Programme du FN. Le mirage et l'iceberg

Publié le 1 Avril 2011

 

http://tpemiragesg3.free.fr/Images/inf_mirage.jpghttp://fifileroux.free.fr/photos/Images/1PPD060925-Iceberg.jpg

 

 

 

Combattre les idées du FN ? Sans hésitation et énergiquement. Lesquelles ? Toutes les siennes, les réelles, où que celles de son discours ?

Vieille pratique des fascistes de tout poil : utiliser le vocabulaire progressiste pour en discréditer ceux qui portent ses idées. C'est ainsi qu'Hitler se déclarait "national socialiste" (nazi), avait mis le mot socialiste dans son sigle le S –sozialistische- et le A-Arbeiter-de NSDAP Nationalsozialistische deutsche Arbeiterpartei, avec déjà cette préference nationale des travailleurs certes mais qu'allemand (D de Deutsche).

Un NSDAP qui était aussi socialiste que le balles qui assassinaient Rosa Luxembourg et liquidait physiquement les organisations ouvrières dont les syndicats à pleines fournées de camps de concentration inaugurés pour la circonstance.

Idem Mussolini en Italie qui inspira Déat venant de la SFIO et Doriot de la SFIC comme Belin et d'autres issus de la direction de la CGT. Les trajectoires à la Besson ou celle du syndiqué de Nilvange ne sont pas des nouveautés historiques. Ce qui est nouveau c'est la complaisance appuyée et publique de la droite gouvernementale avec les idées et ses poissons pilotes de ce courant historique de la réaction française.

Cette confusion voulue par les fascistes jusque dans la reprise des graphismes et couleurs de propagande qui permet ensuite 75 ans plus tard à ceux qui s'accommodèrent sans trop d'état d'âme d'un voisin de plus en plus envahissant de manipuler la putride idée de la confusion des rouges et des bruns. Venant de ceux qui laissèrent assassiner la république espagnole sous les bombes fascistes et qui applaudirent les accords de Munich c'est pour le moins plus qu'osé.

Durant des années le noir et rouge sombre de la propa nasillonnes cherchera à semer et entretenir le doute. Le bleu d'aujourd'hui adossé au souvenir de la milice (voir les chemises de nombre des plus jeunes du FN le 1er mai aux pieds de J D'arc) pointant d'autres ambitions plus grandes au 21ème siècle.

La méthode perdure ; aujourd'hui le vocabulaire du FN se prolétarise et se gauchise pour draguer l'électorat populaire. Combattre le FN conduit à devoir taper sur toutes les idées portées par le parti de la branche armée du capital (même et surtout si elles paraissent si dresser contre le capital) sinon vous êtes au mieux complice au pire un fasciste rentrée :

Principe du billard à trois bandes avec la première blanche "droite-autre" taper finement sur la seconde (droite-FN) pour cogner la rouge pleine bille.

http://www.clubs-billard.com/Annonces/Robert.jpg

C'est ainsi que le parti qui en 95 comme en 2010 éructait contre les grèves, contre les nantis, contre les "émeutiers à trainer devant les tribunaux", annonce défendre les services publics. Comme maintenant Le Pen le dit, défendre les services publics c'est faire le jeu du FN donc on ne défend plus les services publics ? Bingo coup double pour le MEDEF et ses droites et quel coup de main à tous les eurocrates de l'UE.

Si le FN dit non à l'UE, maintenant dire non à l'UE c'est faire le jeu du FN et ceux qui ont voté NON des complices des fascistes, la forfaiture de Versailles devenant un acte de courage. Si demain pour gagner des voix le FN dit il faut démocratiser la sécu, exiger la démocratisation de la sécu sera faire le jeu du parti des héritiers des cimenteries et des importateurs de travailleurs clandestins, être complice des réhabiliteurs de tout ces patrons collabos qui redressent la tête dans la période?

