Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sauvons les Archives Nationales

 

http://www.linternaute.com/paris/magazine/photo/le-temps-suspendu/image/archives-nationales-229543.jpg 

La Canaille aura l'occasion de revenir sur la nouvelle tentative de Fa# de tordre l'histoire à sa façon. Mais d'abord, sans attendre, pas que par soutien même si déjà c'est important, réagir et faire connaitre l'avis des professionels de la mémoire. Lisez leurs arguments, ils emportent la conviction.

Toucher aux archives contre l'avis de ces professionnels de la conservation et les historiens, c'est porter atteinte à la mémoire. Cela ouvre la porte à tous les révisionnismes et toutes les instrumentalisations.

Je vous invite à signer et faire signer cette pétition : 


http://cgt.archives.free.fr/images/reun1.jpghttp://cgt.archives.free.fr/images/logok.png

Syndicat CGT des Archives de France-56, rue des Francs Bourgeois 75003 Paris 
mél:
 cgt.archives@culture.gouv.fr - tel: 01 40 27 63 33 - fax: 01 40 27 63 66

 

Appel pour sauver les Archives



NON A LA MAISON DE L’HISTOIRE DE FRANCE

22 septembre 2010

NON À LA MAISON DE L’HISTOIRE DE FRANCE AUX ARCHIVES NATIONALES !

APPEL À SIGNATURE

Lancé par l’intersyndicale
CFTC –CFDT – CGC – CGT
des Archives de France

Dimanche 12 septembre 2010, deux cent vingt ans jour pour jour après la création des Archives nationales, le président de la République annonce l’installation de la Maison de l’histoire de France sur le quadrilatère parisien des Archives nationales. Un communiqué du ministère de la culture et de la communication présente cette décision comme une chance pour les Archives nationales. L’analyse des faits et des discours montre qu’il ne s’agit que de contrevérités et de mépris.

Première contrevérité : la Maison de l’histoire de France saisirait l’opportunité d’occuper des espaces laissés vides, au cœur de Paris, en 2012. En réalité, les magasins en partie libérés des archives postérieures à 1790 doivent immédiatement après le déménagement sur le site de Pierrefitte-sur-Seine être utilisés à la conservation des minutes de notaires de la période 1885-1935, qui attendent depuis plusieurs décennies d’être mises à disposition des chercheurs. Ils doivent aussi servir à améliorer la conservation des registres du Parlement de Paris ou à la mise à plat des chartes scellées aujourd’hui pliées faute de place ! On nous dit que ce qui attend depuis longtemps peut encore attendre…. La Maison de l’histoire de France se construirait-elle au mépris de la conservation et de la communication des sources de l’histoire ?

Deuxième contrevérité : La Maison de l’histoire de France permettrait d’ouvrir au public les hôtels de Rohan et de Soubise ainsi que les jardins. Mais où croit-on que sont d’ores et déjà accueillis les 130 000 visiteurs annuels (hors salles de lecture) ? Les Archives nationales avaient programmé pour 2013 une extension considérable de l’ouverture permanente des bâtiments classés. En réalité, la Maison de l’histoire de France dépouillerait les Archives nationales de leurs missions culturelles : perte des lieux d’expositions, perte de visibilité.

Troisième contrevérité :le choix de ce lieu permettrait d’éviter un projet coûteux. La simple réhabilitation des bâtiments classés du site parisien était estimée par le directeur des archives de France, aujourd’hui directeur général des patrimoines, à 76 millions d’euros en 1999 (500 millions de francs). Ce montant ne comprenait pas de changement d’affectation. Et l’on nous parle désormais d’auditorium, d’espaces d’accueil du public, et de centre de recherches et de conférences pour… 60 millions d’euros !

Quatrième contrevérité : « Les Archives nationales auront toute leur part dans le projet ». Il y a 15 jours, le ministère de la culture annonçait une diminution d’une centaine de postes par rapport aux engagements ministériels antérieurs. Les Archives nationales voient leurs moyens et leurs locaux littéralement pillés ! !

L’installation de la Maison de l’histoire de France sur ce site met aujourd’hui les Archives nationales en danger. La réalité, c’est qu’on veut capter la légitimité symbolique conférée à ce lieu par son affectation de longue date aux Archives de la Nation.

Nous, personnels des Archives nationales, de toutes filières et catégories, administrative, scientifique, de documentation, d’accueil, de surveillance et de magasinage, métiers d’arts, ouvrière et technique, ne l’acceptons pas.

Etudiants, chercheurs, historiens, intellectuels, généalogistes, visiteurs, vous tous, citoyens, nous vous appelons à signer notre pétition adressée au Président de la République.

NON A L’INSTALLATION DE LA MAISON DE L’HISTOIRE DE FRANCE AUX ARCHIVES NATIONALES !

NOM :
PRENOM :
QUALITE :
ADRESSE :
SIGNATURE :

Les signatures seront portées au Président de la République par une délégation de signataires

Signatures à retourner avec vos noms, prénoms et qualité par courrier postal : Intersyndicale Archives, 56 rue des Francs-Bourgeois 75003 Paris
par télécopie : 01 40 27 63 66
par courriel : cgt.archives@culture.gouv.fr / cfdt.archives@culture.gouv.fr / cftc.archives@culture.gouv.fr

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article