La social-démocratie porte le capitalisme qui porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage ! actualisation de Jaurès 99 ans plus tard

Publié le 11 Janvier 2013

http://lefaso.net/local/cache-vignettes/L400xH251/mali-62-d800b.jpg

 

 

Quand La Canaille a épinglé le caporal Blumollet, il n'imaginait pas que le passage de la non intervention sociale à l'envoi d'un corps expéditionnaire colonial façon Suez se ferait si vite.


Sans prendre le temps de consulter la représentation nationale, notre Lucky Luke des forces spéciales, en vérité Rantanplan de l'impérialisme  vient de nous fourrer dans un sacré guêpier. Il faut en sortir au plus vite.


Cette intervention se fait en accord avec les USA, La grande Bretagne t l'Allemagne. Les agences de presse rapporte que  "Jean-Yves Le Drian s'est notamment entretenu avec son homologue américain Leon Panetta."


Le problème, et là il va falloir que le capitaine du vaisseau fantôme s'explique, que son gouvernement, ceux qui soutiennent l'opération s'expliquent : Comment présenter comme des horribles (ce qu'ils sont) au Mali et aller bombarder les mêmes qu'ils arment et aident en Syrie et qu'ils ont laissé armer et agir en Libye avant de les retrouver  dans le désert malien ?

 

 


Le choeur des guerriers de l'UMP et du PS chantant "armons-nous et partez", encouragé par un "f-haine qui est aux anges dès qu'une expédition coloniale pointe le bout de son nez, le choeur des mêmes qui de Bengazi à Mopti en passant par Alep pour ici battre un ex pote devenu génant là, préserver les réserves minières des multinationales ailleurs,  sont près à faire couler le sang d'autant plus facilement que ce ne sera pas le leur.


Parce qu'il ne fait pas se jouer de mot les gens qui s'intitule AQMI, les mercenaires de la Charia à l'oeuvre en Syrie, qui sont en consonance avec les forces que la France a  armé à Bengazi sont et elles le revendiquent de même nature et poursuivent les mêmes but.


La présence de ces milices intégriste est le fruit de dizaines d'années de politiques d'aides au forces qui répriment tous les mouvements populaires et qui ont soutenu  tout azimut les autocrates et dictatures montrées aujourd'hui du doigt.

 

Qui depuis des années dans l'Afrique subsahariienne déstabilise les états, fomente des putsch pour garder la main mise sur ces pays? Ce n'est ni la corée du Nord ni la Mongolie ou le Vénézuela.

 

La Françafrique ne n'est pas une invention de La Canaille apparue ce matin ! 


A qui profite le crime ? A terme aux grands groupes industriels miniers, aux forces économiques qui voyait fondre leur influence devant la montée en puissance de la chine dans tous le continent africain.

 

Mettre celui-ci à feu et à sang est le moyen de bloquer la menace immédiate principale pour le capital en en plus le moyens de quadriller les pays où des vélléités d'émancipations démocratiques sont soit laissées dans les mains d'obscurantistes pour les éliminer soit interdites par la force coloniale d'intervention au nom du combat contre ce fanatisme qu'ils ont créés armés et aidés à grandir.


La seule position juste est de ne pas rajouter de la guerre à la guerre et de ramener à la raisons les pays qui assurent la logistique de ces mouvement en tête des quels l'Arabie saoudite, les émirats dont leur amis le quatar.


La guerre est un des moyens historiquement prouvé pour le capital pour se sortir de ces crises.


Ceux qui imaginent que l'éloignement des lieux qui n'ont rien de théatres d'affrontement assureraient une sanctuarisation des bases arrières des intervenants se trompent et nous trompent.

Le tramway du PS aura beau

"affirmer sa solidarité avec le peuple malien ", "aporter soutien le plus complet à nos forces armées", 

 

 

Borloo, Morin Beyrou arriment la passerelle entre le PS et les duettistes Copé et Fillon rasemblés par le sabre avant d'aller dimanche avec le goupillon.


Le "f-haine"  jamais en retard d'un discour colonialiste à peser les termes de son soutiien ""doit être soutenue dans la mesure où notre pays a été appelé à l'aide par le gouvernement légitime du Mali en application d'une coopération de défense entre nos deux pays, dans une zone francophone",

L'extrême droite à beau jeu de dire cette vérité (du paradoxe pas de la légitimité): 

"Cette intervention légitime révèle cependant un cruel paradoxe quand on sait que les gouvernements français ont contribué à faire le lit des islamistes en Libye et en Syrie en apportant aide, assistance et armes aux fondamentalistes de ces pays, utilisés aujourd'hui pour attaquer un allié historique de la France"

Que la führerin du F-Haine puisse écrire sans états d'âme cette évidence montre la gravité tant au plan intérieur qu'international de la décision de la social démocratie de prendre le risque insupportable d'un embrasement général.

 

Que Morano ait pu immédiatement déclarer '«Contre le terrorisme la France doit parler d’une seule voix. Total soutien à l’intervention militaire de nos forces armées au Mali»devrait faire réfléchir tous les démocrates.


Mamère, tout en mettant en évidence la mise du parlement devant le fait accomplis se met dans les roue du tramway socialiste.


L'appel à l'union sacrée était le point d'orgue de cette journée. Aucun des ci-dessus n'y aura manqué.


Au moment où ces lignes sont écrites, La canaille ne dispose pas d'autres texte du PCF que sa déclaration de ce matin. Elle témoigne d'une distance affirmée avec la décision aventuriste de Blumollet, pour autant la phrase " Si l'urgence devait commander la mise en place d'un dispositif capable d'arrêter l'offensive armée des groupes djihadistes, c'est sous le drapeau de l'ONU, dans le cadre d'une mission clairement définie, dans le respect des principes de la Charte des Nations Unies, que des forces africaines et notamment maliennes, devraient être engagées."


 Une phrase qui laisse entendre sans équivoque que l'intervention militaire française certes dans le cadre mentionné, n'était pas inenvisageable.

 

La réaction de mélenchon est aussi mi chèvre mi-choux :"L'intérêt d'une intervention militaire extérieure pour régler le problème posé au nord du Mali est discutable. En décider alors que les intérêts fondamentaux de la France ne sont pas en cause, selon le chef de l'Etat lui-même, et alors que les troupes africaines sont engagées, est discutable", 

Certes ce n'est pas un soutien mais que ce soit chez les verts, au FdG ou au P"c"F, personne ne parle de la stratégie de l'impérialisme qui est la seule dénonciation possible pour s'extirper de ce dangereux consensus qui va être martelé sans discontinuer dans les heures qui viennent.


L'Huma qui vient de retrouver des repères de classe (du moins l'a-t-il affirmé) ferait bien d'aller très vite relire les pages de Péri, de Jaurès ou de Vaillant couturier, ce qu'Andrieu ou Fajon ont impulsé dans la rédaction au moment des guerrres coloniale des années 50. Cela malheureusement risque d'être dramatiquement utile.


Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #Mensonge d'état

Repost0
Commenter cet article