La mise en place de l'euro a été une catastrophe pour les économies des pays qui ont du s'y plier ainsi que pour le pouvoir d'achat de leurs travailleurs. Tous les économistes sérieux annoncent pour un délai très court une implosion de l'euro. Seules des mesures du type de celles imposées aux grecs, aux portugais ou aux irlandais peut retarder (pas supprimer) l'échéance. Vite ! Chœur des patrons du cac40 : "au secours le FN" et le chevalier brun déboule avec ses bannières "non à l'Euro". Et hop, ici vouloir dire non , vouloir la fin de la monnaie unique, revendiquer une souveraineté populaire et nationale est assimilé à un soutien aux idées du FN et à son nationalisme chauvin. A qui cela profite-t-il ?

Vu de très loin, collés sur les murs, les slogans du FN ressemblent comme deux gouttes d'eau à des revendications syndicales : on à même pu y lire "échelle mobile des salaires" (avec en tout petit –toujours- son ignominieuse préférence nationale). Le FN le dit donc on le sort des cahiers revendicatif pour que les patrons qui sont son principal bailleur de fonds et souvent les têtes de liste des fascistes aux élections ne soit plus gênés et continuent de s'opposer farouchement aux indispensables et urgentes augmentations de salaires ?

Si demain pour gagner les astrophysiciens au vote FN celui-ci annonce que le big-bang est la base de la création de l'univers faudra-t-il pour le combattre dire que l'école créationniste de Bush Palin et, dans l'UE, Fa# et tous le ramassis des obscurantistes de la droite institutionnelle sont dans le vrai pour donner des gages de démarcation du FN ?

Moins utilisé mais présente cette escroquerie intellectuelle fonctionne aussi de la "boule FN" vers la "boule autres droite" pour encore cogner la rouge : Rappelez vous comment l'organisation qui cultive le racisme anti arabe le plus forcené et l'antisémitisme le plus insidieux se présente comme le chantre d'Israël et de l'Arabie saoudite. Défendre les droits du peuple palestinien ferait de ceux qui y concourent des antisémites et des dénonciateurs de Riyad des suppôts d'Al-Qaïda ? Tiens donc c'est exactement ce que dit la droite, BHL et la très officielle association de soutien à l'armée israélienne.

L'union sacrée des droites se fait.

http://abbillard.wifeo.com/images/image-3-billes.jpg

Les passerelles entre le parti de la boule "droite-autre" et la "boule FN" se renforce au grand jour. Le FN, dans ses congrès, ses textes, ses déclarations, son programme que pour cela il a retiré de son site et de ses écrits, a toujours une ligne, un temps, un orateur pour évoquer le souvenir de Pétain. Pétain qui pour réprimer le syndicalisme de lutte avait promulgué la charte du travail (base du corporatisme social du FN) et décidé du mariage obligatoire des intérêts patronaux et ceux du travail portant la soumission des travailleurs. Cette année en octobre, on commémorera le 70ème anniversaire des premiers assassinats de ceux qui s'y opposèrent, les syndicalistes communistes désignés par le représentant du comité des forges ministre de Pétain idole du FN (et pas que de lui, le spectre est large).

La droite y compris en piétinant la mémoire des fusillés de Châteaubriant (dont Guy Moquet et ces syndicalistes évoqués ci-dessus) liquide les acquis sociaux avec aux manettes une kyrielle d'anciens du FN dont la brochette historique de ses fondateurs les Novelli, Longuet Devedjian, Madelin et combien d'autres (ministres anciens, actuels ou futurs), servant les interets et les choix politiques des dynasties des premiers cercles de l'UMP qui ont su et savent aussi ne pas oublier l'extrême droite moins officielle.

On voit mieux maintenant la stratégie des deux boules blanches et l'urgence de jouer avec la rouge pour sortir les deux autres de la table.

A quand la carambole finale ?

 

 

 

 

Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #Coup de gueule

Repost0
Commenter cet article