PGE ? Pour Gérer les Euros ?

Publié le 11 Janvier 2011

http://static.lexpansion.com/medias/15/zone-euro_83.jpg

 

PGE ? Pour Gérer les Euros ?

Cette information fournie par nos amis de Parlons clair-Polex


PGE, qu'es aco ?

Le « Parti de la Gauche Européenne » ou PGE a tenu congrès à Paris les 4 et 5 décembre. Petit événement, passé inaperçu des foules, même si c'est un Français qui en est devenu Président.

Cette machine bureaucratique a ceci de particulier pour un parti qu'il n'a pas d'adhérents individuels, ou de militants, mais qu'il est composé de 38 (!) partis adhérents, petits ou minuscules, venant de 24 pays de la petite Europe supranationale des 27.

Pour ceux qui en sont membres, comme le Pcf, c'est une bonne façon de recueillir des subsides de la dite « Europe », car, en contrepartie, le PGE, dans ses statuts, affirme son attachement à la construction supranationale.

C'est déjà un engagement lourd à porter, quand on sait que la dite Europe est, depuis sa création après guerre, destinée à faciliter les lois du marché aux capitaux, aux marchandises, aux hommes, en supprimant les entraves à l'exploitation que constituent les états nationaux, garants des conquêtes sociales. « L'Europe supranationale » a été dès 1950 celle des banquiers et spéculateurs, elle l'est encore et le restera tant qu'elle durera.

Les proclamations du PGE de construire « une autre Europe », sociale, relèvent de l'incantation et de l'escroquerie, alors que tous les gouvernements qui la composent imposent à leurs peuples des reculs sociaux sans précédent, sous l'égide du FMI, à commence par ceux, socialistes, de Grèce, d'Espagne, etc.

Une pétition lancée par le PGE ne créera pas plus la panique chez les gouvernants européens que les effets de manche de Sarkozy contre les spéculateurs.

D'autant plus que le but affirmé du PGE est de regrouper les partis communistes d'Europe, et des partis socialistes ou « ex-communistes » ou écologistes, qui y sont d'ores et déjà la majorité.

Ainsi, pour la Grèce, le pays qui mène les actions les plus fortes et tenaces contre les reculs sociaux, essentiellement grâce au Parti Communiste de Grèce (KKE), ce n'est pas lui qui représente le pays au PGE, mais une petite organisation d'ex-communistes qui ont fait scission sur une base social-démocrate, en liaison avec les syndicats européens « réformistes » de la CISL. Le KKE a d'ailleurs ressenti la tenue du congrès du PGE comme une provocation, parce qu'il se tenait à la même date et concurremment une rencontre des partis communistes et ouvriers en Afrique du Sud.

Les militants communistes français sont en droit d'être informés de tous ces faits. Ce n'est pas le cas jusqu'à présent.

FRANCIS ARZALIER

 http://lh5.ggpht.com/_-ywULpyWE2c/S-PTKik7o4I/AAAAAAAABrQ/YA1bxzdaoTg/9.jpg 

groupuscule à Strasbourg ou mouvement de masse, populaire et déterminé?

En gros les choix sont faits. Pour y voir encore plus clair, ce coup de projecteur dans les coulisses, pour y relever ceci :

« Je suis, pour ma part, l’un des militants qui participèrent à la fondation de l’ex-LCR après Mai 68, et j’ai appartenu à sa direction exécutive durant une trentaine d’années, occupant notamment la fonction de directeur de son hebdomadaire ou encore celle de responsable des relations avec le reste de la gauche. Mon camarade Patrick, aujourd’hui responsable des relations internationales de Gauche unitaire, a été l’un des dirigeants de la IV° Internationale et il fut l’un des principaux animateurs du réseau de la Gauche anticapitaliste européenne, un certain nombre d’entre vous l’ont connu à ce titre".

« La participation d’un courant comme le nôtre serait le prolongement naturel de notre insertion dans le Front de gauche en France. Je dirais même que, avec notre adhésion, si vous l’acceptez, l’ensemble du Front de gauche se retrouverait dans la Gauche européenne, ce qui ne manquerait pas de produire des effets positifs pour la préparation en France des combats européens qui s’annoncent dans la prochaine période, à commencer par les prochaines élections européennes. Cela dit, avec toute la modestie que nous donne notre jeune existence, nous pensons également que notre venue parmi vous pourrait enrichir d’un nouvel apport le travail que la Gauche européenne a initié. J’espère donc que vous accepterez notre adhésion. »

C'est de Christian Piquet fondateur de la LCR et ex dirigeant principal de cette formation. on voit ainsi comment sont fait les choix.

Ite missa est. 

Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #Nouvelles du front

Repost0
Commenter cet article