Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les deux 8 mai 45

      http://medias.lepost.fr/ill/2009/05/24/h-20-1548002-1243147649.jpg

En écho à un camarade qui à eu vingt ans dans les Aurès et qui derrière son comptoir virtuel mène tous les bons combats, il se reconnaitra.

Pour fêter le 8 mai, ici de joie, ne pas, ne jamais oublier l'autre, hideux là bas:

En ne retirant rien de ce que tu dis mais au contraire confirmer la nature provocatrice des vichystes d'Algérie ce 8 mai 45, (hélas par endroit rejoint par des antifascistes qui ont cru à la rumeur voire même l'on ensuite propagée " les arabes vont venir nous massacrer". Sétif voit la venue en masse ce jour pour fêter la victoire ET demander que soient tenus les engagements du CFLN sur l'avenir des populations algériennes (la notion d'indépendance n'était pas ce jour clairement affirmée, les massacres vont radicaliser le combat du peuple algérien).

 http://media.paperblog.fr/i/178/1788774/massacres-setif-guelma-kheratta-debut-guerre--L-1.jpeg

Témoignage: "Tôt dans la matinée, à Sétif, les Scouts musulmans, une organisation légale créée par le Parti du Peuple Algérien (PPA) se réunit pour aller déposer une gerbe aux pieds du monument aux morts, situé dans le quartier des Européens. Le Sous-préfet de la ville, Butterlin, qui s’oppose à toute manifestation à caractère politique, leur somme de ne pas porter d’armes, ni d’arborer de bannières revendiquant l’indépendance de l’Algérie. Alors que le cortège gros de 7 000 à 8 000 personnes arrive au quartier français, un drapeau algérien est levé par un jeune porteur de 20 ans. Refusant de le baisser devant l’ordre français, l’homme est abattu, comme le maire de la ville, réputé modéré, qui tente de s’interposer. Une version des faits qui fait l’unanimité parmi les historiens (version maintenant discutée ND CleR mai 2010). Dans la fusillade qui s’ensuit, la foule se disperse et s’attaque aux Européens. Elle fait 27 victimes du côté français. La nouvelle se répand rapidement dans la province, où la population locale, majoritairement paysanne, sort crier révolte. C’est le début d’un soulèvement généralisé, dans plusieurs dizaines de villages du Constantinois, ainsi qu’à Blida et Berrouaghia dans l’Algerois, et Sidi-Bel-Abbès dans l’Oranais".

La Marine française pilonne les montagnes et leurs villages  au canon de 420 avec les obus qui n'ont jamais été tiré sur la Kriegsmarine.

Des bataillons entiers sont envoyés dans les campagnes pour "pacifier".

Pèle mêle on y trouve armées régulière, milices locales, nouveaux engagés de l'armée de la libération, ceux de la légion étrangère peuplée de nouveaux arrivant aux étranges accents d'Europe centrale ayant fuis l'armée rouge (pour quelles raisons) demandant l'incognito de la Légion ?

Les historiens français et algériens ont maintenant établi deux choses :

1) le jeune algérien abattu d'un coup de fusil n'a vraisemblablement pas sorti un drapeau algérien mais était un scout musulman qui portait son fanion de groupe au couleur de l'Islam et donc aussi de l'Algérie. Mais la peur d'un courant indépendantiste chez les pieds noirs  et un pouvoir colonial fortement imprégné des valeurs vichystes ou (et)  la recherche de l'alibi pour la provocation, étaient tel qu'un coup de feu à été tiré sur ce jeune qui a été tué.

Le fanion sous les balles devient drapeau.

2) La version officielle reprise sur Wikipédia est contesté. Si le commissaire de police de Sétif à bien tiré ce serait après un premier coup de feu. Ce coup de feu, pour les historiens, ce serait quasiment certain, a été tiré du premier étage d'une maison bourgeoise d'un pied noir connu pour ses comportements racistes. En tous cas rapidement  de multiples tirs dont ceux de la police sont parti de différents point au sol et des terrasse au dessus des arcades qui bordaient le cortèges.

