Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

3 mars : ils vont trinquer à la santé de la suppression de leurs impôts.

 

http://www.la-france-de-demain.fr/images/Cartoon/Sarko-vacances-gratuites-Delize.jpg

 

Fa# veut une suppression de l’ISF, et la disparition du bouclier. Il l'a promis aux premiers cercles de ses financiers supporteurs, il l'a redit le 28 février aux cadres de l’UMP : il va procéder à une réforme globale et en profondeur du système du bouclier fiscal et de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF).

Le lendemain, Baroin, ministre du budget, annonce que le gouvernement retient deux scénarios : une “transformation en profondeur” de l’ISF, et l’autre, “peut-être”, sa suppression.

“Nous avons un rendez-vous très important jeudi (3 mars). Nous mettrons sur la table deux scénarios. L’un des deux ira plus loin dans la réforme de l’ISF, peut-être sa suppression. Un autre ira dans une transformation en profondeur", nous rappelle le filleul de Chirac

En conséquence ce jour là les ministères du budget et de l’économie organisent à Bercy un colloque.

Intitulé "loyers, salaires et droit au logement" ?

Ca va pas non ? "Patrimoine et Fiscalité". En prime, faut bien un petit sacrifice, avant le pince fesse rituel, un discours du premier ministre.

C'est qu'il y a urgence ça s'impatiente dans les cercles :

“Cela me paraît assez dangereux de créer de l’attentisme chez les agents économiques qui ne savent pas du tout à quelle sauce ils vont être mangés”, indique Gilles Carrez, rapporteur (UMP) du budget à l’Assemblée nationale. 

Surtout dans un contexte électoral assez acrobatique pour le pouvoir, l’opération est supposée être neutre pour les finances publiques. On peut dire qu’il faut être ambitieux, mais comment finance-t-on la suppression de l’ISF ?”, interroge carrez, pour qui il n’est pas si simple de “trouver 3,5 milliards d’euros”, soit le coût de la suppression de l’ISF et du bouclier.

Il y a des taquets politiques et…de classe à respecter :

“d’autant que l’on a déjà augmenté fortement la fiscalité sur les revenus du patrimoine avec la réforme des retraites (??!), que nous sommes, en la matière, dans le haut de la fourchette dans les comparaisons internationales et que, par ailleurs, on nous dit qu’il n’est pas question de créer une nouvelle tranche d’impôt sur le revenu pour les hauts revenus”.

http://labreche.20minutes-blogs.fr/media/02/00/189173070.jpg

La logique thatchérienne se poursuit : Après l’intervention de Fa# , Christine Lagarde avait indiqué qu’“il y a d’autres scénarios qui sont à l’étude également, qui consisteraient à taxer différemment le patrimoine et à supprimer corrélativement à la fois le bouclier fiscal et l’impôt sur la fortune”.

Voila l'état public de la réflexion qui est déjà fortement marqué du coin de la pensée réactionnaire quand arrive sur les écrans, relayés par Marioanne.fr, des éléments suivants :  

Dans une note confidentielle de Bercy (notez la démocratie de la démarche : Bercy l’a adressée à vingt parlementaires… de la majorité, de plus triés sur le volet (en resteraient-ils de douteux sur ce terrain ?), en vue de la réforme fiscale sur l’ISF et le bouclier fiscal.

C'est que le contenu a de quoi perturber plus d'un :

Une idée au centre l'ISF, "ça eu payé mais ça paie plus " et cet argument :

L’ensemble des revenus des 100 foyers les plus riches dépasse le budget du ministère de la Culture. 91% de ces revenus sont issus de cessions de valeurs mobilières comme les actions.

N'importe quel républicain normalement constitué en tirerait la conclusion qu'il faut taxer le capital. Hardiesse de l'entrée dans le 21ème siècle pour ce pouvoir, le gouvernement lui en fait un argument clé pour supprimer l'ISF.

La question de ces 100 foyers disposant d'un budget supérieur à celui de la rue de Valois va faire causer : les 100 Français les plus riches se partageaient 2,8 milliards d’euros, presque 20 milliards de nos ex-francs.  Selon ces données  fournies discretement par Bercy, à sa sélection d'élus, ces 100 Français les plus riches se partageaient 2,8 milliards d’euros, presque 20 milliards de nos ex-francs.  

Marianne précisant : "C’est un chiffre qui va faire parler de lui. Car jamais l’administration fiscale n’avait dévoilé des statistiques aussi détaillées. Çà plane pour ces bienheureux à mille kilomètres au dessus de la tête des Français de base.

En 2008, le revenu fiscal de référence moyen de l’ensemble des contribuables plafonnait à 22 202 €.

Chacun de ces 100 très riches gagnait donc en un an ce qu’un Français gagnerait en presque en 1,3 millénaire, ou 300 vies de labeur calculé sur la nouvelle durée légale de 42 ans de travail… "

Penchons nous un peu plus sur la nature de ces revenus.

Le contribuable moyen (direct et indirect) doit travailler plus pour gagner moins son pain quotidien, 85 % de ses revenus sont constitués de salaires, pensions et autres retraites (Salaires socialisés donc socialement des revenus du travail). Ces riches très riches tirent eux l’essentiel de leur 28,7 millions d’euros en moyenne de leur capital : 94 % de leur ressource annuelle. (Voila qui répond à ceux des lecteurs de la Canaille qui s'énerverait à chaque fois que ce gros mots jailli du clavier du rédacteur).

Petit clin d'œil de Marianne qui en met un coup sur la meule : "Et encore ces 28,7 millions d’euros représentent-ils le revenu fiscal de référence, celui qui a subi le rabotage des niches fiscales, dont les hauts revenus sont si friands.  Marianne se référant à un rapport de la Commission des finances de l’Assemblée nous apprend que pour : « 50 des 10 000 contribuables dont les revenus imposables sont les plus élevés et dont le revenu fiscal de référence était de l’ordre du million d’euros, cela a même été le cas de contribuables déclarant des revenus imposables parmi les 100 plus élevés du pays, le Trésor public a restitué, en moyenne, 230 euros au titre de leur impôt sur le revenu de 2006.».

L'impôt saigne les nécessiteux. Ayons une pensée émue pour eux et félicitons le trésor public. Heureusement que la TVA sur le gaz et sur le fioul va plus que très largement combler ces trous fiscaux à vocation sociale.


http://www.philippetastet.com/contenu/abonnes/Magic/images/impots.jpg 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Muriel Dichamp 03/03/2011 08:34



Vous avez dit crise ? La preuve qu'elle n'est pas pour tout le monde. Mais il faut bien que le peuple paye pour que l'oligarchie n'en finisse pas de s'enrichir ! Muriel