Classe ouvrière ou classe des travailleurs

Publié le 15 Février 2013

http://www.collectif-rto.org/IMG/cartoon_matiz_menu_fr.jpg

 

Ce n'est pas qu'un débat sémantique.

 

Outre qu'il renvoit à des questions de traduction dont celle de Marx lui même lors de la rédaction du manifeste communiste, au moment où certains s'interrogent sur la disparition des premiers pour mieux écraser tous les seconds, ou ont décidé de se passer de 65% des actifs pour définir un projet de société, il y a de quoi débattre.

Débattre, c'est justement ce que propose Elie Dayan avec sa nouvelle contribution :

 

UN COMBAT POLITIQUE …....

 

Neuf mois, neuf mois après son élection en tant « qu'ennemi du capital » le Président élu n'a visiblement pas eu encore le temps de s'attaquer aux problèmes de l'essentiel de ses électeurs : chômage, emploi, pouvoir d'achat, il est vrai qu'il a été très absorbé par la situation au Nord Mali tout autant que par le mariage pour tous. Le tout sous une couverture médiatique effrénée mais ce peuple s'impatiente, d'autant que le CAC 40 déploie avec encore plus de force sa campagne sur le procès de l'amiante, sur le budget « qu'autoriserait » le traité Européen et d'austérité renforcée.

De plus en plus de salariés concernés par ces mesures s'orientent vers une riposte appropriée.

 

30 ANS DE L'ENTREPRISE « FRANCE »

 

 

1980

2010

Commentaires

Valeur ajoutée

396 *

1738

les salariés ont travaillé 4,4 fois plus

Salaires

290 *

1035

Mais n’ont gagné que 3,6 fois plus

Capital

91 *

535

Eux, par contre, ont engrangé 5,9 fois plus et pourtant ils en redemandent

*en milliards d'€uros

 

Les medias ne manquent jamais de verser une petite larme sur la pauvre PME que les charges sociales trop élevées empêchent d'embaucher : hypocrites ! L'INSEE rapporte que : la part de la V.A. (excédent brut d'exploitation ou EBE) produite par les salariés des PME est de 11.509 €uros tandis que dans les grandes entreprises elle est plus de trois fois supérieure à 34.221 €uros !! Cela pour trois raisons, les grandes tirent une part non négligeable de l'EBE des PME par les contrats léonins de sous-traitants ou fournisseurs. Leur activité est centrée sur les produits à forte valeur ajoutée, de haute qualification.

 

Tout cet édifice est solidement organisé comme une pyramide au sommet de laquelle un petit groupe de dirigeants : une sorte de CAC 40 élargi qui pense et décide toute la vie économique, politique, sociale mise en œuvre par le gouvernement; même si celui-ci est issu du suffrage universel direct, il est bien le gouvernement des riches comme on le clame dans les manifestations populaires, c'est là que les forces économiques, sociales et politiques de changement doivent porter leurs coups.

DEPOUSSIERER, RAFRAICHIR L'IDEAL REVOLUTIONNAIRE

Je suis toujours étonné, abasourdi quand j'entends parler de tout cela dans les mêmes termes qu'il y a 100 ans :

·         de la « classe (dite) ouvrière » par exemple alors que les ouvriers ont cessé de former la majorité du monde du travail depuis 1970.

Cette pseudo théorie rejette dans les bras du Capital les catégories non ouvrières que sont les employés, les techniciens et cadres.

·         De définir l'exploitation, la « vraie », celle des ouvriers comme étant la plus « féroce », la « seule » source de « plus-value » !!!

De telles idées divisent « le travailleur collectif » constitué par l'ensemble du personnel.

C'EST OUBLIER UNE DONNEE FONDAMENTALE :

 « LE TRAVAIL COLLECTIF »

Qui unit dans la production un ensemble diversifié, de qualifications complémentaires en vue de fabriquer un produit dont le client a l'usage.

Aujourd'hui, la valeur ajoutée est elle-même le produit du « travailleur collectif ».

DE FAIT, CET ENSEMBLE CONSTITUE BIEN UNE CLASSE SOCIALE : LE SALARIAT !

Plus de 25 millions d'actifs, 91% sont liés à un entrepreneur par un contrat de travail qui implique leur subordination contre rémunération, selon la formule de l'académie française. La principale revendication politique à laquelle il faut aboutir, c'est l'abolition de ce contrat de travail inégalitaire : elle permettra à 25 millions de travailleurs qui sont totalement dépourvus du droit d'expression EN TANT QUE SALARIES, et sur leur lieu de travail, et par la voie de leurs représentants élus au suffrage universel (sur le même mode d'élections que la Sécurité Sociale, les Prud'hommes) de se constituer en assemblée avec des pouvoirs réels sur toutes les questions relatives au travail, aux travailleurs, à égalité avec l'Assemblée Nationale.

Cela permettra aussi de réduire la puissance des entreprises du CAC 40, sachant que 91 groupes industriels et financiers employant 3.300.000 salariés (ouvriers, ingénieurs, employés, techniciens et cadres) réalisent 1200 milliards de chiffre.

