Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cela a un nom et la charte de l'ONU prévoit des poursuites

http://huberttabutiaux.files.wordpress.com/2011/04/cpobjetsdesfalashasdegondars-voileharrar_thumb.jpg?w=789&h=413

objets divers et bibelots des falashas d'Ethiopie

 

 

Pour mettre ce qui suit en ligne, comme à chaque fois que Canaille le Rouge ose lever un coin du voile sur les pratiques fascistes en cours du côté de Tel Aviv, la messagerie va accueillir quelques insanités destinées à l'auteur du message .

 

Mais là, oseront-ils?

 

C'est que pour certain la judaîté c'est comme la musique ; une blanche vaut deux noires sortout si la noire vient d''Ethiopie.


 

Pourtant, nous dir Wikipédia" qui pour lLa cabnaille n'est pas la bible mais en est une pour nopmbre des utilisateur des différentes varaintes de leur Livre, " la Bible hébraïque raconte (en 13 versets)  les riches cadeaux (orpierres précieuses et parfums) de la reine de Saba, puis comment elle fut impressionnée par le faste du palais et de la cour de Salomon, puis par sa grande sagesse après l'avoir éprouvée. Elle eut « le souffle coupé » après avoir assisté aux services rendus à Dieu dans le Temple de Jérusalem. Elle loua la sagesse de Salomon et Dieu qui l'avait choisi pour régner sur Son peuple. Puis elle retourna dans son pays".


Il est vrai que pour des questions démographiques faut regarder : Selon la Bible (1R XI,3), Salomon a pris 700 épouses et 300 concubines.(en conséquence de quoi le CRIF ici est contre le mariage pour tous . A cause des files d'attentes ? )


La Reine de Sabba et les descendants de Salomon doivent se recouvrir la tête de leur cendre.


C'est le Monde (un ses blog des contributeur qui a mis en ligne) : 


RETOUR – Israël reconnaît avoir contrôlé les naissances des immigrées éthiopiennes

174 Juifs éthiopiens sont arrivés à l'aéroport de Ben Gourion, près de Tel-Aviv, lors de la dernière opération organisée par l'Agence juive afin d'accueillir de nouveaux immigrants, le 17 janvier 2011. (bip bip /MENAHEM KAHANA)

Les accusations se sont multipliées ces cinq dernières années, jusqu'ici systématiquement démenties par le gouvernement israélien. En novembre, un documentaire diffusé sur la Télévision éducative israélienne leur donnait encore davantage de poids : il y était affirmé, sur la fois de nombreux témoignages, que des Ethiopiennes qui avaient émigré en Israël il y a huit ans avaient été contraintes de se voir injecter du Dépo-Provera, un contraceptif longue durée, si elles voulaient entrer sur le territoire.


Cette révélation vient d'être confirmée pour la première fois au quotidien israélienHaaretz (article payant) par une source gouvernementale israélienne. Une pratique qui pourrait expliquer la baisse de près de 50 % du taux de natalité de la communauté éthiopienne d'Israël au cours de la dernière décennie, explique le quotidien.

 

"Une histoire infâme"


Le Dépo-Provera, d'une durée d'action de trois mois, fait partie des progestatifs injectables, une méthode hormonale de contraception. Il ne s'utilise en général qu'en dernier recours, lorsqu'il n'est pas possible d'utiliser d'autres méthodes contraceptives, pour les femmes placées en institution ou souffrant de handicap par exemple. 57 % de ses usagers en Israël seraient éthiopiens, alors que cette communauté ne représente que 2 % de la population du pays.


Depuis les années 1980, près de 100 000 Falachas (ou Beta Israel) ont quitté l'Ethiopie en vertu de la loi du retour, votée en 1950, qui garantit à tout juif le droit d'émigrer en Israël. Mais la question de la judéité de ces "Juifs noirs" est régulièrement remise en question par certains rabbins et les franges les plus radicales de la population.


"Le Dépo-Provera a une histoire infâmeexplique Efrat Yardai, animatrice de groupe pour des femmes d'origine éthiopienne au sein de Achoti, une organisation israélienne féministe, dans une tribune publiée par Haaretz et traduite sur Mediapart.Selon un rapport de l'organisation Isha L’Isha, l’injection était pratiquée sur des femmes entre 1967 et 1978, au titre d’une expérience dans l’Etat de Géorgie aux Etats-Unis sur 13 000 femmes pauvres, dont la moitié était des femmes noires. La plupart d’entre elles n'avaient pas conscience que cette injection faisait partie d’une expérience faite sur leur corps. Certaines sont tombées malades et quelques-unes sont mêmes mortes au cours de l’expérience." Plus généralement, poursuit-elle, "les injections infligées aux femmes éthiopiennes font partie de l’attitude globale des Israéliens à l’égard de ce groupe d’immigrants."

 

Cette "attitude globale des Israéliens à l’égard de ce groupe d’immigrants." a un nom. cela s'appelle du racisme à l'état pur. 

 

En ce 30 janvier, si La Canaille a l'heur de rappeler à qui fait référence au 20ème siècle dans la pratique des stérilisations forcées, cela va faire une nouvelle vague de courriels incendiaires ?


Pour autant quelques soit leur nombre, cela parviendra-t-il à masquer l'ignominie des pratiques et la responsabilités devant la justice internationale de ceux qui organisèrent et acceptèrent de s'y prêter.

 



Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

RBOBA 30/01/2013 22:01


Effectivement, rappelez-vous l'information qui avait commencé à percer concernant les stérilisations (il ne s'agissait plus donc de contraception seule)  faites en douce  dans certains
pays, Etats-Unis d'Amérique, Pays Scandinaves jusqu'au début des années 1970;  information qui a été balayée aussi vite par la mort de Lady DI.  Rien d'étonnant donc à ce que cette
pratique ait lieu aussi en Israël, grand admirateur des Etats-Unis et tenant d'une sorte 'homme nouveau". Pour l'anecdote, le représentant d'Israël  à l'Eurovision est bien souvent de type
européen. Preuve s'il en était que être Juif signifie appartenir à la religion juive et non pas appartenir à un peuple qui était à compter au nombre des peuples de Mésopotamie. D'où la différence
de type, de cultures et de.........langues; cette dernière contraignant ceux qui désirent s'installer en Israël à apprendre l'Hébreu.