Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour ceux qui ne le savaient pas ...et surtout ceux qui faisaient semblant de ne pas le savoir

 http://www.irdes.fr/images/Graphiques/Grand/GraphMai10AccidentsTravail.gif

 

D'habitude, cela sort le 12 juillet au soir ou au matin du 14 aout.


A croire que l'attente de munitions franches pour les westerns de l'UMP laisse des blancs dans les paginations, cela sort presque en période de lecture normale.


Il s'agit d'un de ces maronniers ou ce sont les salariés qui sont marons et les patrons qui se garde le blé. 

 

Mais là ou cela prend tout son sel, c'est que le même jour se rédoule le rendez-vous annuel de la charité sociale où il est appelé à la solidarité de ceux qui ont le moins par ceux qui ont le plus, pour limiter les dégats des drainages et rétension opérés parfois avec l'aide des institutions.


http://img.over-blog.com/300x222/5/11/81/78/2012.JPG

 

Plus de la moitié des entreprises condamnées pour accidents du travail ou maladies professionnelles ne paient pas les indemnités légales dues à la Sécurité sociale qui subit un manque à gagner de 20 millions d'euros, selon une estimation du gouvernement révélée samedi 8 décembrPar le Parisien.


Lorsqu'un accident du travail ou une maladie professionnelle est imputable à une faute inexcusable de l'employeur, la victime a droit à l'indemnisation de ses préjudices.

Les sommes lui sont alors versées par la caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) qui se retourne ensuite contre l'employeur.


Mais, selon des chiffres fournis par le gouvernement lors du débat sur le projet de loi 2013 de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) – adopté lundi par le Parlement –, "dans plus de la moitié des cas (56 %), ces sommes ne peuvent être effectivement récupérées".


"OBSTRUCTION JUDICIAIRE"


Comment les entreprises s'y prennent-elles pour ne pas payer ?

 

Pour un quart d'entre elles, c'est en raison de la disparition ou de l'insolvabilité de l'employeur, était-il précisé dans le PLFSS.

 

Pour les autres, c'est "tout simplement en faisant de l'obstruction judiciaire et en contestant le moindre vice de forme ou de procédure de la Sécurité sociale", écrit Le Parisien.


En effet, "la reconnaissance de la faute inexcusable par le juge (...) n'empêche pas l'employeur de faire échec à la récupération des indemnités que la caisse a versées à la victime", selon le projet de budget, qui estime à "près de 20 millions d'euros", les sommes non recouvrées par an.


Le quotidien cite la société Eternit, fabricant de matériaux de construction,"condamnée à 320 reprises pour faute inexcusable sur son site de Vitry-en-Charollais (Saône-et-Loire)" et qui "n'a jamais versé les 14 millions d'euros dus à ses salariés victimes de l'amiante".


Pour remédier à la situation, les règles relatives à la faute inexcusable de l'employeur ont été modifiées dans l'article 66 du PLFSS 2013, qui permettra notamment "d'améliorer les moyens de recouvrement des indemnités arrêtées par le juge".


Le texte prévoit également que l'employeur ne pourra "s'éxonérer vis-à-vis de la caisse des sommes dont il est redevable" au motif que "la caisse n'a pas respecté le principe du contradictoire dans le cadre d'une procédure administrative indépendante".

 

Vous noterez la coincidence des chiffres : 20 millions de dettes patronales rien que sur cette première estimation liée aux AT et MP  (on ne parle pas des contestations patrobales  de pathologie nouvelles non encore inscrites alors que les médeciins ont établi leur réalité) et les promesses de dons au "téléthon" en baisse à cause de la crise. Personne qui à ce moment ne parle de prendre en compte les cadeaux fiscaux aux grands groupes votés avant hier à l'Assemblée Nationale.

http://img.over-blog.com/320x400/5/93/53/06/999/pROFIts-indus-pharmaceutique.jpg

Personne qui ne fasse le lien entre cette journ"ée de dupe quand les labo pharmaceutique liquide les centres de recherches alors qu'ils dégorge de profits par tout les joints de leurs écailles.


Le mot a quitté le trivial pour entrer dans le camp de la colère commune : du "foutage de gueule".


La sagesse populaire créée les mots dont elle a besoin pour dire le mieux possible ce qu'elle ressent.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article