Ces administrateurs d'un type nouveau réaliseront enfin le vieux rêve de la démocratie sociale, le travailleur maître de son travail, un pas énorme aussi important que la fameuse nuit du 4 août 1789.

 

Elie DAYAN

14 février 2013

Adhérent de l’association Rouges Vifs Ile de France

 

 

Le CAC 40 élargi dont parle Elie existe bel et bien il se nomme SBF 120* et réuni les 120 premières capitalisation boursières du Pays 

Avis de Canaille le Rouge :

 

De façon accessoire (encore que) cela renvoit à la question du statut du travail salarié.


Soit on le considère comme un horizon indépassable demanda statut gravé dans le marbre (et le capital fournira le burin voire offrita la pierre).Ce ne peut être une perspective d'avenir.


Soit le but des salariés est de s'affranchir de ce statut aliénant (puique quelque soit le cas de figure, le surtravail qu'il produisent est capté hors de leur champ de décision pour son usage et part gonfler des rentes et alimente des prébendes).

 

C'est là que le projet communiste prend son sens. Mais nous y reviendrons tant ce projet communiste reste à débattre et construire.

 

http://www.pro-at.com/modules/fckeditor/UserFiles/image/Roque/_2011/2011_08_05/2_SBF120.jpg

 

*Le SBF 120 (pour Société des Bourses Françaises) est un indice boursier sur la place de Paris. Son code ISIN est FR0003999481, et son code mnémonique est PX4.

Il est déterminé à partir des cours de 40 actions du CAC 40 et de 80 valeurs du premier et du second marché les plus liquides cotées à Paris parmi les 200 premièrescapitalisations boursières françaises. Cet indice est représentatif du marché dans son ensemble. L’indice SBF 120 est mis à jour toutes les 30 secondes pendant la journée de hà 17 h 30. L’indice SBF 120 étant un indice dit « de référence », il est révisé annuellement fin juin par le conseil scientifique d’Euronext . en voici la lite au 18 juin 2012 :


  1. Accor
  2. ADP
  3. Air France-KLM
  4. Air liquide
  5. Alcatel Lucent
  6. Alstom
  7. Alten
  8. Altran Technologies
  9. Aperam
  10. Arcelor Mittal
  11. Areva
  12. Arkema
  13. Atos Origin
  14. AXA
  15. Bic
  16. Biomérieux
  17. BNP Paribas
  18. Bolloré
  19. Bourbon
  20. Bouygues
  21. Bull
  22. Bureau Veritas
  23. Cap Gemini
  24. Carrefour
  25. Casino Guichard Perrachon
  26. CFAO
  27. CGG Veritas
  28. Ciments Français
  29. Club Med
  30. CNP Assurances
  31. Crédit agricole
  32. Danone
  33. Dassault Systèmes
  34. Derichebourg(ex Penauille)
  35. Dexia
  36. Eads
  37. Edenred
  38. EDF
  39. Eiffage
  40. Eramet
  41. Essilor International
  42. Euler Hermes
  43. Eurazeo
  44. Eurofins Scientific
  45. Eutelsat
  46. Faiveley Transport
  47. Faurecia
  48. Foncière des Régions
  49. France Telecom
  50. GDF Suez
  51. Gecina
  52. Gemalto
  53. Groupe Eurotunnel
  54. Groupe Steria
  55. Havas
  56. Hermes International
  57. Icade
  58. Iliad
  59. Imerys
  60. Ingenico
  61. Ipsen
  62. Ipsos
  63. JC Decaux
  64. Klepierre
  65. L’Oréal
  66. Lafarge
  67. Lagardere
  68. Legrand
  69. LVMH
  70. Maurel Et Prom
  71. Mercialys
  72. M6 Metropole Television
  73. Michelin
  74. Natixis
  75. Neopost
  76. Nexans
  77. Nexity
  78. Orpea
  79. Pages Jaunes
  80. Pernod Ricard
  81. Peugeot
  82. Plastic Omnium
  83. PPR
  84. Publicis
  85. Remy Cointreau
  86. Renault
  87. Rexel
  88. Rubis
  89. Seb
  90. Safran
  91. Saft
  92. Saint-Gobain
  93. Sanofi Aventis
  94. Schneider Electric
  95. Scor SE
  96. Ses Global Fdr
  97. Silic
  98. Societe Generale
  99. Sodexo
  100. Soitec Silicon
  101. Solvay
  102. ST Microelectronics
  103. Suez Environnement
  104. Technicolor(ex Thomson)
  105. Technip
  106. Teleperformance
  107. TF1
  108. Thales
  109. Total
  110. Ubisoft
  111. Unibail-Rodamco(ex Unibail)
  112. Valeo
  113. Vallourec
  114. Veolia Environnement
  115. Vicat
  116. Vinci
  117. Virbac
  118. Vivendi
  119. Wendel
  120. Zodiac

Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #Pour réfléchir ensemble

Repost0
Commenter cet article