Quand passent les palombes ou à propos des pigeons.

Publié le 11 Octobre 2012

 

http://www.bloc.com/images_administrables/bibliotheque/grande/pigeon-ramier.jpg

 

 

D'abord noter que la caractéristique de ceux qui disposent de leur temps pour se dire représentant l'espèce est d'être du genre ramier. Ce qui somme toute, concernant les appeaux du Medef, est un signe extérieur de reconnaissance.


On ne verra que très rarement un d'entre eux à 2h00 du matin sur une chaine de montage mais Twitter n'a plus de secret pour eux. C'est l'originalité de la recette du pigeon chasseur.


Leur campagne médiatique s'inspire pour beaucoup de la chasse à la palombe :  

Le principe de cette chasse est immuable : il s'agit en manœuvrant des appeaux (ou appelants)- les pigeons en question- d'attirer les gogos de passage pour les faire se poser là ou le chasseur les attend, sur les arbres de la palombière, et soit ensuite de faire descendre au sol les oiseaux pour les capturer vivants au filet soit de les tirer mais de toutes façons les plumer.


Le but du patronat en chasse est donc d'imiter avec ces « appelants », qui sont des pigeons domestiques ou des palombes, des oiseaux en train de se poser, de se restaurer ou de se reposer dans le bois.

 

Dans le sud ouest, et si la configuration du bois s'y prête, on pourra trouver des palombières au sol mais sans filets. Dans ce cas, les chasseurs tirent simplement au fusil les palombes lorsqu'elles sont posées sur les arbres.


Notons que contrairement aux chasses ancestrales de Gascogne, les palombières sont ici dans le bois de Boulogne à deux pas du siège du Medef et quelques tables connues servent de sols ou sont tendus les filets et plantées les caméras de tir.


Pour nos pigeons d'ici, les Buildings de Bouygues et les tours de la Défense remplacent les pins résineux.


Pour appeler, sur conseil de leur agence de com, ils font comme tout patron devant une caméra, ils brassent de l'air et font du bruit.


Il faut un maître de chasse qui coordonne. La diane du Medef, dame Laurence est pour cela adoubée par ses pairs. Voila comment dame Parisot tente d'attirer le gogo sachant que les chaines TV sont des fils très solide dont le Medef dispose pour tendre ses pantes.


http://www.lefigaro.fr/medias/2012/10/10/aba009b6-12ee-11e2-9db3-61aa825d7077-493x328.jpg

Maitres de chasse en tenue de combat


Filets médiatiques ou fusils idéologiques, la chasse est ouverte. Et nos pigeons complices volontaires parce que pour partie chasseurs font un bruit d'enfer en battant de leurs ailes fiscales.


Le Medef reste cachés dans l'avenue Bosquet (cela ne s'invente pas) d'où il manœuvre et roule des mécaniques. La modeste "cabane" est au sol, d'une taille plus ou moins importante et très bien camouflée. Suivant la période, cette cabane et des installations associées est très variable et peut aller d'une dizaine d'appeaux avec ou sans sol, à une cinquantaine d'appeaux, plusieurs sols et quelques kilomètres de couloirs camouflés qui permettent aux chasseurs de se déplacer vers les studios de radio et télé sans être vus. C'est là que le chasseur roucoule et manipule un appeau pour imiter le vol de la palombe se posant sur le sol.


Mais les meilleurs rendements ne correspondent pas toujours aux installations les plus importantes…


Un travail élaboré dans le calme des bureaux à air conditionné. Tant que c'est sous contrôle, tout va bien mais qu'il y ait un tantinet d'échauffement et la dilatation aidant c'est la bulle à plume ou a finance qui explose ; spécialistes de la spéculation et de la vente des entreprises à la découpe,le statut de ces pigeons est à risque ? Pour qui ? Pas pour eux; pour les gogos qu'ils appâtent.


Les modèles de cabane évoluent en fonction des régions mais aussi techniquement pour pouvoir s'adapter en permanence aux "caprices" des oiseaux. A paris nombre de restaurant étoilés servent de sols, les appeaux pour attirer les gogos s'installant en terrasse.


Après son départ de la rue Pierre 1er de Serbie voici comment le Medef s'est organisé pour ses chasses :

Le quartier général : l' "oueytte" de Bosquet (qui veut dire "vue" en gascon- attention aux promesses)

 

C'est le poste de commandement, le centre vital et le poste de guet de la palombière un peu la salle des marchés. C'est une cabane plus ou moins grande, surélevée par rapport aux autres constructions, plus ou moins confortable où sont regroupées toutes les commandes des appeaux.


C'est le centre nerveux d'où Laurence la chef de chasse surveille l'arrivée des vols et manœuvre les appeaux par l'intermédiaire des ficelles qui aboutissent toutes en ce point stratégique. Il peut aussi coordonner les actions d'autres chasseurs positionnés dans d'autres cabanes plus ou moins éloignées qui possèdent eux aussi parfois des commandes d'appeaux.


L'architecte de notre palombière est un professionnel de renom, c'est lui qui a piloté le budget "com" de la campagne d'un certain Nicolas Sarkozy.


http://md0.libe.com/photo/461267/?modified_at=1349914613&ratio_x=23&ratio_y=13&width=476


Le poste de guet est surmonté d'un capuchon que les chasseurs abaissent lorsqu'ils aperçoivent un vol en approche. Il doit être correctement camouflé mais suffisamment "dégarni" pour que les chasseurs puissent suivre à travers l'évolution du vol, y compris à l'arrière du poste. C'est pourquoi certains s'installent sur un fauteuil pivotant pour rester tout le temps en contact visuel avec le vol. Le risque, vu la concurrence entre eux, est de voir ce siège devenir éjectable pour celui qui l'occupe.


C'est normalement le chef de chasse qui manœuvre les commandes et lui seul, mais dans ces palombières là, les rôles sont souvent partagés par les personnes qui ne se trouvent là pas par hasard et qui en ont l'habitude. En cas de litige faites confiance à l'UIMM pour rendre les arbitrages.


Les chasseurs élaguent tous les ans les arbres obstruant leur champ de vision et qui masquent l'arrivée des palombes. C'est ce qu'ils appellent un PSA (plan social d'accompagnement). En effet, pour pouvoir les "travailler" correctement, les palombes doivent être aperçues assez tôt.


Les chasseurs pour être efficaces disposent d'espion


C'est le principal allié du guetteur. C'est souvent un pigeon domestique ou une palombe conservée qui joue ce rôle. Placé devant la cabane à l'air libre, à vue du chasseur, cet oiseau est là pour signaler la présence de palombes ou de rapaces que le chasseur n'aurait pas vus. Il se manifeste en penchant la tête et en regardant dans la direction où il a aperçu quelque chose d'anormal. En cas d'urgence il émet un cri caractéristique entre tous on dit alors qu'il "chérèque".


Il n'est jamais interpellé par les petits oiseaux. Il est donc indispensable pour les vols de retour, les gogos isolés qui se posent seules et aussi les rapaces des banques tentés par les proies faciles que sont les appeaux.

 

Voila maintenant vous êtes équipé pour comprendre les codes de cette chasse ancestrale qui s'appelle guerre idéologique qui tente de faire du quidam de passage un gogo à mettre dans le sac avec les pigeons.


Ne vous laisser pas plumer, fuyez les filets et les lieux où ils sont tendus.

 

Et noubliez pas ces drôles de pigeon n'ont qu'un but : confisquer et se garder le fromage :

http://img.over-blog.com/300x225/5/17/78/96/roucoulons.jpg

Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #Pour réfléchir ensemble

Repost0
Commenter cet article