Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mali : Une Boussole pour se repérer

http://www.escalesimprobables.com/2005/images/pancartetombouctou.jpg

 

Le point de vue de Polex sur la situation au Mali, quelques questions qui restent en suspend faute de réponses du Quai d'Orsay.

 

 

Communiqué du Collectif Communiste Polex



Qui sont les responsables de la tragédie malienne ?


L'embrasement du Sahara malien et l'effondrement de l'état malien sont la conséquence directe de l'agression occidentale contre la Lybie. Le Sahara est un enjeu majeur pour les transnationales occidentales. Les divers groupes armés qui y sévissent depuis longtemps (indépendantistes touaregs-AMLA, indépendantistes de diverses nationalités - HQMI et Ansare Dine -, trafiquants de migrants et/ou de drogue) n'y manquent ni d'argent, ni de véhicules ni d'armes.

 

Quels profits fabuleux apporterait aux transnationales un état saharien « indépendant » (Azawad) soumis à l'Occident ?


Quels accords ont été passés entre Juppé et les représentants de l'AMLA qui ont été reçus au « Quai d'Orsay » ?


Est-il exact que « le soulèvement touareg » a été déclenché parce que le gouvernement malien envisageait de conclure des marchés avec la Chine, notamment pour la prospection pétrolière au Sahara ?

 

L'impérialisme est le responsable direct, si ce n'est l'organisateur, de cette situation.

 

Le putsch militaire au Mali a été facilité par la dégradation de la situation sociale et politique intérieure malienne, entraînant un mécontentement croissant dans la population urbaine.

Le Collectif communiste POLEX assure les progressistes du Mali, attachés à la démocratie politique et sociale, au développement économique, à l'unité du pays et à l'indépendance nationale, de sa solidarité anti-impérialiste, quelle que soit l'organisation à laquelle ils se réfèrent.

Nous partageons leur attachement aux acquis de la révolution populaire malienne de 1991 qui renversa la dictature militaire et inscrivit dans la Constitution les libertés politiques, d'opinion et de presse, la séparation du religieux et du politique, l'élection des dirigeants nationaux et locaux au suffrage universel.

La corruption, la gabegie, l'inégalité sociale méritent d'être combattues par des luttes sociales et politiques. On ne saurait trouver de solutions à ces maux en supprimant les libertés des citoyens dans un retour à la dictature militaire.

Nous sommes solidaires du peuple malien pour qu'il trouve en lui-même la force de reconstruire l'unité nationale, en excluant toute ingérence extérieure, qu’elle vienne directement de l'Occident ou de la France, ou des dirigeants africains de la CEDEAO qui lui sont dévoués.

Paris, le 12 avril 2012

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article