D'Air France à GDF : Démêler les ficelles pour y voir plus clair.

Publié le 21 Juin 2012

 

http://miztral.free.fr/www/images/stories/noeuds.jpg

 

 

Entre la "fatalité des choix déjà dans le tube", le "poids du contexte" et les "efforts à fournir", les choix de la "non opposition de droite" vont avoir besoin de décodeurs.


Un peu de matelotage politique va certainement être nécessaire pour y voir clair.


Pour commencer cette première séance que la Canaille propose d'alimenter par des exemples concrets, regardons les annonces du Jour. Air France et le prix du gaz. Vos exemples pour enrichir le débat seront les bienvenus.


Pour éclairer la table de travail, tant qu'une autre lampe ne nous a pas été livrée pourquoi ne pas garder ce superbe luminaire proposé il y a deux jours :

 

De Robien sur recommandation de la non opposition de droite a été élu président du BIT.

 

Air France donc :

"Air France supprimera 5 122 postes sans licenciement"

http://www.stream-tv.fr/wp-content/uploads/air-france.jpg

(Vous noterez que la défailllance se produit sur le côté droit de l'aéronef)

 

5122 postes supprimés d'ici 18 mois. (Sur 49300, plus de 10% de l'effectif)

Michel Sapin, ministre du travail, dans sa première réaction déclare ", "L'État actionnaire regarde ce que la direction elle-même propose" et la direction "elle dit 'si rien n'est fait, cette grande société risque de capoter'", a-t-il affirmé, avant d'ajouter : "Il faut maintenir une grande compagnie française mondiale qu'est Air France."


Dénouons le fil

L'état actionnaire de la compagnie privatisée sous ce triste sire de Gayssot demande aux organisations syndicales de négocier sur la base du plan social imposé par la direction laquelle précisera après avoir pris  connaissance de la déclaration de la guirlande à patron qui a succédé à X Bertrand que ce sera ça ou des licenciements sec.

 Y a-t-il une autre interprétation possible de la déclaration de l'arbre de Noel du Medef ?  :

 "Pour arriver à cette adaptation, il y a un dialogue social au sein de l'entreprise. Je ne sais pas si ce dialogue social aboutira, à lui tout seul, mais ça passe par la discussion entre la direction de l'entreprise et les organisations de salariés". "Aujourd'hui l'État encourage ce dialogue qui devrait permettre, je l'espère, que l'entreprise retrouve l'équilibre financier" sans être "dans des plans de licenciements secs, avec des gens mis à la rue. Ce n'est pas la question qui se pose ici", a-t-il dit.

 

Et ensuite, coté facture énergétique, ça gaze ?


Grande avancée sous ce nouveau pouvoir, un concept fabuleux : L'augmentation avec effet rétroactif : Si le concept est valable juridiquement (c'est le Conseil d'État qui pilote ce dossier) La Canaille peut être pour. Mais alors commençons donc par augmenter le smic et tout les minima sociaux avec effets rétractifs.

 

Qu'est-ce que vous en pensez ?

 

 

Les tarifs du gaz sous la menace d'une hausse rétroactive

Le Monde.fr avec bip bip| 21.06.2012 à 10h33 • Mis à jour le 21.06.2012 à 10h33



 

Les factures pourraient augmenter d'environ 10 %, estiment "Les Echos".

 

Le rapporteur public du Conseil d'Etat estime que le gel du tarif réglementé du gaz décidé en octobre par le gouvernement Fillon doit être annulé, ce qui pourraitconduire à une hausse rétroactive des tarifs pour les particuliers, a révélé le quotidien Les Echos, mercredi 20 juin.

Selon le journal, le rapporteur estime que le gel n'a pas permis de compenser la hausse des coûts d'approvisionnement en gaz naturel pour GDF-Suez. L'application rétroactive de cette règle pourrait conduire à une augmentation d'environ 10 % des tarifs pour les particuliers.

LA HAUSSE REPOUSSÉE DU 1ER AU 15 JUILLET

La loi prévoit normalement que le tarif réglementé couvre intégralement les coûts d'approvisionnement et d'acheminement de GDF Suez, eux-mêmes en grande partie alignés sur les cours du pétrole. Le rapporteur préconise en conséquence un nouvel arrêté gouvernemental prévoyant "une facture rectificative par voie de complément de prix", précisent Les Echos.

Les conclusions du rapporteur public n'ont pas de caractère contraignant, mais elles sont généralement adoptées par les juges du Conseil d'Etat. L'affaire a été mise en délibéré, et un jugement est attendu d'ici trois semaines à un mois.

Les tarifs du gaz doivent augmenter en principe d'au moins 2 % et peut-être de jusqu'à 5 % au 1er juillet. Mais Europe 1 affirme jeudi que cette hausse devrait être repoussée de quinze jours, pour intervenir le 15 juillet.

 

Juste un mot avant de vous laisser vaquer à vos autres préoccupations : Vous vous souvenez ? Air France, GDF, des fleurons du Service Public, parce que PUBLIC, construit dans l'esprit d'une grande politique idustrielle pour un pays dont le peuples exprime sa souveraineté au travers deses choix. Ils ont été ensuite bradés (on dit privatisés) par gôches et droite cohabitant ou successivement. Ils       avaient des finances saines parce que non soumises à la concurence libre et non faussée.

Et si l'issue était de réintroduire la propriété collective totale à but social de tous les services publics en réseaux ? Et cela sans indemnité pour ceux qui ont passé leur temps à casser les outils publics qui leur ont été offert pour mieux se goberger ?


 

Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #Du côté du capital

Repost0
Commenter cet article