Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Et là, rafle ou pas rafle ? Question pour un champion : De quel gouvernement, de quelle période sont ces méthodes?

 

Faut-il discourir sur la méthode?

http://3.bp.blogspot.com/_9MSdmnsGCbI/SrJj1hBUJAI/AAAAAAAABAw/Lko8C9LgS2Y/s400/rafles2.jpg

en 2011, ils continuent

Pour info et repère de mémoire, Langeac se trouve à 1h00 de voiture du Chambon sur Lignon voir la partie histoire de ce lien link pour ceux qui n'aurait pas ces évènements en mémoire.

Le Monde du 10-01-2011 :

Des gendarmes sont venus chercher un enfant de six ans dans son école à Langeac, en Haute-Loire, pour le conduire dans un centre de rétention avec son père en situation irrégulière. Trois gendarmes, accompagnés du père de l'enfant, se sont rendus, vendredi 7 janvier en milieu d'après-midi, dans l'école de Vazgen Asryan, six ans, pour qu'il soit conduit avec son père dans le centre de rétention de Nîmes, a expliqué à l'AFP une porte-parole du Réseau éducation sans frontières (RESF).

"Habillés en civil, ils ont récupéré l'enfant dans un couloir de l'école, la direction avait été avertie", a-t-elle précisé, faisant part de "l'émotion des parents d'élèves"de ce bourg d'environ 4 000 habitants, où l'enfant était scolarisé depuis 2007.

David Asryan, son père, avait été arrêté jeudi soir pour une infraction concernant un vol de gasoil : "Les gendarmes ont constaté qu'il n'avait pas de papiers et ont prévenu le préfet", a expliqué la porte-parole de RESF, précisant que la compagne de cet homme, âgée de 20 ans, avait également été arrêtée. "Ils sont apeurés et se demandent ce qui leur arrive", a dit la porte-parole de RESF.

M. ASRYAN MENACÉ EN RUSSIE, SELON RESF

Le juge des libertés et de la détention de Nîmes a confirmé leur placement en rétention pour 15 jours, selon des sources concordantes citées par l'AFP.

"La situation de M. Asryan est incontestable", a expliqué de son côté la préfecture de la Haute-Loire. M. Asryan "a été arrêté pour un délit et les gendarmes ont découvert à cette occasion qu'il avait une obligation de quitter le territoire. Il a exprimé le souhait d'avoir son enfant, tout s'est passé de la manière la plus optimale possible pour une situation inhabituelle", a-t-on ajouté.

Le père du garçonnet, d'origine arménienne, exilé en Russie où il a grandi, avait gagné la France en 2007.  Selon le site de RESF, David Asryan serait "lié à un parti d'opposition" en Russie et "a subi des persécutions et a dû fuir". Il se serait vu refuser une première demande d'asile mais aurait formulé une nouvelle demande, qui n'est toutefois pas suspensive.

La famille était hébergée par des membres de l'équipe de football du village dans laquelle M. Asryan était très impliqué, ayant été joueur professionnel en Russie, selon la porte-parole de RESF, comme en témoigne la page de l'association sportive de Langeac.

Un rassemblement de membres d'associations et de syndicats, de parents d'élèves ainsi que d'élus est prévu mardi après-midi devant l'école. RESF appelle sur son site Internet à écrire des lettres de protestation au préfet et à la gendarmerie.

Faut-il se taire ?

La question des références du père de cet enfant pour importantes qu'elles soient pour leur dossier ne doivent estomper la question de principe.

De quelle humanité peut se réclamer un pouvoir et le système qu'il organise, cet état qui prend des enfants en otages ou les traites comme bois d'ébène pour satisfaire la partie la plus réactionnaire de son électorat ? Sauf à être en consonance idéologique criminelle avec cet électorat (ce que ses actes tendent à prouver).

Dans les jurons aussi fleuris qu'injustes de la langue française, "enfant de p.tain" est des plus courant. Ceux qui ont subi ce "u" flétrissant ont droit ici une autre considération que ceux qui motivent ce coup de gueule ne pourront jamais envisager. Ces derniers ont choisi ce "é" de l'infamie qui leur va si bien.  

http://media.paperblog.fr/i/296/2964094/rafle-L-1.jpeg

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article