Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

☭ Et l'acier fut brisé... accident ou stratégie ?

 http://www.ps-pw.be/news-source/avenir-de-la-siderurgie-liegeoise-isabelle-simonis-intervient/image

 

☭ 

 Bernard reste sidérurgiste comme La Canaille est cheminots. La retraite ne coupe pas les racines. Il dit sur son blog sa colère devant l'assassinat de son métier (lien pour aller chez Bernard).

Le calendrier qu'ainsi il résume est on ne peut  plus juste : 

  • EN 1979 LA DROITE FERMAIT LONGWY
  • EN 1984 LE PARTI SOCIALISTE LIQUIDAIT DE NOMBREUSES INSTALLATIONS
  • SIDÉRURGIQUES EN LORRAINE AVEC L'ACCORD DE CHEREQUE DE LA CFDT
  • EN 2008 SARKOZY ET MITTAL FERMAIENT GANDRANGE
  • EN 2013 HOLLANDE ET MITTAL ARRETAIENT LES HAUTS-FOURNEAUX DE FLORANGE
  • HOLLANDE A REJOINT CE JOUR SARKOZY COMME RESPONSABLE DE LA FIN DE LA FILIERE FONTE ACIER EN LORRAINE

 

En plus il pointe bien les responsabilités.

 

Chacun peut imaginer son écoeurement. C'est comme si on fermait le dernier triage pour un cheminot (Guillaume III  y tend), la dernière usine automobile pour un métallo entre Varin et Goshn la course est partie).


La même rage que devant la casse de la machine outil des années 70 à 80, celle de l'industrie textile dès la fin des années 60* et combien d'autres au premier rang desquels tout le système minier (il y a dans le sous sol français des milliards de tonnes de houille et de minerais qui sont laissés à l'abandon et dont les accès ont été noyés).


Tout cela pour dire qu'il ne s'agit pas d'une fatalité mais bien de la continuté d'une stratégie qui spécialise les territoires en fonction des besoins du capital valorisés à partir des atouts géographiques et du besoin de se protéger des réactions populaires. C'est sur cela que s'est construit la pensée de la petite épicière devenue miss Maggie, elle n'a pas inventé, elle a importé et anglicisé la théorie.


Ce que les rapports du "marché commun" d'alors simultanément au plan de Sicco Mansholt et sa croissance zéro (déjà) prévoyaient pour la France et que le mouvement social avait rejeté d'un mot d'ordre : "NON au bronze cul de l'Europe".


Le tourisme, devenu une industrie inventée en grand par les conquêtes sociales du Front populaire, de la Libération puis de 68, sera dédié à la France. Il est devenu la première industrie du pays où ceux qui l'ont construit en sont massivement exclus et la font fonctionner dans la précarité.


Deux questions sont aujourd'hui sur la table :

Si les penseurs du capital raisonnent en terme d'espaces géographiques et de leur cadre politique pour remodeler dans leurs intérêts ces paysages, n'est-ce pas que le concept de Nation (compris dans son acceptation née de Valmy et des idées de 93, pas des arguties des Barrès ou Daudet déclinés des avatars de Déroulède) reste plus que jamais pertinent ?


Corollaire  à ce qui précède : un demi siècle d'expérience montre que ce sont les déclinaisons de la CECA de 1951 jusqu'à la réalité de l'UE d'aujourd'hui qui  organisent le cadre de ces abandons industriels et la déstructuration économique et sociale du pays.


Ils enrichissent les détenteurs du capital et appauvrissent les peuples au point de ramener au quasi servage du moyen âge ceux parmi les plus récemment intégrés dans le cartels des briseurs de vie.


Dès lors, expériences, réalités du moment et orientations imposées prises en compte, ce cadre est-il amendable ou doit-il être détruit ?


Les forces politiques qui le font vivre, qui  le défendent  et justifient leurs choix par ses dogmes sont-elles utiles aux peuples ou doivent-ils s'en débarrasser?

 

On a besoin de textile, d'acier, d'une industrie chimique pour vivre. on a besoin de services publics pour construire sa vie, l'organiser, l'épanouir et la rendre meilleure. Chacun a le droit à des loisirs, à la culture, aux vacances.


Nous avons tous besoin de ce que le plus grand nombre des autres savent faire ou veulent savoir faire.


Mais les peuples n'ont pas besoin de tous les autres : a-t-on besoin de ceux qui cassent, mutilent, répriment et tuent pour pouvoir accumuler ?

 

Ceux là sont-ils ferment de progrès ou de simples voleurs gardant leur caverne d'ali baba où ils stockent leurs larcins ?


Parce que le bonheur doit redevenir une idée neuve, ne sont-ce pas ces questions qui doivent être posées ?


Le communisme, conçu comme un idéal et comme mode de construction de cet idéal, pensé à partir de toutes les valeurs progressistes depuis les Lumières jusqu'à nos jours, débarrassées de ses scories et raccourcis autoritaires, n'est-il pas l'issue à d'urgence mettre en chantier ?  

 

Puisque des assises du communisme sont en préparations, cette p@ge de rage et de recherche d'issues se veut avec ses limites contribuer à leur préparation.


Pour que l'acier coule il faut que ses producteurs soient libres. En éteignant les fours qui firent son dévellopement, le capital démontre qu'il est devenu le frein de l'humanité.

 

 

 

 

* où les propriétaires et patron avaient pris soin de démonter les machines même les plus obsolètes pour les emmener en Tunisie, au Maroc ou au Pakistan où les régimes leur assuraient une main d'oeuvre asservie, pas payée et produisant à la schlague : ce fut la première grande délocalisation.

C'est le patronat français qui l'inventa, il servit de modèle pour les autres.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article