Bon chien chasse de race (Louis XVIII à Calais)

Publié le 28 Juin 2012

 

http://www.politis.fr/local/cache-vignettes/L283xH299/affiche-anti-communisme-1be4e.jpg

quand le pouvoir reste dans le sillon.

 

 

Cette p@ge est certainement une de celles qui aura posé le plus d'hésitation à La Canaille avant de la mettre telle que construite ainsi en ligne.


C'est que la question n'est pas facile. Le raccourci est toujours simplificateur, mais le refus de voir le réel est tout autant coupable.


Or, les faits sont têtus. Ils convergent portent des choix. Ces choix construisent un politique.


Cette politique est-elle conforme aux attentes de ceux qui ont porté ceux qui la conduisent aux affaires ?


C'est en se posant ces questions, à partir de ses propres repères, ses colères et indignation que La Canaille a choisi de dire les choses ainsi. 

 

Si le ministre en cause se trouve vexé, qu'il s'exprime. Ces p@ges lui seront ouvertes. En attendant seuls les textes, déclarations, signatures et annonces publiques permettent de juger, et pour l'instant, ce n'est pas brillant.

 

Maintenant, à vous de juger :


Jean Ortiz vient de pointer dans l'Huma et un de ces dérapages dont la droite avait fait son quotidien mais qui ne semble pas avoir obtenu de corrrectif avec l'arrivée du nouveau ministre de l'Education Nationale. 

 

Pour les hispanisants, le sujet du bac 2012: 

 

12-06-28-bac-cuba.JPG


Le texte de J Ortiz :

 

Le sujet d’espagnol langue vivante 1, pour les candidats au baccalauréat des sections S et ES 2012, relève de la basse propagande et non de la pensée critique, du questionnement et de l’analyse ouverte, nécessaire...

Les impétrants doivent étudier un torchon tellement anti-cubain qu’il en est ridicule pour qui connaît l’île, mais qui bourrera le crâne de ceux qui doivent prétendument y « réfléchir ».

Peut-on réfléchir sur un tract du Front national?

Les réalités cubaines sont si complexes, si évolutives, qu’elles peuvent et doivent se prêter à approches plurielles, à confrontations fondées, contextualisés…

Bienvenus le doute, la critique, la démarche rigoureuse, sourcée, bienvenue l’approche scientifique, en empathie ou hostile...

Mais pas le torchon.

Les candidats auraient pu réfléchir sur des auteurs cubains critiques ou « révolutionnaires » talentueux, dont il restera la qualité de l’écriture et souvent du questionnement: Reynaldo Arenas, par exemple, violent, mais grand écrivain, pamphlétaire, sans parler du foisonnement passé et actuel de romanciers et poètes cubains de qualité.

Les maîtres : Alejo Carpentier, Nicolas Guillen, Cabrera Infante, Lezama Lima... et les générations d’aujourd’hui: Miguel Barnet, Leonardo Padura, qui mériterait d’être nobélisé un jour, Anton Arrufat, Nancy Morejon, Abilio Estévez, Ena Lucia Portela, Reinaldo Montero, Julio Travieso, Alexis Diaz Pimienta...

Aucun n’avait ou n’a le doigt sur la couture du pantalon.

Mais aller chercher un médiocre auteur espagnol, en visite touristique dans l’enfer dictatorial cubain, où le Muchacho de Camagüey (titre du texte), crèverait de faim et terminerait en prison, cela relève de la crapulerie intellectuelle, de la guerre idéologique, du cliché politicien usé, de la pensée unique.

Cuba n’est ni le paradis socialiste, ni le goulag tropical. Mais son peuple, sa révolution, ses acquis, ses erreurs, ses manques, et son histoire de luttes pour l’indépendance, la dignité, la souveraineté, la justice sociale, méritent une vraie réflexion. Pas ce galimatias sassé et ressassé par la plupart des médias et, malheureusement, la plupart des intellectuels et enseignants français, aux ordres, parfois même sans s’en rendre compte.

