Congrès de la CGT...vu depuis Paris

Publié le 19 Mars 2013

                                         http://a404.idata.over-blog.com/0/32/46/53/illustration18/50congresCGT.png

 

Ce ne sont que des impressions. Comme toutes impressions, elles ne sont que subjectives.

Mais elle semble donner une tonalité qui va dans le sens attendu par La Canaille:

 

Que la maison Berger et sa PS houpehollande aient été copieusement chahutées est un signe fort que le congrès a l'intention de donner de la voix contre les trahisons (pour ceux qui il y a un an avaient des illusions).

 

Que le même réserve à la délégation du PCF un accueil des plus chalereux montre les limites dans le domaine des dessillusions : chahuter le parti du budget et acclamer celui qui ne vote pas contre voir l'accepte est un exercice de funambulisme qui risque toujours de se terminer sur le ventre.

 

Pourtant expérience aidant, il serait temps de sortir des mécanismes hors de saison. La lettre d'Elie n'en prend que plus de saveur :  à un copain qui n'a pas le moral ...et pourtant.

 

Y aura-t-il un moment de débat sur la question industrielle et la définition vrai du périmètre de la classe ouvrière dans le pays ? rien n'est moins sûr.


L'organisation technique des commissions du congrès semble avooir éte ébranlée par quelques exigences de démocratie  montées des délégations...on verra ce qui ressortira de leur travaux.

 

Mais que d'entrée la question des luttes contre l'ANI du Berger ait été au coeur des débats est une bonne nouvelle. La semaine d'action proposée dans le rapport d'introduction donne le ton d'un congrès qui se construit autour des exigences revendicatives et non des questions d'appareils et directions. C'est bon signe.

 

Attendont la suite en particulier le moment (s'il vient) où la question des liens avec la CES et sa caution des orientations fondamentales de l'UE et leur antagonisme avec les exigences revendicatives sera posée.

Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #Du côté des luttes

Repost0
Commenter cet article