Gaza : réactions syndicales internationales

Publié le 20 Novembre 2012

http://www.promethee-1871.com/wp-content/uploads/2012/06/cgt_logo.jpeg http://nsa30.casimages.com/img/2012/09/04/120904062059351728.gif

 

Même si des appels à rassemblement sont lancés par différentes UD ou si des organisations prtofessionnelles prennent position et dénoncent l'agression israélienne, rien au moment où ce qui suit va être mis en ligne sur le site national de la CGT. rien sur celui de la CES, pas de trace d'expression de la CIS à laquelle ces deux organisation sont adhérentes.

 

C'est pour ce qui concerne le syndicalisme en France un grave recul sur ses valeurs historique. Les absents ont toujours tord. 

 

La FSM (qui n'est pas le repère premier des analyses de La canaille)  a pris elle position de façon claire et ofensive : 

 

http://www.wftucentral.org/16cong.jpg

 

 Athènes, Grèce, 16 novembre 2012

STOP  AU  MASSACRE  DU  PEUPLE  PALESTINIEN  PAR  ISRAEL

En moins de 48 heures, l’armée israélienne a attaqué par la mer et la terre plus de 156 cibles dans la Bande de Gaza. Un horrible nouveau cycle d’effusion de sang a commencé à infliger des pertes mortelles au peuple palestinien, victime depuis longtemps de la politique impérialiste d’Israël et ses alliés, les Etats-Unis et l’OTAN.

Le Ministre de la Défense israélien Ehud Barak a mis en action plus de 30.000 militaires prêts à partir pour Gaza. Selon les dernières informations, plus de 10 camions transportant des chars et des véhicules blindés se dirigent vers la zone.

De leur côté les gouvernements des Etats-Unis, d’Allemagne, de Grande-Bretagne, de France, du Canada ont fourni un alibi à l’agressivité israélienne ou bien ouvertement ou bien en blâmant également l’auteur de l’infraction et les victimes.

La FSM dénonce le plus fortement possible les attaques meurtrières d’Israël contre la Bande de Gaza. Une fois de plus, la Fédération Syndicale Mondiale ne reste pas neutre devant le massacre flagrant en cours contre le peuple palestinien, qui mérite le droit d’être un Etat Palestinien tel qu’ils le demandent dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-est comme capitale.

Ce complot agressif contre le peuple palestinien, complot qui fait partie de l’escalade générale de l’agressivité impérialiste au Moyen-Orient contre la Syrie et l’Iran, doit cesser maintenant.

Nous appelons les organisations syndicales du monde à exprimer leur solidarité avec la lutte du peuple palestinien et exiger la fin immédiate de cette tuerie..

 

http://www.tercerainformacion.es/IMG/png/P43173DB2_2-2.png

Mosaïque de Picasso offerte en 1955 à la FSM

 

Repris de Médiapart une analyse syndicale des raisons de l'intensification de l'agression par les autorité de Tel Aviv et la dénonciation des comportements criminels du gouvernement Netanyahou, un texte dont l'appel devait être plus et mieux entendu et qui mériterait diffusion dans les bases syndicales de notre pays :


Arrêt de la guerre à Gaza ! Déclaration du syndicat ouvrier d’Israël WAC-MAAN.


Déclaration du syndicat ouvrier d’Israël WAC-MAAN (Workers Advice Center), 16 novembre 2012 :

Les opérations militaires israéliennes lancées mercredi 14 novembre sur la Bande de Gaza sont le résultat d’années perdues par le gouvernement de droite de Netanyahou. Le gouvernement de Netanyahou a refusé de façon constante de négocier un retrait de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est avec les Palestiniens. Il a continué à étendre les colonies sur les terres palestiniennes tout en permettant le développement de bandes fascistes dans ces colonies.

Avec un processus de paix dans un coma profond, nous arrivons maintenant à un nouveau cycle de violence qui ne résoudra rien. Les dirigeants israéliens déclarent qu’ils défendent leurs citoyens du sud, mais tout le monde sait qu’en réalité la guerre actuelle ne peut produire qu’une trêve temporaire. Le plan d’Israël est de maintenir Gaza séparé de la Cisjordanie, en annulant toute perspective de solution par l’annexion de facto de la Cisjordanie. Que le Hamas accepte cette séparation pour maintenir Gaza sous son contrôle et le Hamas deviendra un partenaire acceptable pour Netanyahou. La guerre est menée pour terroriser la population et pousser le Hamas à une position acceptée par Israël.

 

En plus, sous le prétexte de cette guerre, le gouvernement Netanyahou cherche à détourner l’attention de l’opinion publique des besoins sociaux des Israéliens ordinaires, en particulier ceux du Sud, dont les besoins sont devenus dramatiquement grands depuis le pillage des biens de la nation par une vingtaine de riches familles.

Dans des quartiers de Tel Aviv, on peut se croire à Beverly Hills, mais ce que l’on peut voir dans les bourgs juifs et arabes du Néguev c’est la pauvreté, le chômage et la disparition des services publics. Tout le monde sait que Netanyahou prévoit un plan d’austérité drastique. Craignant de perdre des voix aux prochaines élections, il tente de modifier l’agenda en poursuivant une guerre insensée qui a déjà provoqué des dizaines de morts et qui est loin d’être finie.

En tant que syndicat indépendant unissant des travailleurs juifs et arabes sur une base égalitaire, nous ne pouvons rester indifférents à cette guerre sanglante qui pousse des travailleurs à soutenir leur véritable ennemi de classe. Nous sommes aujourd’hui avec nos frères et nos soeurs palestiniens, les travailleurs et les pauvres de Gaza et de Cisjordanie, qui paient le prix le plus élevé de cette guerre.

Nous savons tous que les seuls bénéficiaires de la guerre sont le gouvernement de droite en Israël et le gouvernement Hamas à Gaza, qui tous deux refusent de négocier. L’extrémisme continue à prospérer alors que les ouvriers des deux côtés de la ligne de 1967 souffrent.

C’est la tradition du mouvement ouvrier de s’opposer à la guerre et de défendre la fraternité entre ouvriers palestiniens et israéliens. Nous appelons le mouvement ouvrier international à prendre la direction de la revendication de cessez-le-feu à Gaza, à se tenir fermement contre l’occupation israélienne et à demander l’avancée vers une solution pacifique basée sur une Palestine indépendante avec Jérusalem comme capitale. Ce n’est qu’une fois ces revendications acceptées que nous pourrons construire nos deux pays, offrir des emplois décents, l’éducation et la santé au lieu de dépenser des milliards dans des guerres qui ne mènent nulle part.

Source : Réseau Militan
t

Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #Solidarité internationale et expériences

Repost0
Commenter cet article