Ecoutez voir : la chanson de Craonne

Publié le 11 Novembre 2014

http://www.herodote.net/Images/14-18_chemindesdames.jpg

Pour ceux qui n'ont pas l'habitude, cliquez sur le petit triangle blanc ci-dessus  

Aujourd'hui on met le son, on monte le son... et prenez donc le temps d'écouter : 

11 novembre 2010. Quelle actualité politique que les paroles de la Chanson de Craonne.

Chant de colère des poilus envoyé au massacre. 

Contre la première grande saignée européenne piloté par l'impérialisme. L'hymne des mutinés de 17.

Voici ici  cette version de 1917 par Paul Vaillant-Couturier qui est popularisée en liaison avec les mutineries ou Pétain le fusilleur fera ses premières armes répressives en France après s'être "fait la main" dans les colonies. 

L' estimation basse de "600 fusillés pour l'exemple" ne prend pas en compte les exécutions sommaires. Les carnets de guerre des soldats en parlent avec effrois et rage.

Cette chanson est un manifeste même si les motivations des soldats étaient pas spontanément révolutionnaires, déjà pacifistes elles lui donnèrent très rapidement  toutes ces dimensions. 

Craonne se prononce "krɑn", Le plateau de la chanson surplombe le village. Il est le lieu de terribles combats à partir du d'avril 1917 : la 1re division d'infanterie est envoyée à l'assaut. Elle se trouve bloquée au niveau des caves de Craonne. Puis le 4 mai, une seconde offensive est lancée par l 'envoie de la 36e division dinfanterrie  d'infanterie qui aboutit à la reprise de Craonne et à la progression sur le plateau de Californie 3.

Légendes ou réalité qui entourent la chanson, "on" affirme qu'un million de francs or en plus de la démobilisation furent promis à qui dénoncerait son ou ses auteurs. Ce fait dit en lui même combien elle mis en rage état major et bourgeoisie de l'arrière.

La chanson de Craonne a été interdite en France jusqu'en 1974, Censurée sue les antennes, comme dans les cafés les anciens de 14 la chantaient comme un défit pacifistes.

Une interdiction d'antenne qui fut la première d'une série qui fut suivi par le déserteur de B Vian et la palanquée de Titre de Ferrat interdit d'antenne à l'ORTF :  

Quand au bout d'huit jours le r'pos terminé
On va reprendre les tranchées,
Notre place est si utile
Que sans nous on prend la pile
Mais c'est bien fini, on en a assez
Personne ne veut plus marcher
Et le cœur bien gros, comm' dans un sanglot
On dit adieu aux civ'lots
Même sans tambours, même sans trompettes
On s'en va là-haut en baissant la tête

- Refrain :
Adieu la vie, adieu l'amour,
Adieu toutes les femmes
C'est bien fini, c'est pour toujours
De cette guerre infâme
C'est à Craonne sur le plateau
Qu'on doit laisser sa peau
Car nous sommes tous condamnés
C'est nous les sacrifiés

Huit jours de tranchée, huit jours de souffrance
Pourtant on a l'espérance
Que ce soir viendra la r'lève
Que nous attendons sans trêve
Soudain dans la nuit et le silence
On voit quelqu'un qui s'avance
C'est un officier de chasseurs à pied
Qui vient pour nous remplacer
Doucement dans l'ombre sous la pluie qui tombe
Les petits chasseurs vont chercher leurs tombes

- Refrain -

C'est malheureux d'voir sur les grands boulevards
Tous ces gros qui font la foire
Si pour eux la vie est rose
Pour nous c'est pas la même chose
Au lieu d'se cacher tous ces embusqués
Feraient mieux d'monter aux tranchées
Pour défendre leur bien, car nous n'avons rien
Nous autres les pauv' purotins
Tous les camarades sont enterrés là
Pour défendr' les biens de ces messieurs là

- Refrain :
Ceux qu'ont le pognon, ceux-là reviendront
Car c'est pour eux qu'on crève
Mais c'est fini, car les trouffions
Vont tous se mettre en grève
Ce s'ra votre tour messieurs les gros
De monter sur l'plateau
Car si vous voulez faire la guerre
Payez-la de votre peau

Paroles de Paul Vaillant-Couturier


Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #Mémoire et Histoire

Repost0
Commenter cet article