Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ici radio DSK. Et pour nos fidèles auditeurs, la chanson du jour : "la vie en rose"

 

 

Pour le(la) né(e) natif(ve) d'après 1981, ce qui suit s'appelle France socialiste, du Déroulède habillé de flament rose, écrit à l'époque ou DSK, Jospin, Dray et pas mal d'autres qui préparaient l'ENA se gaussaient des revendications alimentaires de la classe ouvrière :

Cette chanson écrite en 1977 fut un des plus joli bide de l'édition musical de sa génération.

Mais histoire de vous mettre dans le bain: ;) Comment résister?
La voila donc avec la couleur d'époque histoire de savourer le texte qui arrive après la bio des auteurs :

Herbert Pagani auteur des paroles est décédé en Aout 88. Au moins il n'aura pas vu le désastre.

Mikis Théodorakis  a fait la musique. Résistant  durant la guerre contre les fascistes puis durant la guerre civile, après un engagement sans faille avec les forces populaires contre la dictature des colonels, en 1974 il soutient Karamenlis puis il deviendra de 90 à 92 ministre du gouvernement de Mitsotakis qui a pratiqué une politique de réduction des dépenses du gouvernement, de réduction de la fonction publique et de privatisation des entreprises publiques.

 

 

03 juin 2010 (repris du Blog de Ph Lecoeur -le Monde.fr)

 

ps.1275569157.jpg Attention, camarades ! Il faut bien être conscients de “la gravité de la situation” des finances publiques françaises et avoir à l’esprit que, si jamais la gauche revient au pouvoir en 2012, cela lui “imposera de prendre des décisions difficiles“. “Les défis” qui l’“attendent” doivent donc “être justement évalués” et “les mesures” qu’il faudra“prendre préparées avec soin”.

Cette mise en garde est extraite d’une note interne au Parti socialiste (PS). Rédigée par un membre du bureau national, rocardien historique et strauss-kahnien militant - il souhaite que l’on ne cite pas son nom - elle comporte à la fois des recommandations de court terme sur la façon dont il convient de dénoncer, au mieux, le gouvernement en place et sa“responsabilité” dans la dégradation des comptes publics et, donc, cet appel à prendre la mesure de la “problématique complexe” que devront affronter et gérer les socialistes, si jamais ils reviennent au pouvoir.

Sur la situation des finances publiques et les perspectives de redressement.

L’auteur de la note estime qu’il faut “éviter de minorer la réalité de la situation des finances publiques, au motif que cela pourrait justifier les mesures d’austérité que le gouvernement prépare”. Il invite à “être beaucoup plus incisif sur la gravité de la situation et sur la responsabilité de la droite”.

Il écrit ainsi qu’il convient de souligner que, si la situation des finances publiques “est aussi détériorée”, c’est que “la France a abordé la crise dans une position d’affaiblissement structurel qui résulte notamment des incohérences de la politique économique et de gestion des finances publiques conduite par la droite depuis 2002″. Il cite “la baisse des impôts” et “les dépenses fiscale” qui ont “privé l’Etat de plus de 60 milliard d’euros de recettes chaque année et d’autant aggravé la dette publique”.

Il avertit également qu’il est “plus que probable que les mesures de réduction de la dépense publique” que le gouvernement “sera conduit à prendre seront drastiques et qu’elles pèseront d’abord sur les plus fragiles”. Il considère qu’il sera impossible” au gouvernement “de ne pas augmenter massivement les prélèvements obligatoires”.

Pour autant, ce n’est pas “sur la nécessité d’un effort de redressement” que les socialistes doivent se focaliser, mais plutôt orienter le “débat sur la justice et sur la pertinence des mesures que le gouvernement proposera”.

Sur ce qu’il conviendrait de faire et ne pas faire à compter de 2012.

Compte tenu du constat qu’il a fait sur la situation actuelle, et partant du principe que la croissance devrait rester faible au sein de la zone reuro et que le gouvernement n’infléchira pas sa politique, l’auteur de la note prévient qu’“une alternance en 2012 conduirait la nouvelle majorité à gouverner dans une situation sans commune mesure avec celle que la gauche avait trouvée en 1997″.

Il invite à ne pas “laisser accroire” que revenir “sur les mesures fiscales du gouvernement” et que miser “sur un retour rapide de la croissance” puisse “permettre la réduction des déficits et la stabilisation puis la décroissance de la dette publique”.

“Il est clair que l’ampleur des ajustements nécessaires au regard de la situation que laissera la droite imposera de prendre des mesures difficiles tant du point de vue de la hausse des prélèvements obligatoires que de la réorientation des dépenses publiques”, explique-t-il.

Les marges de manoeuvre dont disposera le futur gouvernement, en 2012, “seront limitées”, poursuit-il. Il écarte au passage toute idée d’augmentation sensible des dépenses publiques : “Il faudra donc au mieux redéployer de façon massive la dépense publique et en maîtriser l’évolution, si ce n’est la réduire”. Et il insiste sur le fait que, si il n’y aura d’autre choix que d’augmenter” les prélèvements obligatoires, cela ne pourra se faire que “de façon limitée” et en donnant la “priorité” aux prélèvements sociaux “pour financer la protection sociale, sauf à devoir changer de modèle social”.

L’auteur de cette note presse donc les socialistes, “sans céder à une quelconque vision catastrophiste“, de prendre en compte que “la double problématique du nécessaire soutien du retour à la croissance et de la soutenabilité des finances publiques est complexe”“Les défis méritent d’être justement évalués et les mesures à prendre préparées avec soin”, conclut-il."

(Ce qui est surligné ou en gras l'est par C.le R.)

Sur le même sujet, on peut également aller voir ce qu'a dit François Hollande le 2 juin, devant le club de l'Expansion. Il y parle d’un engagement de retour du déficit public à 3 % du PIB (objectif : les critères de convergences de Maastricht en 2013) “irréalisable”, mais qui reste sa référence. 






 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Serge Dumond 03/06/2010 20:48



Merci Canaille pour cette piqure de rappel (à mettre en parallèle avec "la porte à droite" de Ferrat 85 ...). Elles devraient sonoriser toutes nos manifs !


Fraternellement.


Serge Dumond