SNCF- IBM : piteux qui comme Ulysse, quand Pepy déménage ; ou les risques d'un bug annoncé

Publié le 27 Mars 2010


L'informatique ferroviaire. Elle est présente partout de la conception à la réalisation du trafic (installations fixes;matériel moteurs et remorqués exploitation) en passant par son organisation physique, la modélisation de sa sécurité et son contrôle.

http://www.securite-ferroviaire.fr/fr/modules/actualites/photos/67/bureau_veritas.jpg

Trouvé sur la toile :


"Tous les informaticiens de la SNCF appelés à faire grève le 1er avril

Par ZDNet.fr, publié le 26/03/2010 à 18:01

Prestataires et cheminots sont invités à cesser le travail durant 24 heures pour dénoncer Ulysse, la co-entreprise créée par la SNCF avec IBM. Pour les syndicats, Ulysse se traduira par l'externalisation d'emplois en Inde et la perte de la maîtrise du SI.

Malgré la date retenue, le 1er avril, les syndicats (CGT, l'Unsa, Sud Rail et la CFDT) n'ont pas adressé une plaisanterie à la direction de la SNCF, mais déposé un préavis de grève, des plus sérieux. Annoncé sur un blog le 25 mars, l'information a été confirmée officiellement par les syndicats.

Le préavis couvre l'ensemble du personnel informatique de la SNCF, y compris les prestataires conviés à participer au mouvement. La grève vise à dénoncer la création d'une co-entreprise avec IBM, Ulysse, dont la finalité est d'externaliser un certain nombre de projets informatiques.

L'objectif de la SNCF est ainsi de réduire ses coûts. La politique d'externalisation de l'informatique passe toutefois mal en interne. Les salariés craignent notamment qu'IBM ne délocalise certaines activités dans des pays à bas coûts de main d'oeuvre.

Un projet mis en place par la direction sans information auprès des salariés 

Outre les risques pour l'emploi en France, les syndicats insistent sur le danger pour les données confidentielles et les processus métier de l'entreprise. Selon l'intersyndicale, Ulysse signifie la perte de la maîtrise du système d'information, un « élément clé de l'efficacité et de la sécurité du système ferroviaire. »

Interrogé par Europe 1, Hervé Judici de la CGT s'indigne. « On n'est pas passé de la vapeur au TGV par hasard. Ce sont des informaticiens qui ont développé tous ces systèmes depuis au moins 40 ans. IBM, on les considère comme des prédateurs voraces. Ils vont capter des compétences professionnelles, infiltrer des réseaux, ce qui leur permettra demain de livrer cette informatique, voire de la vendre »

Pour le personnel informatique de la SNCF, il s'agira de la deuxième mobilisation depuis le début de l'année. Le 3 février, 65% des employés de la DSIT (direction des systèmes d'information et télécommunications) avaient cessé le travail, alors qu'en général les mouvements de grève ne sont suivis que par 5% des membres de ce service.

           Et si Ulysse passe mal auprès du personnel, c'est en raison de                  l'absence totale de concertation dénoncent les syndicats. Difficile              dans ce contexte d'instaurer un climat social serein et de ne pas                susciter le malaise parmi les salariés."



Ce projet participe au mécontentement  porté par l'information mis en ligne hier en direction des citoyens et des usagers, de tous les salariés.

Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #Du côté des luttes

Repost0
Commenter cet article