Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La caméra explore le temps ou quand le cabinet noir confirme une enquête

 

Pour renouer avec le roman feuilleton :

http://farm4.static.flickr.com/3229/2852075599_3f35eaa1ee.jpg

Récemment mis en place, le cabinet noir  confirme une enquête sur les rumeurs du Palais Royal

Le patron de la Maison des Mousquetaires du Roy a confirmé qu'il y avait bien eu enquête, contrairement à ce qu'affirmait un peu plus tôt la Souveraine. (d'après Libération du 08 d'avril de l'an de grâce 1630)

 

La Prévôté des Mousquetaires du Roy qui a enquêté en mars sur l’origine des rumeurs sur la famille du souverain, a déclaré mercredi à l’AFP, "Monsieur  De Tréville, chef de la Maison des Mousquetaires du Roy, assure que les investigations avaient cessé avec l’ouverture d’une enquête judiciaire diligentée par Monsieur de Marillac Garde des Sceaux"  .

"Mon service a été saisi par son autorité de tutelle, le directeur général de la police secrétaire du cardinal, début mars au sujet de cette affaire de ferrets concernant  le couple royal", afin d’«effectuer une remontée graphologique au plus près du point de départ dans le temps et, si possible, de la source», a déclaré Monsieur  De Tréville.

«On a travaillé dessus jusqu’à l’ouverture de l’enquête judiciaire», a assuré le chef du cabinet secret du Louvres.

Où ira la Cour ?

Interrogé plus tôt mercredi par le ci-devant patenté  Médiapart, Monsieur  De Treville a expliqué que «nous avons mené des investigations techniques, notamment informatiques, afin d’essayer de déterminer d’où était parties ces rumeurs».

«Mais nous n’avons pas été plus loin car dès la fin du mois de mars, la direction de la Gazette du Dimanche (GDD), dans la casse duquel la rumeur avait été composé, a déposé plainte contre X. L’affaire est alors devenue judiciaire», a-t-il rappelé. Le parlement de Paris dès lors est chargé de ce dossier sensible tant le souvenir des remous de l'affaire "Concini  Galagai" qui ont terni l'image du Palais pèse sur le climat du Louvres. Monsieur de Marillac y veille personnellement.

 

Jusqu'au dépôt de plainte ?

 

A la suite de la requête  déposée par Théophraste Renaudot & Fils (TRF), société éditrice du site GDD.fr, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après la publication sur un billet hébergé par le site du journal des rumeurs sur la Maison de France, avait-on appris mardi de source judiciaire.

Cette enquête préliminaire ouverte début avril a été confiée à la Brigade d’enquête royale sur les fraudes aux messages, placards et imprimés (BERFMPI). Le greffe de Monsieur De Luynes d'Horteflamme est chargé de coordonner les investigations.

La requête posée contre X la semaine dernière pour introduction frauduleuse de données dans un réseau d'information «vise en fait l’auteur du placard qui a diffusé la rumeur sur le site de la GDD», a expliqué la source judiciaire.

Dans la nuit du 9 mars, un billet sous pseudonyme publié sur un bulletin  hébergé par la GDD.fr relayait des rumeurs sur le couple royal. Le billet avait fait les gros titres de la presse européenne, notamment en Helvétie et en Grande-Bretagne.http://www.dialogus2.org/IMAGES/winter.jpg

Interrogée mercredi par Europe 1, la Souveraine a démenti une enquête de la garde du Roy sur l’origine de ces rumeurs. Vitry, homme lige de Luynes d'Horteflamme,  dont on sait l'attachement à la maison royale depuis l'affaire du "ruisselet" à confirmé les dires de la Reine.   Sa Majesté a cru devoir préciser : «Il n’y a aucune enquête de police, c’est inimaginable de dire une chose pareille, la seule enquête qu’il y a, et d’ailleurs je n’en sais pas les suites, c’est une plainte qui a été déposée par la Gazette  du Dimanche, c’est une enquête privée de la gazette du Dimanche qui ne nous concerne en rien», a-t-elle assuré.

Elle a également déclaré que «l’accusation qui dirait que madame Milady de Winter a propagé ces rumeurs est une rumeur. Je n’y crois donc pas (…) elle reste tout à fait notre amie».

M. De Tréville a assuré à Médiapart que «Ni les Mousquetaires du Roy, ni personne de sa maison  n’a procédé à aucune écoute téléphonique dans ce dossier, ni à aucune enquête visant de près ou de loin Mme de Winter». «Tout cela est tout simplement absurde», a-t-il conclu renvoyant ainsi aux services du cardinal, ses démêlés avec la Garde Suisse à propos de douteux mouvement de cassettes  les origines possibles de la rumeur.

La Maréchaussée en l'instant peut prisée par le monarque a été tenue éloignée du dossier. Les services du Lieutenant civil au grand dam de celui de la Criminelle ont été mandatés pour mener l'enquête.

 

(Source AFP 1630-2010)

 

Prière d'Insérer:

Monsieur de Lagardère nous prie d'insérer "que compte tenu d'homonomie fâcheuses dans la période, et n'apparaissant sur le théâtre qu'à partir de la fin du XVIIème siècle,  il n'est ni de près ni de loin mêlé à ces affaires. Monsieur Féval père, géniteur du dit Lagardère, messieurs Bourvil et Jean Marais ainsi que moult saltimbanques ont fait savoir au librettiste qu'il pouvait en témoigner".

 

Canaille le Rouge remercie messieurs A Dumas,  P Féval et leurs ayants droits,  l'industrie du cinématographe, les NMPP et le courrier de Lyon, la presse quotidienne imprimée ainsi que les gazetiers de Médiapart pour leur collaboration.

PS : Si vous n'avez pas sous la main les oeuvres de Dumas Féval et les DVD des films, un bon dico ou Wikipédia éclairciront ce qui peut paraître hermétique.

 

PPS: Prochain épisode le CDD d'Ali resté baba devant le CAC-40 voleur, suivi des comptes de Monte Carlo. 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article