09 11 11 Et le prix Goncourt 2009 de la bêtise est attribué à

Publié le 11 Novembre 2009

A Eric Raoult, au premier tour, pour sa question écrite au ministre de la culture:

«Monsieur Eric Raoult attire l'attention de M. le Ministre de la culture et de la communication sur le devoir de réserve, dû aux lauréats du Prix Goncourt. En effet, ce prix qui est le prix littéraire français le plus prestigieux est regardé en France, mais aussi dans le monde, par de nombreux auteurs et amateurs de la littérature française. A ce titre, le message délivré par les lauréats se doit de respecter la cohésion nationale et l'image de notre pays. Les prises de position de Marie NDiaye, Prix Goncourt 2009, qui explique dans une interview parue dans la presse qu'elle trouve «cette France [de Sarkozy] monstrueuse», et d'ajouter «Besson, Hortefeux, tous ces gens-là, je les trouve monstrueux», sont inacceptables


Ont obtenu des voix ; M. Frédéric Lefèbvre et Madame Nadine Morano.

Dans la course à la bêtise crasse par pratiques et idées réactionnaires, le sieur Raoult n'est pas un perdreau de l'année. Quelques uns peuvent témoigner qu'en la matière il a quelques milliers d'heures de vol:
 

Qui se rappelle de ce commando qui faute de Palais d'Hiver a tenté de prendre d'assaut le siège de la CGT pour protester (déjà et encore) contre les grèves à la SNCF et à la RATP en décembre 1986 ? Il en a gardé (ou plutôt, ce jour, perdu) une dent contre les services publics.
 

Ultra sécuritaire élus de la branche Liechtensteinoise du 93, précurseur du couvre feu urbain, adepte de la matraque du flash bal et autres délicates pratiques de concertations, proche ami du tunisien démocrate Ben Ali, les seuls livres qui trouvent grâce à ses yeux sont les livres de comptes (et pas de contes SVP. Pour E Raoult, le petit chaperon étant rouge risquerait de manger le loup).
 

Peut-être parce que les Goncourt, ultra-réac intellectuels de référence de l'époque, étaient de ses inspirateurs, se croit-il un droit moral sur les prix littéraires ?

Il est vrai qu'il sait écrire ce drôle de citoyen et comme les frères Goncourt, il écrit à plusieurs.

Exemple de littérature raoultienne:

"Dans l’intérêt supérieur des Etats, la France, en lien étroit avec ses alliés européens, doit amplifier la lutte antiterroriste et afficher une fermeté exemplaire. C’est pourquoi, il importe qu’elle puisse disposer de cette peine d’exception qu’est la peine capitale, pour combattre le terrorisme, …

….Sur le plan juridique, rien n’empêche aujourd’hui la France de rétablir la peine de mort que le Parlement avait abolie par la loi no 81-908 du 9 octobre 1981. Certes, notre pays a ratifié en février 1986 le protocole no 6 additionnel à la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales, qui abolit la peine de mort en temps de paix, tout en autorisant d’ailleurs les Etats signataires de la Convention à maintenir ce châtiment « pour des actes commis en temps de guerre ou de danger imminent de guerre ».

…. Le verrou juridique empêchant un rétablissement éventuel de la peine de mort est par conséquent caduc depuis le 1er mars 1991.

Il convient de préciser que, la France a signé, le 3 mai 2002, le protocole no 13 additionnel à ladite convention relatif à l’abolition de la peine de mort en toutes circonstances, mais qu’elle ne l’a pas ratifié à ce jour.

Le texte, que nous avons l’honneur de vous soumettre, propose donc le rétablissement de la peine de mort pour les auteurs d’actes de terrorisme tels qu’ils sont définis au 1o de l’article 421-1 du code pénal.

PROPOSITION DE LOI

Article 1er

L’article 1er de la loi no 81-908 du 9 octobre 1981 portant abolition de la peine de mort est complété par un alinéa ainsi rédigé :

« Toutefois, la peine de mort demeure applicable aux auteurs d’actes de terrorisme. »

Article 2

La présente loi entrera en vigueur dès qu’aura pris effet la dénonciation du protocole no 6 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales concernant l’abolition de la peine de mort.

Article 3

Après le premier alinéa de l’article 131-1 du code pénal est inséré un alinéa ainsi rédigé :

« 1o La peine de mort ; »

Article 4

Après le premier alinéa de l’article 421-3 du code pénal, est inséré un alinéa ainsi rédigé :

« 1o Il est porté à la peine de mort ou à la réclusion criminelle à perpétuité lorsque l’infraction est punie de trente ans de réclusion criminelle à perpétuité ; »

Article 5

Un décret en Conseil d’Etat précisera les conditions d’application de la présente loi."

 

Cet homme aurait été un parfait apparatchik à l'Est, un secrétaire de la commission Mac Carthy au USA, un garde rouge à Pékin, un ministricule de la police au royaume du Maroc ou un Khmers rouge au Cambodge.

Il n'est que le 
gonfalonnier vieillissant du condottiere.
 

 



 

Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #se coltiner au quotidien

Repost0
Commenter cet article