Massacre des mineurs d'Afrique du Sud

Publié le 24 Août 2012

Comme peut l'écrire Marianne :

"Depuis les affrontements du 16 aout à Marikana, en Afrique du sud, sa valeur a même bondi de 9%, atteignant son plus haut niveau depuis mai 2012. Un lien de cause à effet entre les mineurs sacrifiés et le cours du métal ? On ose à peine y croire. Et pourtant, si l’argent n’a pas d’odeur, le platine n’en a pas beaucoup plus. 


Selon le site indépendant mineweb, spécialisé dans l’analyse financière des métaux précieux, les événements survenus dans la mine de Marikana perturbent certes les marchés du platine :« Il y a régulièrement des tensions dans les régions minières mais le niveau de violence est surprenant » constate une analyste de Mitsui precious metals, une agence financière spécialisée dans les métaux précieux. Néanmoins  « la demande reste encore inférieure à l’offre et s’il n’y a pas de nouvelles perturbations, il n’y a pas de raison de voir les prix du platine flamber à court terme ». Bref, le marché du platine digère pour l'instant plutôt bien le massacre de Marikana. On respire. "                                                                                                                                                                                            

Solidarité avec les mineurs sud-africains (CGT)

 

 

C’est avec la plus grande fermeté que la CGT condamne le massacre perpétré par la police le 16 août 2012 à la mine de platine Lonmin de Marikana en Afrique du Sud.

La CGT s'incline devant les dizaines de mineurs en grève  tombés sous les balles de la police. Elle a également une  pensée fraternelle pour les soixante-dix-huit autres qui ont été blessés. On ne répond pas à des revendications sociales en assassinant des salariés en grève !

La CGT appelle solennellement la direction de Lonmin à ouvrir immédiatement et sans condition les négociations qui s’imposent pour une amélioration conséquente des conditions de vie (logements décents, accès à l'eau, à l'électricité,...), de rémunération et de travail de tous les mineurs.

Lonmin, société multinationale d’origine britannique, tire l’essentiel de ses profits de l’exploitation des mines de platine en Afrique du Sud. Lonmin est évidemment en capacité d’assurer une vie décente à ses salariés. Le travail décent doit s’imposer aussi là-bas !

Dix-huit ans après la fin de l’odieux régime de l’apartheid, la pauvreté et la misère pèsent encore lourdement en Afrique du Sud.

La CGT exprime tout son soutien et sa pleine solidarité aux travailleurs sud-africains.

 

 

 

Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #Solidarité internationale et expériences

Repost0
Commenter cet article