Laurence d'alibi ou ciao Obélitch

Publié le 4 Janvier 2013

http://referentiel.nouvelobs.com/file/4944160.jpg

 

 

Madame Parisot sort de son mutisme.

Il est vrai qu'on ne l'entendait plus. A croire qu'elle avait confondu la nativité avec le jeudi saint.

Bref, elle est rentrée pour crier halte au feu.

Sur la casse des garanties sociales ? Que nenni bien sur.

Sur le désastre des liquidation industrielles ? Encore moins.

Sur les évasions fiscales ? Juste un peu :

"La présidente du Medef, Laurence Parisot, a quant à elle souhaité vendredi que la polémique sur l'exil fiscal de Gérard Depardieu "se calme" et que l'acteur annonce"un jour" son retour en France. "Je crois que c'est surtout une histoire personnelle, celle de Gérard Depardieu, qui est tragique aujourd'hui."

Notez bien ,c'est la polémique qui doit se calmer. Pas l'évasion fiscale.

Elle ne dit pas ce qui est tragique si c'est "l'histoire" ou les aventures de Tovarhix à Vodkagrad.

Ce qui pour elle l'est à coup sur, c'est que d'avoir légitimé et soutenu deux des principaux Koblenciens fiscaux d'outre Quiévrain et de retrouver un peu géner par les actes de l'un et les frasques de l'autre.

Le premier se retrouvant retoqué pour présomption de fraude fiscale dans le "pays d'accueil", le second filant vers les steppes de l'Asie centrale pour ne pas de faire coincer à son tour mettent la dame dans une transe proche de celle des oies sur le capitole voyant déferler les légions de Brennus.

Pourtant avant son départ n'avait-elle pas pris sa part du soutien dès le 17 décembre ?

"« Tout ceci nous empêche de regarder le fond du sujet, ce n'est pas le grand acteur Gérard Depardieu, c'est qu'il y a aujourd'hui dans notre pays une folie fiscale à l'œuvre », a déclaré Laurence Parisot,"

 Le 21/12 sur les antennes d'Europe1 elle rajoute un peu de farce fine  :

" Un climat qui s'apparente à 1789

Mais le débat s'est accéléré par la suite lorsque la présidente du Medef, invitée sur Europe 1, a dit regretter que François Hollande ne respecte pas à ses yeux sa promesse, à savoir « pacifier le pays et réduire les antagonismes ». « En ce moment, on est en train de dire 'vous M. Depardieu êtes indigne d'être français', 'vous M. le dirigeant également' déclarent-elle précisant : "On est en train de recréer un climat de guerre civile, qui s'apparente à 1789 », a déclaré Laurence Parisot en reprenant certains termes de Catherine Deneuve."

 

 

 

http://s2.lemde.fr/image/2013/01/04/534x267/1812848_3_23f2_caricature-de-gerard-depardieu-sur-facebook_9319ff39a8fca0f4b0ebbb1caa3481e6.jpg

 

 

La presse nous ayant appris que Tovarhix Obelitch  Potapoutine avait appelé Blumollet pour lui expliquer son courroux, lequel l'avait entendu et avait pris le temps de lui répondre.

La Canaille a tenté d'en faire de même pour faire part du sien au capitaine du vaisseau fantôme, tenter de le convaincre pourquoi son bosco faisait fausse route.

Malgré les ans qui s'entassent, un constat de suite : La canaille est d'une candeur ! son appel n'a pas passé la grille. Soit qu'une foultitude avait décidé d'en faire autant, soit l'Elysée est dérangement. Bref au palais on semble très occupé ou la standardiste est en RTT.

Premier enseignement bien dans la lignée du palmarès de la Légion d'honneur : il est plus facile pour un de ceux qui s'est engagé contre lui de contacter Blumollet que pour un de ceux qui n'a pas appelé a voté pour lui et qui doit subir la baisse de son pouvoir d'achat. Si un de ceux qui ont fait campagne du premier ou du second tour a réussi à le joindre, La Canaille est intéressé de connaitre la martingale téléphonique.

Second enseignement : il semble plus facile de venir à l'Elysée dire pourquoi les gavés veulent continuer à s'emplir que d'essayer de dire à son locataire pourquoi monte l'opposition à ce que ce creuse les inégalités. Et même que dès fois pour éviter aux premiers de venir il va même les voir à domicile  comme Giscard en son temps allait casser la croûte avec les éboueurs.

En attendant Obélitch et son Idéfisc ont trouvé un havre de démocratie.

 

http://images.huffingtonpost.com/2013-01-03-130104_delucq_commejosephine_pt-thumb.jpg

 

Ce sont les Pussy Riot qui vont être contente de compter un allié de poids dans la place.

 

 

 

 

Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #Mensonge d'état

Repost0
Commenter cet article

BA 04/01/2013 14:21


Ramzan Kadyrov est le dictateur au pouvoir en Tchétchénie depuis 2007.


 


Pour son trente-cinquième anniversaire, le 5 octobre 2011, des vedettes acceptent son invitation pour des montants inconnus : Jean-Claude Van Damme, Hilary Swank, Eva Mendes, Vanessa Mae
(celle-ci pour 500 000 dollars, selon la presse locale). 


 


Un an plus tard, le 5 octobre 2012, Ramzan Kadyrov a de nouveau payé quelques vedettes pour venir fêter ses 36 ans dans la capitale de la Tchétchénie, Grozny.


 


Question : combien de dollars le dictateur Ramzan Kadyrov a-t-il payé à Gérard Depardieu ?


 


500 000 dollars ? 


 


Lisez cet article :


 


« Gloire à Kadyrov ! » Depardieu célèbre son ami l’autocrate tchétchène.


 


Depardieu n’est pas seulement l’ami de Nicolas Sarkozy et de Fidel Castro.


 


Le 5 octobre 2012, Grozny a célébré sa fête annuelle, qui tombe opportunément en même temps que l’anniversaire du président de la République et autocrate tchétchène Ramzan Kadyrov, soupçonné de
nombreux crimes.


 


Invité d’honneur, l’acteur Gérard Depardieu est venu rendre gloire à son ami Ramzan Kadyrov, qu’il célèbre sur cette vidéo :


 


« Gloire à Grozny, gloire à la Tchétchénie, gloire à Kadyrov ! »


 


Selon un communiqué de presse officiel tchétchène, le gala auquel assistait Depardieu s’est terminé par une danse caucase au cours de laquelle Kadyrov a dansé quelques pas avec l’autre invitée de
marque, l’actrice italienne Ornella Muti.


 


Voir la vidéo complète :


 


http://www.rue89.com/zapnet/2012/10/22/gloire-kadyrov-depardieu-celebre-son-ami-lautocrate-tchetchene-236434