Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"t'as été où en vacances, toi ?"

http://img.over-blog.com/428x278/1/40/46/97/cuba-si/01ed7bf80c.jpg

Colo de vacances d'Ivry 1929

 

Un gosse sur trois qui ne part pas en vacances. En 2009, sur  10  millions de scolarisés en primaire et collège, ce sont donc environ 3,5 millions de gamines et de gamins qui regardent partir les trains ou surveillent les embouteillages à la télé avant de jouer à Bison futé dans les escaliers.

Devinez où ils habitent majoritairement. Si vous ne le savez pas, demandez aux militants du Secours Populaire d’où viennent ces milliers de gamins qu'ils ont emmenés visiter Paris le 16 août.

Ce n'est pas une révélation : des banlieues de toutes les grandes villes, mais pas toutes les banlieues. Peu de risque de voir des gosses de Marne la Coquette ou du Vésinet dans les bus du secours pop', tant mieux pour eux. Par contre les ZUP, ZUS, les villes victimes des mises en friches industrielles par les délocalisations des grands groupes cotés en bourse et autres citée dortoirs voila le gisement des listes d'attentes.

Un séjour en colo de vacances revient en gros à 800 € par gamin pour 2 semaines (avant intervention des CAF et ou CAS). La colo, cette denrée en d'autres temps stigmatisée pour endoctrinement, massification  voir repère de pédophilie est maintenant en voie de devenir un produit de luxe dont sont exclus la majorité des enfants du pays.

En 1945 dans notre pays en ruine l'état finançait l'équivalent de trois jours par gamin qui, en ville, partaient massivement en vacances collectives ou familiales au point que la rédaction de rentrée à partir du CM2 jusqu'en 3ème avait pour sujet "vos vacances où estes vous allé et qu'avez-vous faits, très rare était dans les quartiers populaire la page blanche ou "je suis resté à la maison". Julien Lauprètre à raison de vouloir au moins permettre de dépasser cela…mais et ensuite ce n'est plus de solidarité qu'il s'agit mais d'attaque du château.  

En 1995 le montant de l'aide d'état les trois jours de 1945 revenait à payer un pot de yaourt par semaine. Et quelque soit le ou la ministre chargé de la jeunesse, ce montant  et ses 21centimes de francs d'alors n'a pas été revu à la hausse sous aucun gouvernement. Misère des budgets sociaux du pays tous tournés vers le soutien au capital contre le travail et les familles.

Avec les millions de ristournes et autres astuces fiscales de cette chère (c'est le cas de le dire) madame Bettencourt, combien de gosses à qui offrir la montagne, la mer ou ailleurs ?

En 2009, 280 millions d'€ de dividendes perçus par la co-probloque de l'Oréal selon le palmipède de l'info. Prix de la colo 800€ pour 15 jours.

Calculons et vérifions bien ce calcul. 350 000 gamins en vacances au moins 2 semaines! Vous ne rêvez pas 10% du privé de vacances mais près de la moitié en mettant dans le pot les financements public de la caf, des CE et CAS (tous issus de ces ordonnances sociales de la Libération qui n'ont pas été supprimées).

 Avec la totalité des sommes délestées du travail vers les coffres et lessiveuses des bénéficiaires du bouclier fiscal combien de ces gosses de partout resteraient  exclus du droit aux vacances? Aucun !

Ce serait donc qu'il n'y aurait pas de fatalité? Des solutions sont possibles? Et si ces milliers de jeunes qui passent l'été à soutenir les halls d'immeubles avaient la possibilité d'aller vérifier la limpidité des eaux du Cap Nègre ou la qualité de l'air de La Baule de Chamonix ou de Deauville? On n'aurait pas besoin de CRS dans les cités en tout cas beaucoup moins et on pourrait les remettre sur les plages à surveiller la baignade.

Bien sur les Zenvilégiatures du Cap Nègre, de Chamonix, La Baule ou de Deauville se sentiraient moins Zentre eux. Enfin une tentative de concrétisation des théories fumeuse sur la mixité sociale par ceux qui vivent dans leur bulle. Cette mixité frileuse sainement oxygénée par le brassage.

Histoire de confirmer qu'Albert Sarraut, ce radical socialiste de tous les gouvernements de droite d'entre les deux guerres et qui votera les pleins pouvoirs à Pétain en 40 avait raison : "le communisme, voila l'ennemi". Le leur.

Une raison suffisante pour persister à viser le communisme.

 

http://thumbs.dreamstime.com/thumb_318/12230747365kOcH7.jpg

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Tourtaux 23/08/2010 15:42



Personnellement, je n'ai pas sorti du calbot de l'été. Voilà des années que j'ai oublié ce que veut dire le mot vacances... faute de sous