Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La presse et ses messageries

 http://www.lexpress.fr/pictures/913/467938_une-pancarte-informe-les-clients-de-l-absence-de-quotidiens-dans-un-kiosque-a-journaux-le-21-avril-2010-a-paris.jpg

 

 

Les salariés de la diffusion de presse sont en grève contre le démentellement de leur outil de travail.


Outre leur emploi, il défendent aussi les conditions  d'égalité de diffusions des titres que leur statut garantit.


Donc, ce mercredi, pas de presse parisienne chez votre dépositaire et dans les kiosques (encore que Le Monde a l'air d'avoir trouvé une combine pour s'affranchir des service d'une profession qui aura contribué de nombreuse fois à tenir le titre à bout de bras).


Cela dit, outre sa solidarité avec les gars de la Presse, c'est pour autre chose que Canaille le Rouge vient occuper vos écrans.


Sur celui de La canaille, il s'est affiché ceci :

Lisez sur tous vos écrans l’édition numérique de l’Humanité de ce mercredi 23 janvier

En raison d’un mouvement social au sein de Presstalis, l’Humanité d’aujourd’hui n’est pas en vente chez un grand nombre de marchands de journaux et de kiosques de la région parisienne. Nous vous proposons de feuilleter et lire l’Humanité gratuitement à l’aide de la liseuse numérique de l’Humanité.fr

 

 

Le message étant pour le moin lapidaire, vite, allons sur site. Et là, rien. Pas même une explication sur le conflit. Pas un mot de solidarité avec ceux qui par tout temps toutes conditions de travail assurent l'interface entre l'imprimerie et le dépositaire (Kiosque, maison de la Presse etc.).

 

Le pire serait de nous dire qu'ils n'étaient pas au courant. Quelle aveu de prise de distance.


Quand un journal créé pour aider à l'émancipation des travailleurs en arrive a oublier la place de ses propres travailleurs, on mesure à quelle point sa rédaction et ses maintenant actionnaires ont pu dériver.

 

Mais quand on apprend que la direction du  P"c"F tourne dans ses conférences de section pour chasser le mot socialisme de ses documents, faut-il après s'étonner que le "journal de Jaurès en oublie qui fut Jaurès et ses liens avec les travailleurs ?


http://desinfosduconseil.midiblogs.com/media/01/02/3554279099.jpg



Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Philippe BRODBECK 23/01/2013 22:22


Hello,


Un peu de retenue mon Camarade car mon journal, l'Humanité, était bien présent à Metz au sein de la bataille contre l'austérité ce jour et en permanence. Je doute que le "Monde" ou "Libération"
que tu cites souvent dans tes textes étaient présents à ce moment de rassemblement de luttes de toute une région meurtrie.Et pour d'aures. L'aveuglement ne discerne plus la vérité.

canaille le rouge 24/01/2013 10:15



Désolé. Mais un conflit majeur dans la diffusion de la presse, les liens historiques jusqu'à une période pas si lointaine entre
l'huma et ceux qui le fabriquent et assurent sa diffusion, et pas un mot dans le journal. Un journal qui de plus en plus se tourne vers des anticommunistes notoires dont ceux dans le mouvement
syndical mais ne passe plus les communiqués du syndicat CGT de la presse. C'est lourd.


Il faut savoir aussi qu'un ancien responsable du journal qui mènera quelques plans de licenciement à St Denis est maintenant
recasé comme représentant du titre à la tête de ce qui reste de la coopérative de la presse quotidienne.


Il ne s'agit donc pas d'aveuglement. Mais va donc demander aux salariés des ex NMPP devenues Prestalys ce qu'ils pensent de cet
abandon ?


Alors que l'Huma soit à Metz OK. "au côté des salariés
en lutte d'ArcelorMitall, Florange, Virgin ou Sanofi"(HQ de ce jour) re OK. Mais et c'est là le hic, ce même jour,
rien sur ce conflit majeur dans toute la presse nationale. Tout comme rien sur la lutte d'Aulnay ? Initiative politique ? A part la demande de Chassaigne d'ouïr le PDG de Renault à l'assemblée
quelle initiative politique pour faire ce rejoindre sidérurgie et métallurgie et les autres luttes? Quid du rôle historique du titre ? 


Non pas d'aveuglement mais des éclairages portés sur des points de dérives qui s'accumule et fait que la classe ouvrière n'a plus
de quotidien qui relaie ses luttes et qui aident à leur développement.