Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Retraites complémentaires, diktat du Medef et réactions syndicales

http://ile-de-groix.info/blog/local/cache-vignettes/L500xH355/home-500-14e2c.jpg

 

Depuis que Blumollet leur a fait savoir que la porte était ouverte, le patronat se sent pousser ses serres, les becs s'affutent, les rapaces tournoient et s'abattent dans la brêche :

 

Gel des pensions de retraites complémentaires du secteur privé pendant trois ans ou sous-indexation sur l'inflation pendant cinq ans. Le Medef a présenté jeudi soir ses recettes austéritaires pour combler d'ici à 2017 le déficit qui se creuse des régimes Agirc (cadres) et Arrco (tous salariés). Avant de tout casser ensuite.

 

C'est ainsi que le résume l'Huma.


Manque une explication sur la cause de ces "déficits" avancés, dont le cumul des exonérations de cotisations sociales pour les bas salaires  et toutes les torsions des barêmes pour ménager le patronat qui se répendent comme huile de vidange sous carter fendu.

En bas de cette p@ge, le communiqué de la CGT publié dès avant que sa délégation ne claque la porte.

 

Bernard Lamirand, même soi nous nesomes pas forcément toujours d'accord en tout et sur tout, dans un de ses coups de gueule qu'il sait lancer, parle à juste titre de vol à l'arraché, voici en lien son papier (lien ici avec l'article de B.L.)


http://www.lunion.presse.fr/media/imagecache/article-taille-normale/protec/2010-09/2010-09-22/201009224c9973bbf2971-0.jpg


Interéssant de voir les réactions syndicales. Celle de la CGT et celle des autres OS leur façon dont elle se prépare à justifier leur dérapage à partir d'une sorte d'acceptation de la fatalité des choix.

 

 

Les réactions syndicales (tel que rapportées par l'Huma)

La CGT a qualifié ces mesures de "régressives". Sa délégation a quitté la séance avant la fin pour aller consulter les instances dirigeantes de la confédération. "On ne peut accepter ces mesures telles qu'elles ont été mises sur la table", a déclaré Eric Aubin, qui menait la délégation cégétiste.

Pour Jean-Louis Malys (CFDT), les dispositions proposées sont "déséquilibrées", parce qu'elles "portent de la même manière sur tous les retraités, sans tenir compte des plus modestes."

Pour Philippe Pihet (FO), "les efforts à faire sont conséquents et doivent être répartis sur les trois familles, les salariés, les pensionnés et les employeurs".

 

http://idata.over-blog.com/1/07/22/91/photos-2008-2/capitalist.gif

 

 

Le communiqué de la CGT du 23/11 (lien avec site CGT)

Négociations Arrco et Agirc

Le Medef veut faire payer les pensionnés et raboter les retraites
vendredi 23 novembre 2012

« Une grande partie de l’effort doit porter sur les prestations »


Prétextant de la situation financière dégradée des régimes, le Medef a clairement annoncé la couleur. Il a d’ailleurs indiqué que les dispositions avancées étaient « peu plaisantes »… Quelle élégance !C’est par ces mots que la délégation patronale a entamé la présentation de ses propositions pour les régimes Arrco et Agirc à l’occasion de l’ouverture des négociations.

La mesure phare consisterait en un gel des pensions pendant 3 années ou une sous indexation (1 point en dessous de l’inflation) pendant cinq ans.

Dans les deux cas, la perte de pouvoir d’achat s’élèverait à environ 6 %, en supposant une inflation moyenne de 2 %.

D’autres mesures sont également évoquées, en particulier pour durcir les conditions d’accès à la réversion.

Une autre mesure, un peu compliquée pour les non initiés, a également été évoquée : elle consisterait en un abattement de 10 % sur la part AGFF pour les salariés n’ayant pas atteint l’âge d’annulation de la décote, soit 65 ans porté progressivement à 67 ans et jusqu’à cet âge. Quand on pense que les initiateurs de telles mesures nous disent que le système est trop compliqué et que cela justifie une réforme de l’ensemble du système…

Ce qu’il faut en fait retenir, c’est une baisse supplémentaire de la pension.

Compte tenu du caractère très régressif des dispositions proposées par la délégation patronale, la CGT, qui avait fait la déclaration préalable ci-jointe, a proposé de suspendre la séance pour un retour vers ses instances. Le Medef a refusé. La CGT a donc décidé de quitter la séance, se refusant à engager les discussions sur de telles bases.

Des dispositions sont d’ores et déjà prises pour informer les salariés et les retraités de la situation.

Il apparaît très clairement que seule la mobilisation des salariés et des retraités permettra d’engager les discussions sur de toutes autres bases, plus conformes à leurs intérêts.

Montreuil, le 23 novembre 2012

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article