Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La réaction mise à nu

 

 

http://i.huffpost.com/gen/1075212/thumbs/o-MARGARET-THATCHER-570.jpg?5

 

Bernard n'aime pas les réactionnaires. Habillés en complet veston, en tailleurs, en short en kilt en smocking, pantalon ou en jupon, en pagne ou à poils, un réac ou une réac reste réac dans sa nature et donc à combatre.


Il met en ligne un texte assez long dont La Canaille vous propose le lien poir y accéder. C'est ici.


Un texte qui met en lumière ce dont les réactionnaires entogés dans leur fausse image de vertu sont capable de bassesses pour abattre les hommes qui leur fond obstacles.


Ce texte porte sur la grève des mineurs de 84 85 moment ou M Thatcher a repris outre manche le flambeau laissé en veille ici par Jules Moch.


Canaille le Rouge en tire juste cet extrait pour éclairer cette p@ge et vous montrer l'interet d'aller chez Bernard découvrir la sienne :


« Nous avons dû nous battre contre un ennemi extérieur aux Falklands. Maintenant, il s’agit de porter la guerre contre l’ennemi intérieur, beaucoup plus difficile à combattre, et plus dangereux pour la liberté. »

 

L’auteur de ces paroles : Margaret Thatcher. La date : été 1984. L’ennemi intérieur : le NUM, le syndicat britannique des mineurs, dirigé par Arthur Scargill et en grève depuis quatre mois contre les plans de fermeture des puits, concoctés par le gouvernement.


L’ennemi intérieur, c’est aussi le titre d’un livre paru en anglais à la fin de 1994 et qui raconte l’histoire de la campagne médiatique et judiciaire lancée en 1990 contre Scargill et d’autres dirigeants du NUM, accusés de corruption. « Il ne faut jamais sous-estimer la détermination impitoyable déployée par l’establishment” britannique pour détruire ses ennemis », disait un ancien dirigeant travailliste. L’ennemi intérieur en est une parfaite illustration.

 

Retraversons le Channel et rappelons cette phrase de Michel Poniatowski (ministre des basses oeuvres policières de Giscard) qui, à la tribune du parlement, déclara un jour "l'armée et la police sont les derniers remparts pour protéger la société libérale". Contre l'ennemi intérieur, évidement.


Beau comme du Alliot-Marie, vous ne trouvez pas ? 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article