Quand l'ignorance sert d'écrin à la bêtise, le fascisme est dans son biotope

Publié le 22 Juin 2012

Le manuscrit du Chant des Partisans :

http://www.musee-legiondhonneur.fr/mlh/galerie/1024/75_Page-1-retouche---chant-par.jpg

 

Ci dessous la version enregistrée par Germaine sablon (soeur du chanteur Jean sablon  Le 30 mai 1943, elle chante pour la première fois "Le Chant des Partisans et l'enregistre pour le film de propagande Three songs about résistance (d'Alberto Calvacanti).

Engagée dans les FFL, elle poursuit la guerre en tant qu'infirmière avec la 1re division française libre en Italie et en France.


La part la plus visible de la droite aussi déliée d'esprit qu'un ormeau à marée basse vient de se singulariser à Bollène en faisant charger par sa police municipale les résistants et les démocrates qui chantaient le Chant des Partisan (qui a acquis officiellement le statut d'hymne à la Résistance). Cela pour la raison qu'il n'y aurait pas de lien entre le 18 juin la France Libre et ce chant qui comme une traînée de poudre deviendra le chant de la Résistance intérieure. 

Comme la maire de Bollène se pique d'être passerelle entre l'UMP et l'extrême droite et que parmi les siens d'aucuns prétendent s'inscrire dans l'héritage gaulliste, La canaille qui lui ne prétend pas à cette héritage se permet, comme si cela pouvait être nécessaire…mais, de démontrer comment fascisme rime avec négationnisme, crétinisme et esprit bas de plafond.

Bref rappel. (Celui ci est puisé dans une communication faite par le conservateur du Musée de la Résistance nationale à l'occasion d'un colloque sur les femmes et la Résistance et qui lui servira de matériaux pour contribuer à l'ouvrage publié par l'Humanité sur les figures de la Résistance.

Le chant des partisans est écrit par Anna Marly. Une femme au parcours extraordinaire, fille d'émigrés russe en 1917 connaît un nouvel exode en  mai 1940 qui la mène, via l'Espagne et le Portugal, à Londres en 1941 où elle s'engage comme cantinière au quartier général des Forces françaises libres de Carlton Garden. C'est là qu'elle compose en 1942 à la guitare la musique et les paroles (en russe) du Chant des partisans, qui est créé l'année suivante, toujours à Londres, sur des paroles françaises de Joseph Kessel et Maurice Druon. Surnommé « la Marseillaise de la Résistance », il devient immédiatement l'hymne de la Résistance française, et même européenne, à la fois appel à la lutte pour la liberté.

Druon et Kessel, le premier un fieffé réac et le second du même tonneau mais antifascistes et résistants, sont avec De Gaulle à Londres. Le lien 18 juin-Chant des Partisans se fait au travers de cette histoire n'en déplaise à l'âne bollène du Vaucluse

Devenu l'indicatif de l'émission de la radio britannique BBC Honneur et Patrie, puis signe de reconnaissance dans les maquis, le succès est aussi mondial qu'immédiat. L'idée de la mélodie sifflée est due à ce que, contrairement aux paroles, à la TSF, le sifflement restait audible malgré les tentatives de brouillage de la BBC par les Allemands.

Pourquoi cette haine de ce chant par les néo, péri, par, ultra fascistes ? N'est-ce pas parce que ce chant représente comme l'a dit Daniel Cordier (secrétaire de Jean Moulin à Lyon) "la République des catacombes", cette République en reconstitution dans la clandestinité après son assassinat du 10 juillet 40.

La République trucidé par tout ce que l'extrême rassemblait contre "la Gueuse" (et la complicité de ceux qui votèrent les pleins pouvoirs à Pétain). Cela explique le comportement de la droite bollénoise : les enfants de Pétain se retrouvent toujours sur les lieux de leurs crimes.

Le manuscrit original du Chant des partisans, propriété de l'État, est conservé au musée de la Légion d'honneur. Il est classé monument historique au titre "objets" par un arrêté du ministère de la Culture du 8 décembre 2006

 http://storage.canalblog.com/81/58/572410/64609017.jpg

 

Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #Mémoire et Histoire

Repost0
Commenter cet article