Faut s'y faire. ça va tanguer dans les tabernacles

Publié le 17 Février 2013

 http://2.bp.blogspot.com/-1ZSlP0YZNQM/Ttykf04qZaI/AAAAAAAABGc/k-b9waLpONE/s1600/Laboureur+Caves.jpeg

 

Les rapports de forces idéologiques étant ce qu'il sont, nous en avons pour au moins  107 jours et un carême à nous faire balader avec la nature de la fin de contrat du grand routier blanc partant avant de savoir si pour celui du nouvel attendu ce sera un CDD ou, ermite venant d'un désert cultuel, un auto entrepreneur en hosties.

 

Il faut dire que s'occuper médiatique ment des jeunes pousses déjà chenues du Vatican permet d'éviter ces vieux radoteurs de syndicalistes, les interpellations des jeunes voulant vivre, les archéo-instituteurs et autre militant de la rationalité. 

 

Cela dit, à voir comment la presse, pourtant d'habitude bien intentionnée, nous raconte les turpitudes vaticanesques ayant conduit le titulaire du poste à en avoir ras la tiare, de prendre sa soutane à deux main pour leur dire ciao les gars, on comprend l'embarras si les dossiers en arrivaient à présenter le monde de Berlusconi comme des enfants de choeur à côté des frasques des coursives de la place St Pierre.  


Tout ce que le monde des milieux bien Z'1nformés compte en matière d'arachnéo-théologie va user et abuser des micros et caméras pour éviter de parler chômage, colonialisme, casse industrielle, pédophilie, résignation etc., autant de domaines ou l'excellence de l'expertise vaticane va permettre d'occulter persiennes et oeils de boeuf permettant aux hommes de peser sur le devenir du monde.

 

Ils vont mobiliser leur pseudo compétences pour nous dire quel sera le prénom et le numéro d'ordre du spiderman de la sixtine. Cela ne changera pas ceux des leurs, estampillés diablotins pervers, en archanges. 


Reste une série de questions : les dérives mafieuses du club des mitrés, les liasons extra conjugales des mariés avec monsieur Là-haut, les délicatesses des sabres goupillonnés vont-ils trouver une zones de confinement avant destruction ou la chape d'amiante ecclésiastique va-t-elle au nom de l'extinction des feux étouffer son espace de chalandise ?


Le maire de l'ex future ville d'accueil de Deparlui racontant sur France 2 quelques temps après la fin du jour de leur tutelle, comment gamin il s'est fâché avec le curée du coin parce que l'ensoutanné était par trop entreprenant avec ses enfants de choeur montre combien se débarrasser de la part publique de ces contenables au plus large à la sphère privée reste un combat de notre temps.


Pour la Canaille, le meilleur dans l'évêque, c'est le pont. Le meilleur du curé c'est la poire, Dans le calendrier pour ses fêtes votives Canaille le Rouge oscille entre Emilion, Estèphe, Joseph ou Amour. Et avouons le, pour la langouste ou le homard, il les préfère Thermidor que cardinal.

 

Voila, avant que la déferlante occupe tout l'espace médiatique, laissons ceux qui par choix se sentent concernés, permettons au Vatican de vaticaner et occupons nous des luttes sociales et de la transformation du monde.

 

Il y a plus d'avenir pour l'humanité et, osons le dire, de fidélité à leur Livre à avancer dans cette voie.

 


Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #En passant - juste un mot

Repost0
Commenter cet article