Portugal : écoutez-voir , à se repasser en boucle

Publié le 2 Mars 2013

http://files.newsnetz.ch/story/2/0/7/20721577/3/topelement.jpg

A Lisbonne, le cortège des protestataires, fort de plusieurs milliers de personnes s’est ébranlé vers 16H00 GMT au son de la chanson "Grândola Vila Morena", reprise en coeur par les manifestants, la voix tendue d’émotion. 

 

Un cadeau que nous fait Jean (lien avec canempêchepasnicolas): le courage du peuple portugais.


Moment de Bonheur et de fierté d'être du même côté.


Aucune reprise de mise en page et le lien ci dessus si cela devait décrocher de ces p@ges.


Une seule question : va-t-on encore longtemps les laisser seuls avec les grecs faire face à la pression du capital ?


Bouleversant de plaisir d'émotion et d'espoir:


 

Samedi 2 mars 2013

 

Portugal : aujourd'hui, le peuple déferle dans les rues, rassemblé derrière la phrase :

« C’est le peuple qui commande », extraite de la chanson « Grandola », hymne de la Révolution des œillets 

Une manifestation de la CGTP le 16 février 2013 à Lisbonne.
A Lisbonne  plus de 800.000 personnes 
Par RFI

 

Des manifestations sont organisées à Lisbonne et dans le reste du Portugal, ce samedi 2 mars, à l’appel d’un mouvement de la société civile, contre l’austérité et la politique du gouvernement. Alors que les effets de cette politique se font attendre, la contestation grandit dans le pays.

 

Avec notre correspondante à Lisbonne, Marie-Line Darcy

 

Le mouvement « Que la troïka aille se faire voir (QSLT) » a organisé ce samedi des manifestations de masse qui ont rassemblé  plus de 800.000 personnes rien qu'à Lisbonne, et aussi dans 40 autres villes du pays.

 

Si les organisateurs se sont servis des réseaux sociaux pour mobiliser, ils refusent de se prononcer sur le niveau d’adhésion. En revanche des secteurs professionnels et la CGTP la grande centrale syndicale qui était dans les rues il y a 15 jours ont décidé de se joindre au défilé.

« C'est le peuple qui commande »

 Les organisateurs de la QSLT n’ont pas l’intention d’imposer de mots d’ordre, mais veulent rassembler derrière la phrase : « C’est le peuple qui commande », extraite de la chanson « Grandola », hymne de la Révolution des œillets en 1974.

 

"Grandola" est remise au goût du jour comme symbole d’une contestation grandissante, prenant la forme d’interventions ponctuelles et de désobéissance civile. Grandola devrait retentir ce samedi soir en fin de cortège pour dire « non » à l’austérité, et « non » aux politiques de redressement de l’économie imposée par la troïka de l’aide internationale.

"Seul le peuple ordonne

 

 

 

 

A Lisbonne, le défilé était d’autant plus important que de nombreux militants du principal syndicat portugais, la CGTP, y ont participé. Le cortège principal a également été rejoint par plusieurs "marées", c’est-à-dire autant de manifestations organisées par des enseignants, des professionnels de la santé, ou des retraités, parmi les plus touchés par les coupes budgétaires.

Même des militaires se sont joints au défilé qui devait se terminer vers 18H00 gmt sur la majestueuse et monumentale Place du Commerce qui donne sur le Tage.

 

Et nous, avec ou sns militaires, c'est quand qu'on y va ?

Pour sa part, La Canaille est prêt. 

 

Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #L'Utopie - çà se construit.

Repost0
Commenter cet article

roger colombier 03/03/2013 07:27


J'ai pris l'article. Oui, l'action et le débat pour faire bouger les choses. Pas le débat avec le gouvernement socialo-écolo, mais l'action et le débat avec le peuple, pour remplir les rues et
les entreprises de notre volonté de changement profond.