Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Brève de butoir : l'informatique les pépyvatisations de l'informatique SNCF

      http://2.bp.blogspot.com/_juKPFslG6o4/SPRkVk81riI/AAAAAAAAAAk/KdiuGBzfCvk/s320/concarneau+2.jpg

Ils ont appelé leur projet Ulysse il est vrai que la patron de l'entreprise publique est tellement sensible aux chants des sirènes libérales que c'est bien trouvé.


http://jeff123.typepad.fr/.a/6a00d83451fa7169e2012876f4f104970c-800widéjà le regard enamouré des rives du profit roi.

D'autant que ce sont ceux qui rament à qui ont veut boucher les oreilles pour qu'il n'aient pas la connaissance des projets.Pas de chance, les cheminots refusent d'être sourd ou assourdi par les stridences patronales de l'avenue du commandant Mouchotte.

 

 


Communiqué Commun Cgt Unsa Sud Rail CFDT

 

 

Cette table ronde fait suite aux mobilisations des informaticiens de la SNCF, notamment à la journée sans informaticien du 1er avril et au rassemblement national du 26 mai 2010. Les Organisations Syndicales attendaient qu’à l’issue de cette rencontre le projet de co-entreprise avec IBM soit remis en cause. L’objectif est de réévaluer les systèmes d’information à la SNCF, la soustraitance, les charges à réinternaliser au sein de l’EPIC et les emplois nécessaires.

La Direction est rentrée dans le champ de l’accompagnement d’ULYSSE ne laissant aucune part au dialogue social ni sur la pertinence de ce projet, ni sur ses conséquences sur l’entreprise publique, les cheminots et les prestataires.

Depuis le début, la Direction manque de transparence cachant même aux cheminots le contenu et la finalité de cette co-entreprise. Suite au départ de M. BAUDY, le Directeur de Stratégie & Finance, M. AZEMA, a reconnu des délocalisations d’emplois offshores consécutifs à la contractualisation avec IBM.

Nous entrons dans une nouvelle phase avec M. ALBERTUS, directeur de la DSIT, qui souhaite associer les organisations syndicales à une modification par avenant du contrat passé avec IBM. Cette annonce est un signe de fébrilité de la Direction. Toutefois, pour mesurer les avancées incluses dans cet avenant, il est indispensable de connaître le contenu du contrat initial que la Direction n’a jamais dévoilé depuis la création de la co-entreprise.

Les Organisations Syndicales ont très clairement mis en avant la perte de confiance des cheminots envers les dirigeants de l’entreprise attestée par l’enquête CSA d’avril 2010 menée auprès des agents des DSI :

95% d’entre eux se déclarent opposés à la création de Noviaserv et 85% font preuve de défiance envers leur Direction. Les cheminots ont fait la démonstration par l’action et par le sondage CSA de leur opposition au projet ULYSSE, le Ministère de l’Economie et de Finances a émis des doutes sur sa pertinence. La Direction de la SNCF doit prendre en compte ces éléments et rompre avec la stratégie engagée.

Après deux suspensions de séance, il a été décidé d’interrompre cette réunion pour nous diriger vers une nouvelle table ronde ayant un contenu plus précis concernant le retour de charges informatiques à la SNCF et la réalisation des 200 recrutements annoncés pour absorber cette charge, l’avenir des DSI et des ASTI, le recrutement de cheminots à statut et l’ouverture de sessions de formation de TAD INF ouvertes à tous les agents sans distinction et notamment à ceux des services Télécoms et SEG.

La Direction accepte cette nouvelle réunion avant le 15 juillet 2010 alors qu’elle n’envisageait pas d’autre rencontre avant le mois d’octobre. Elle annonce le recrutement immédiat de 9 ATT TS ainsi qu’une étude sur la couverture de plus de 30 postes vacants particulièrement dans les ASTI, il y a urgence.

S’appuyant sur les exigences portées par les informaticiens des DSI et des ASTI, les Organisations Syndicales poursuivent dans l’unité la démarche engagée. Une lettre ouverte sera envoyée au Président PEPY pour le mettre face à ses responsabilités et exiger l’ouverture de réelles négociations prenant en compte la lucidité, le professionnalisme mais aussi la détermination des informaticiens de la SNCF.

Les Organisations Syndicales CGT, UNSA, SUD Rail et CFDT appellent les informaticiens à s’inscrire massivement dans l’action de grève et de manifestation du 24 juin 2010. Emploi, Salaires et ServicePublic constituent les piliers de notre régime de retraite solidaire par répartition.

Une nouvelle rencontre CGT, UNSA, SUD Rail et CFDT se tiendra dans les prochains jours au cours de laquelle nous définirons ensemble le prolongement de nos actions et mobilisations.

Paris, le 16 juin 2010

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article