Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les tarifs de la SNCF, le désengagement de l'état, les choix de la direction de l'entreprise publique

Tarifs SNCF  : Les usagers paient la casse du service public... (07/12/2010)

 

 

Dimanche 5 décembre 2010, la direction de la SNCF a annoncé une hausse des tarifs des trains de voyageurs supérieur à l’inflation pour le début de l’année 2011. Cette annonce, qui a reçu l’approbation du Secrétaire d’État aux Transports, M. Mariani, est présentée comme une nécessité pour entretenir et rénover le réseau ferré français.


Depuis la séparation du système ferroviaire en deux entreprises publiques : SNCF et RFF, le système ferroviaire est englué dans la spirale du déclin. Réseau Ferré de France (RFF) plie sous le poids d’une dette énorme et ne cesse d’augmenter les péages que doit payer la SNCF pour faire circuler ses trains, alors que l’état du réseau reste très dégradé. Cette stratégie se traduit chaque année par une inflation des tarifs supportée par les voyageurs. 

La Fédération CGT des Cheminots dénonce cette augmentation des tarifs qui pèse sur le pouvoir d’achat des usagers sans régler le financement de l’entretien et du développement des infrastructures ferroviaires. 

La création de RFF, le désengagement de l’Etat de ses responsabilités en matière d’aménagement du territoire, la politique fiscale menée par le Gouvernement sont autant de choix qui conduisent à de telles dérives. 

Dans une période où la crise économique et financière frappe si durement les citoyens français, ce sont d’autres décisions qui doivent être prises. 

La SNCF doit revenir à une politique tarifaire juste et équitable sur tout le territoire qui favorise les déplacements dans le respect des valeurs de service public. 

L’État doit reprendre la dette du système ferroviaire et jouer un rôle d’aménageur du territoire en garantissant pour tous un réseau ferré fiable et moderne. 

La Fédération CGT des Cheminots rappelle la nécessité de revenir à un système ferroviaire unique et intégré au sein d’une seule entreprise publique SNCF, afin de répondre aux besoins des populations dans la cadre d’un service public ferroviaire efficace.
 
Montreuil, le 07 Décembre 2010 

 

Note de la canaille :

Tout l'argent public mobilisé pour renflouer des dettes pharaoniques produites par les faillis des firtunes privées manquent dans tous les compartiments de tous les services publics. Santé, école, transports etc. L'usager paie trois fois:

 la première par ses impôts (TVA et autres plus IR) qui vont aux banques et les financements régionaux (autres impôts)

 la deuxième en achetant (très cher) son billet

 la troisième en voyant malgré cela une baisse dramatique de la qualité des services.

En dernier ressort, concernant la SNCF, exclus du droit à l'accès par la dissuasion tarifaire au service il paient pour des services dont les activités sont priorisés vers les besoins du capital (trains d'affaire et trajets domicile-travail) ou de tourisme haut de gamme avec diminution des tarifs sociaux

http://bonjour.news352.lu/images/edito_agence/gimg_1222228.jpg http://www.lexpress.fr/pictures/71/36371_un-employe-nettoie-le-train-en-gare-de-moscou-le-23-septembre-2010.jpg

La SNCF supprime les trains à tour de bras pour les dessertes internes en zones enclavées mais sait mettre en route (photo ci dessus) un Nice-St Petersbourg pour trimbaler les "hooligarques" (concentration de hooligans et oligarques.(Le Moscou-Nice va circuler à travers "des paysages et des sites assez extraordinaires comme les Alpes pour finalement arriver à Nice, une destination qui attire les Russes depuis des siècles", a indiqué de son côté un responsable des chemins de fer français (SNCF), ce train comportant douze wagons, parmi lesquels deux wagons-restaurants.

Mais "le trafic devrait monter rapidement à quatre ou cinq fois par semaine", a observé M. Pardé, soulignant que les billets pouvaient être achetés dans les gares en France.) coté face.

 

Voila le coté pile :

http://www.cgtcomminges.fr/wp-content/uploads/2008/11/train.jpg
La ligne SNCF de Montréjeau  Luchon menacée de fermeture d’une par par le sous investissement sur l’infrastructure de cette ligne d’autre part par une politique commerciale qui abandonne la ligne.

Le service public une nouvelle fois malmené.
D’autres solutions doivent être envisagées  : développement de l’offre;  politique au service du développement du transport ferré en alternative au tout routier.
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article