Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Enfin une vrai lutte contre les inégalités

http://www.lapanse.com/pages/archive_blog/09/comparaison_smic_retraite_chapeau.jpgUne image de la préhistoire des rémunérations maintenant il faut un peu plus que tripler l'écart 

 

En 2009, les grands patrons ont gagné en moyenne 190 fois le smic.

Le smic horaire va passer à 9 euros brut au 1er janvier 2011

 

Les patrons des 40 plus grandes entreprises françaises ont touché 3,06 millions d'euros en moyenne en 2009, soit 190 fois le Smic, 

 

Les cinq présidents exécutifs les mieux payés du CAC 40 sont Carlos Ghosn de Renault avec 9,2 millions d'euros par an, Christopher Viehbacher de Sanofi-Aventis avec 8,2 millions, Bernard Arnault de LVMH avec 7,6 millions, Franck Riboud de Danone avec 5,9 millions, et Henri de Castries d'Axa avec 5,6 millions.

 

La rémunération totale des présidents exécutifs du CAC 40 s'est élevée l'an dernier à 3,06 millions d'euros en moyenne, stock-options et actions gratuites comprises.

Il était temps d'arrêter cette scandaleuse dérive, le gouvernement y met bon ordre  :

Le smic va progresser de 1,6 % à partir du 1er janvier pour atteindre 9 euros bruts l'heure, soit 1 365 euros brut par mois et 1 073 euros net, conformément au strict minimum légal et sans "coup de pouce". L'annonce par le ministre du travail Xavier Bertrand, mardi 14 décembre, concerne environ 2,3 millions de Français, soit environ un salarié sur dix.

Depuis le 1er janvier 2010, le salaire minimum s'élève à 8,86 euros de l'heure, soit 1 343,77 euros brut mensuels (ou 1 056 euros net) pour 35 heures hebdomadaires. Avec la nouvelle hausse, les smicards – qui travaillent surtout dans les petites entreprises et dans les secteurs du commerce et des services comme l'hôtellerie et la restauration – toucheraient donc quelque 17 euros de plus en net par mois.

AUCUN COUP DE POUCE DEPUIS 2007

Depuis l'élection de Nicolas Sarkozy à la présidence en 2007, aucun "coup de pouce" n'a été donné au smic lors des différentes revalorisations. Xavier Bertrand a défendu la semaine dernière un tel choix au motif que la progression du salaire minimum ne concernerait que "10 % des salariés", et qu'il préfèrerait "parler à 100 % des salariés"

 

http://2.bp.blogspot.com/_ae1IhJbNowc/SkCvhXOWJ7I/AAAAAAAAEK4/sPNld8mF0FY/s400/SMIC.jpg

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article