Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nouvelles des travailleurs du rail du pays du Raï

      http://perso.orange.fr/jacques.nimier/images/image_algerie2.gif

Grève des cheminots d'Algérie, décodeur sur la situation:

A lire cet article de la Tribune (un peu le Monde du Maghreb) ,  les liens entre le syndicalisme pourtant le moins consensuels de France et la direction de l'UGTA ont l'air de se trouver des bases partagées de "réactivités élastiques":

 

"Sur les raisons qui ont poussé les travailleurs à cette fronde et à cet «affranchissement» de leur syndicat, un membre du conseil exécutif fédéral nous a rapporté que certains cadres syndicaux ont poussé au pourrissement de la situation à tel point que les travailleurs se sont rebellés et ont conduit par eux-mêmes le mouvement de grève.

Selon cet élu, le Conseil exécutif fédéral (CEF) doit se réunir tous les 6 mois pour formuler des propositions et transmettre les revendications des travailleurs au bureau fédéral qui, à son tour, doit se réunir avec la direction générale et négocier en vue de satisfaire lesdites revendications.

Cela n’a pas été le cas, le CEF ne s’est pas réuni depuis 3 ans et le bureau fédéral a pris attache avec la direction à l’insu du CEF sans pour autant en informer la base, sections syndicales et travailleurs. 40 sur les 60 membres du CEF, soit les 2/3, avaient demandé au bureau fédéral la tenue d’un conseil en février dernier mais l’écrit qui avait été adressé est resté lettre morte.

3 mois plus tard, la situation n’a pas changé et les travailleurs, las d’attendre et ne voulant plus reconnaître en ces syndicalistes la qualité de représentants, sont passés à l’action en lançant cette grève. La fédération, devant ce mouvement qui a pris de l’ampleur et qui lui a totalement échappé a pris «le train» en marche et a été obligée de négocier parce qu’étant le représentant légal et le seul interlocuteur de l’employeur. 

Un autre point et non des moindres et pouvant faire, dans les tout prochains jours, l’objet de protestations qui perturberont certainement le trafic SNTF est celui du comité de participation.

En effet, il n’y a eu aucune information à destination des travailleurs ou des syndicalistes sur le sujet et tout s’est déroulé dans l’opacité. «Nous ne sommes au courant de rien, nous déclare un syndicaliste, il n’y a pas de transparence et cela peut aussi provoquer la colère des travailleurs.»

 

L'expérience propre à la Canaille et la situation du moments tendent à confirmer que les réalités militantes d'ici ne sont pas calquables celles de nos camarades là bas. Les pratiques d'organisation chez les cheminots ne sont  heureusement pas les mêmes, point positif. Mais ici, nous n'avons 20%  d'augmentation des salaires et des pensions. Et là, il y a sûrement à gratter.

Toutes interprétations de tout ou parties de ce qui précède en vue d'extrapoler à des réalités interprofessionnelles sur l'état du syndicalisme de l'ex puissance coloniale ne seraient que mesquineries déconnectées des réalités revendicatives métropolitaines même si depuis aujourd'hui, la direction de la CGT peut afficher un accord avec ce que propose le PS (voir article -courroie de transmission).

En Algérie, la direction de l'UGTA est élue comme parlementaire et est à l'unisson de leur PS.

La direction de la CGT (si j'en croit son CCN) n'en est pas encore(?) là.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article