par le gouvernement comme un marcher disponible.

Qu'au nom d'économies en matière de santé, le même Président dans ses responsabilités successives ait travaillé à brancher la sécu, les mutuelles et leurs cotisants sur les coffres des fabricants de médicaments génériques dont Servier le décoré est un des leaders explique peut- être aussi pourquoi la présence de celui-ci dès le premier cercle des financiers du parti du président. La politique des renvois d'ascenseur.

Ce n'est pas la première fois qu'un avocat devient Président de la république. Mais qu'un ex avocaillon d'affaires accroche une décoration de la République qui n'en fini pas ainsi d'être dévaluée (la décoration et la République), au plastron d'un réac notoire barbotant au cœur d'autres affaires peu glorieuse, que ce président eu dans sa clientèle le récipiendaire, lequel décoré reconnu comme sachant la dangerosité de ses produits, soit notoirement estampillé comme finançant grassement l'appareil politique du décorant passe comme lettre à la poste.

Cela ne fait pas la une des journaux, et pourtant de conflits d'intérêt en république des Topazes il y a matière à dénoncer sans avoir besoin d'en inventer d'autres. Si cela fait grincer les dents dans des cercles relativement restreint, cela ne pose pas publiquement la question des multiples conflits d'intérêts et la mise en coupe réglée des outils publiques par le clan du président.

Cela ne retire rien aux visées du clan de Fa# sur les marchés de la santé via celui de la dépendance que comme le premier oligarque russe il travaille à institutionnaliser mais tant qu'on s'expliquera sur le premier point, le temps roulera pour mettre en œuvre les dispositifs qui font fonctionner les seconds.

Encore une fois nous sommes dans les arcanes du fonctionnement normal du capital.

Il faut s'en indigner mais ne pas ce contenter de cette indignation. Ce n'est seulement "casse-toi" ou "dégage" qu'il s'agit, mais de les débarquer eux et ceux qui prétendent être la relève pour en fait maintenir le système en place.

 

http://images.lesechos.sdv.fr/archives/2006/LesEchos/ECH19654132_1.jpg

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article