Passé au profits et pertes...pour le bonheur des profits ?

Publié le 27 Août 2012

http://img.over-blog.com/500x473/4/13/05/88/AFFICHES/Carte-du-non-au-referendum-2005.jpg

 

 

"Près des trois quarts des Français (72%) déclarent souhaiter l'organisation d'un référendum sur le traité européen instituant la "règle d'or" d'équilibre budgétaire, selon un sondage CSA pour l'Humanité à paraître ce lundi 27 août".

Évident qu'en cas de référendum Canaille le Rouge non seulement s'opposerait à cette règle d'or pour toutes les raisons exposées à longueur de ses p@ges depuis 2005 mais de plus ferait campagne active pour que ce refus triomphe.

Pour autant cela ne peut pas ne pas interpeler tous les républicains, tous les démocrates :

Les français ont déjà dit non.

Aller revoter revient à avaliser la forfaiture et blanchir les forfaits.

C'est quelque part institutionnaliser en France les pratiques imposées à d'autres peuples de l'UE que l'on fait et refait voter jusqu'à ce qu'ils se lassent alors que leur premier vote disait clairement leur opposition.

Disons le clairement si manif il doit y avoir, le terme premier ne devrait-il pas être l'exigence du respect du vote du 29 mai 2005 ?

Le Monde écrivait alors :

"Selon les résultats définitifs fournis par le ministère de l'intérieur, le non au référendum sur la Constitution européenne obtient 54,87 % des voix, contre 45,13 % pour le oui. L'abstention s'élève à 30,26 %. 

"L'Union européenne va continuer à fonctionner sur les bases des traités actuels", a dit le président Jacques Chirac, peu après l'annonce des premières estimations. Il a assuré qu'il entendait défendre les intérêts de la France au sein des instances européennes "en tenant compte du message des Françaises et des Français".

 

Les choses peuvent-elles être plus claires ?

Revendiquer de revoter sur le même sujet est même un moyens de décrédibiliser le suffrage universel, c'est même le principe juridique fondateur du droit républicain de ne pas revenir sur la chose jugée qui est ainsi battu en brèche permettant une attaque nouvelle à la souveraineté.

Au moment où, comble de duplicité, Fanfan Blumollet annonce passer par le débat parlementaire alors qu'il disserte sur la souveraineté devant les Résistants acteurs de la Libération de Paris, exiger le respect du résultat de 2005 n'est-ce pas là la question de fond.

Ensuite les voix référendaires peuvent être utilisées pour préciser comment s'extirper du piège où le capital et ses séides ont entrainé la France depuis un demi-siècle, pour construire démocratiquement les institutions d'une sixième république qui est de plus en plus indispensable pour que la pleine souveraineté populaire puisse piloter la marche du pays.

 

Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #Nouvelles du front

Repost0
Commenter cet article