Electrolux : la preuve du parasitisme du capital

Publié le 25 Octobre 2012

http://www.lamontagne.fr/photoSRC/W1ZTJ1FdUTgIBhVOGwYSHgYNQDUVGFdfVV9FWkM-/manifestation-contre-la-delocalisation-d-electrolux-le-22-oc_870831.jpeg

 


Voici recopié, brut de décoffrage, l'article que Jacques à mis en urgence sur son blog.

La Canaille en partage la totale indignation.

Pour autant ne serait-il pas indispensable pour ceux qui sont solidaire de ne pas en rester au simple refus des licenciements boursiers ?

Il ne s'agit pas ici de dire au camarade en luttes qu'ils ne sont pas assez offensifs, le reproche serait scandaleux, eux se battent, dos au mur. Mais dire à ceux qui les soutiennent qu'il serait bon d'aller plus loin que de leur proposer des solutions incantatoires qui laissent tranquille les propriétaires du capital…parce qu'ils peuvent en rester propriétaire alors que ceux qui le font fructifier sont jetés à la décharge, voila le vrai combat, le blog de jacques démontre à longueur de pages combien si une force politique décidait d'en faire son objectif la fédération des colères pourrait modifier le rapport de forces.

 

http://www.come4news.com/images/users/3692/electrolux.jpg 

mardi 23 octobre 2012, 00:23

Electrolux annonce la fermeture de l'usine de Revin (08) : 419 licenciements boursiers !!!!

Même si on s'attendait au pire depuis des mois, l'annonce de la direction d'Electrolux de fermer sous 2 ans l'usine de Revin (08) est un nouveau coup de poignard dans le dos des Ardennes !

Cette annonce est d'autant plus scandaleuse qu'elle tranche avec un chiffre d'affaire croissant et surtout avec un bénéfice net en hausse de 19% sur les prévisions du groupe international : IL S'AGIT DONC BIEN DE LICENCIEMENTS BOURSIERS AU SENS LE PLUS ODIEUX !

ELECTROLUX ASSASSINE LA VILLE DE REVIN ET LA VALLEE DE LA MEUSE POUR MIEUX SERVIR SES ACTIONNAIRES : il faut mettre fin à ses scandales économiques à répétition en votant rapidement une loi interdisant les licenciements boursiers !

Voilà la réaction du PCF :

L'annonce, par la direction du groupe suédois, de fermer le site de Revin ne correspond pas à une nécessité industrielle mais à la seule volonté d’augmenter ses profits, déjà en croissance de 19% au 3ème trimestre de l'année.

Ce n'est que la suite logique du refus d'investissements pour mettre en place un nouveau modèle de machines à laver répondant aux attentes des consommateurs et répondant mieux aux normes environnementales , et du désengagement du groupe de notre pays, sans assumer ses responsabilités sociales vis à vis de ses salariés.

Les communistes ont de longue date engagé l'action en faisant signer massivement (2300 signataires) une pétition à l'intention de la direction d'Electrolux et n'acceptent pas cette décision : ils continueront à se battre contre ces licenciements boursiers (une proposition de loi a d'ailleurs été déposée en ce sens par les parlementaires communistes). Ils exigent du groupe de revoir sa copie et sollicitent une intervention forte du gouvernement : l'indépendance industrielle de la France ne peut passer par l'abandon de productions aussi indispensables à toutes les familles qu'un lave linge.

Après Porcher, cette fermeture serait un nouveau coup dur pour Revin et la vallée de la Meuse : ce sont non seulement près de 500 emplois qui seraient supprimés directement, mais aussi des catastrophes pour des sous-traitants : les communistes affirment leur solidarité vis à vis de tous ces salariés et de leur famille , et seront à leur côté dans les luttes à venir.

Michèle LEFLON

Conseillère régionale PCF

Les salariés ont débrayé aprés cette mauvaise nouvelle et se sont rendus à la préfecture de Charleville-Mézières , bloquant le centre-ville ! Un bras de fer avec la direction du groupe mondialisé va s'engager :ce sont les salariés eux-mêmes qui peuvent imposer le changement , mais le PS dispose de nombreux pouvoirs pour s'opposer à cette délocalisation injustifiée économiquement ( présidence , Assemblée nationale ,Sénat , région ...) , qu'attend-il pour reprendre la proposition de loi interdisant les licenciements boursiers

Christophe Léonard , député PS de la Vallée de la Meuse , doit se prononcer clairement sur cette question !

LE CAPITAL OU LE TRAVAIL ?.... le changement , c'est maintenant !

Par Jean-Charles VAN BERVESSELES

 http://img.over-blog.com/605x383/0/32/46/53/illustration12/electrolux-22-10-2022.jpg

Regardons à deux fois. Pas pour le plaisir de la surenchère mais tous simplement parce que boursier ou pas, le capital taille et modèle l'outil industriel voire déracine ses emprises au grès des attentes de rentabilité en fonction des profits escomptés et pas au regard des besoins sociaux (emplois pour les salariés, valeurs d'usage pour ceux qui usent des productions). 

Être communiste, ce n'est pas n'être que solidaire mais c'est aussi aider à construire des solutions pour que l'issue change la donne structurellement.

Taxer les profits financiers suppose qu'ils perdurent et interdire les licenciements boursiers sous tend l'acceptation de la bourse. C'est elle qui fait du travail humain une marchandise. Doit-on l'accepter tel le  serf accepterait le servage comme fatalité divine ou doit-on viser une nouvelle nuit du quatre aout, radicale, s'attaquant à l'économie ?

Ils ont l'argent ? Nous sommes le nombre.

Écartons les faux prophètes et autres chantres de la résignation. Faisons taire les sirènes du consensus à la bouche emplie des petits fours, ne craignant rien de plus que de rendre compte d'un mandat dont ils se sentent propriétaires.

 

 http://s0.wat.fr/image/usine-electrolux-revin-menacee_5badj_2c6y44.jpg

Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #Pour réfléchir ensemble

Repost0
Commenter cet article