Crise du logement : plus de place dans les piscines. Refuge dans les églises

Publié le 22 Mai 2013

http://www.estrepublicain.fr/fr/images/F1FE8676-4452-48B9-B8A6-D95B27557B27/LER_15/non-renseignee.jpg

Est-ce parce que la dernière et tombée qu'il s'est fait sauter le caisson ? Vive les dominos

 

 

Derrière le titre provocateur, un peu d'histoire :

C'est Jean et ses pages lien qui aident à mesurer les choses : 


Jean-Marie Le Pen, comme sa fille, ont immédiatement célèbré celui qui fut le militant et l'historien de l'activisme fasciste.

D'autres font de Dominique Venner celui qui a voulu se poser, lui l'idéologue passé par la Nouvelle Droite, en "martyr de la civilisation blanche européenne". Il n'aurait pas supporté le vote du mariage gay....

MAIS QUI EST DOMINIQUE VENNER ?

Dominique Venner a joué un rôle majeur à l'extrême droite. Il fonde en 1954, avec PierreSidos, Jeune Nation. Ce mouvement, ouvertement fasciste, est très en pointe dans le combat pourl'Algérie française. Il se fait dissoudre le 15 mai 1958. Ses militants rejoindront l'OAS.

Dominique Venner et Pierre Sidos seront incarcérés.

Source: les Rats Maudits

En 1963, à sa sortie de prison, il fonde le mouvement Europe-Action qui aura une influence déterminante sur la Fédération des étudiants nationalistes (FEN), la matrice dont sortira Occident.

 

Déjà à cette époque Dominique Venner exerce un magistère intellectuel sur de futurs cadres de l'extrême droite de la fin des années 1960, qui se nomment François d'Orcival, Alain Madelin, Alain Robert, Xavier Raufer, aujourd'hui "expert es-terrorisme""  ou encore Gérard Longuet, en lien avec l'ex- dirigeant de la collaboration, Georges Albertini.

 

Membre du Groupe de recherche et d'études pour la civilisation européenne(Gréce), à l'origine du courant de pensée de la Nouvelle Droite, il dirigeait la Nouvelle Revue d'histoire – bimestriel se revendiquant du nationalisme européen – depuis 2002. M. Venner est l'auteur de nombreux ouvrages consacrés à l'histoire, politique et militaire, à la gloire des waffen SS.


Ces derniers mois, l'essayiste s'était activement engagé contre la loi autorisant le mariage pour tous.


Tel est l'homme que les médias font passer pour un héros du combat anti-gays...

 

Souvenirs personnel de La Canaille: 


De 1968 à 1972, celui qui n'était pas encore Canaille le Rouge, tout juste jeune militant à la Jeunesse Communiste du 13ème arrondissement de Paris fréquentait, disons avec le recul de façon exotique par rapport aux normes disciplinaires de l'époque, le Lycée Gabriel Fauré.


A 200m de là, rue Caillaux était établi le siège de l'oeuvre française. L'officine de Venner Sidos et autres. Tout ceux qui trouvaient les gens d'Assas trop timorés,  Le pen un peu mou, Tixier Vignancourt trop respectueux des lois s'y retrouvaient organisant à espaces plus ou moins régulier une ratonnade vers un foyer que les curés du coin avaient pris sous leur protection et avec lesquels nous coopérions ou, pour se détendre les bras, une descente vers le lycée, ce qui conduisait à prendre des mesures pour leur en interdire l'accès.


Claquement de talons, bras tendu, menton en avant était leurs signes extérieures de bassesse dès qu'ils était plus de trois mais rasaient les murs quand ils étaient seuls.


Souvenir de l'époque : la police parisienne sous les ordres de Marcellin était plus prompte à violer les franchises universitaires pour interdire à la demande de la ville ou du rectorat une réunion de la JC que pour intercepter les nazillons qui héritiers de la milice prenaient les lycées pour le plateau du Vercors ou les glières : des objectifs à investir.


Le nombre de fois ne se compte plus où les métallos de chez Panhard (pas encore liquidés par PSA via Citroen), ou (déjà) les cheminots d'Austerlitz(premiers contacts qui pour La Canaille seront plus que fructueux) ) sont vigoureusement intervenus pour aider à faire respecter la légalité républicaine.


Sidos Venner et ses acolytes, courageux mais pas téméraires, prompts à envoyer leur dogues se gardaient de venir en première ligne s'y frotter directement. Courageux comme tout fasciste avec la peaux des autres ou armés à dix contre un.


Ceci pour éclairer d'une expérience certes circonscrite mais bien réelle ce qu'en dit Jean.

 

 

Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #Mémoire et Histoire

Repost0
Commenter cet article