Il n'y avait pas d'armes à feu parmi les algériens, ils ont réussi bien plus tard à s'en procurer pour se défendre (sources colloque  "8 mai 45 Sétif Guelma Kherrata" Hôtel de ville de Paris mai 2009).  

D'autre fusillades ont suivi et la population c'est servi des bâtons de marche (plusieurs heures pour venir jusqu'à Sétif et autant pour repartir)  pour se protéger et réagir en pourchassant les agresseurs.

 

L'engrenage souhaité par la frange la plus pétainiste des pieds noirs venait d'enclencher la spirale qui va faire que l'armée de la république libérée comportant dans ses rangs des héros de la libération en métropole va se comporter en Algérie comme la division "Das Reich".

Pour confirmer, un témoignage : http://pagesperso-orange.fr/jacques.morel67/ccfo/crimcol/node53.html

Le pire suivra:

Dans les gorges de Kherrata, la légion étrangère (et pas qu'elle, les milices et l'armée régulière) fusillera à tour de bras et jettera des centaines de corps dans des brasiers, des fours à chaux, des puits ou au fond des gorges. La même légion, signera en laissant les traces matérielles parfois infantilisantes de son passage qui sont toujours visibles sur les parois rocheuses, gravées et signées par les membres de ses unités engagées.

L'émissaire du Vatican le cardinal Roncalli (qui sera plus tard connu sous le nom de  Jean XXIII), en mission d'information sur place, dans une note diplomatique à Rome estime le minimum à 30 000 morts.

Les services de renseignement américain (la flotte américaine et britanniques sont présentes dans les ports du constantinois et assistent aux tirs de la marine française) donnent un chiffre qui oscille entre 30 et 45 000 mort.


Sachant qu'une part conséquente des assassinés (en particulier du côté de Kherrata) n'ont jamais pu être dénombrés de façon incontestable, les chiffres avancés par chaque estimation à plus valeur de plancher que de plafond.

Voila dans quel traquenard colonialiste a été engagé le contingent et fait mesurer ce qu'a été la place des jeunes communiste dans l'armée pour contrer le putsch des généraux une quinzaine d'années plus tard.

Pour conclure ce papier, deux blogs à conseiller: celui de l'ami Tourtaux http://jacques.tourtaux.over-blog.com.over-blog.com/ et celui du patron non pas d'un banal cyber café mais d'un troquet cyber "sans se prendre le chou" le Bistrot d'Alain http://sanseprendrelechou.forumactif.com/.

Ces deux camarades là qui sont aussi mauvais penseurs que la Canaille en racontent et devraient même bousculer leur pudeur pour en dire plus de ce qu'ils savent et ont vécu dans la période.

La canaille s'interroge toujours sur ce "devoir" de mémoire peu séparable normalement de toute la citoyenneté mais n'hésite pas sur le devoir d'Histoire. c'est un autre débat. Notons que le "H" d'Histoire est ici volontairement majuscule.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Tourtaux 09/05/2010 19:13



Camarade, Merci d'avoir publié mes livres.



Tourtaux 09/05/2010 13:45



Camarade, pour en savoir plus, il suffit de me contacter.



Le 23 mai 2010 : rencontrez Jacques Tourtaux à Warnecourt au
7ème salon du livre



DIMANCHE 23 MAI 2010 A WARNECOURT (ARDENNES)


AURA LIEU LE SEPTIEME SALON DU LIVRE


 


Je dédicacerai mes livres sur l'Histoire Sociale de la Classe Ouvrière


 


 


 


 





 


 


"GUERRE D'ALGERIE


SOUVENIRS D'UN APPELE ANTICOLONIALISTE"


 


Avant-Propos d'Henri ALLEG, l'auteur de La Question


 


 


 


"LE CHEMIN DE L'HONNEUR D'UN TRAVAILLEUR DU RAIL"


 


 


"LES APPARATCHIKS"  


 


 


 


"GUERRE D'ALGERIE


L'ENFANT DE LA MISERE


L'ETAT COLONIAL ET SA JUSTICE DE CLASSE"


 


 


 


  Pour tous renseignements : Tel. 03.26.40.62.15.


 


Mail : jacques.tourtaux@orange.fr