Ce n’est pas à Cuba mais en France qu’un peuple a rejeté par référendum un traité constitutionnel qu’on lui a finalement imposé.

Ce n’est pas à Cuba que la liberté médiatique relève de marchands d’armes, de canons, d’avions de combat, de milliardaires du bâtiment et des travaux publics...

C'est l'Espahne de l'auteur du torchon qui possède le seul parc thématique fasciste Diu monde, le Valle de los Caidos, où est enterré le dictateur franco (mausolée franquiste entretenus aux frais des contribuables)

L’auteur ou les auteurs du choix de ce sujet poubelle devraient avoir le courage de nous expliquer ce qui a motivé un choix si caricatural, mensonger, dénigrant, si peu conforme à la réalité cubaine, si contraire à notre esprit de la Renaissance, des Lumières, des philosophes, de la Révolution française... de notre école laïque et républicaine.

Oui au pluralisme, à l’approche critique, plurielle...

NON à l’embrigadement, à la propagande libérale au sein du service public d’éducation nationale.

Jean Ortiz

 

C'est là que La canaille s'interroge : Faut-il en faire une pendule?

Oui. Pour ce qui précède ; et pour ce qui suit: 


Peut-être que cela explique les dérapages des sujets d'espagnol en langue vivante au Bac 2012 , dérapages qui a conduit la représentation diplomatique cubaine à un communiqué de protestation.


Quand Vincent Peillon votait pour la criminalisation du communisme !

images-copie-4.jpeg
Quand Monsieur Peillon
votait pour la
criminalisation
du communisme !

Le 23 septembre 2008, le Parlement Européen a voté une résolution scandaleuse instaurant, le 23 aout, une journée de commémoration pour les victimes du communisme et du nazisme. Cet acte, reposant sur un odieux amalgame historique, assimile les héros avec les criminels, les libérateurs avec les occupants, les combattants communistes avec les Fascistes qui les fusillèrent.

Qui oserait nier que les communistes furent, tout au long de leur histoire,les plus ardents combattants contre l’hitlérisme ? Qui oserait réfuter que des milliers d’entre eux furent massacrés pour avoir, en Allemagne comme en Espagne, en Italie comme en France, lutté contre le nazisme ? Qui oserait oublier que les peuples d’Union Soviétique payèrent de leur sang la libération de l’Europe ?


Certains l’osent pourtant, tel Göran LINDBLAD, auteur du rapport remis au Conseil de l’Europe, celui là même qui, le 3 juin 2004 à Riga, avait honoré le mémorial aux SS lettons qui exterminèrent 90 000 juifs dans le sinistre camp de Salaspils !!!


Mesdames et Messieurs les députés européens, Vincent Peillon et Catherine Trautmann (PS), Bruno Gollnisch et Carl Lang (FN), Jacques Toubon et Nicole Fontaine (UMP), Alain Lipietz et Daniel Cohn-Bendit (Verts), cela ne vous dérange guère d’approuver conjointement ce même texte qui salit la mémoire de ceux tombés pour vaincre le fascisme !!!

 

http://1.bp.blogspot.com/_VsNSi_tHDW4/SwwiweFZ68I/AAAAAAAAFcg/qhjs-pLBFYA/s1600/2512b.jpg


Aujourd’hui, à l’heure du 20e anniversaire de la chute du mur, les tenants du capitalisme en crise attisent l’anti-communisme dans tous les grands médias. Leur but n’est nullement de permettre une discussion sereine sur le bilan historique de la première expérience socialiste de l’histoire, née de la Révolution d’Octobre. Leur but est de criminaliser le communisme, son histoire, ses organisations, ses idéaux d’avenir, pour priver d’espoir et de perspectives politiques les travailleurs et la jeunesse en lutte contre un système capitaliste de plus en plus destructeur et inhumain.


Il s’agit aussi partout de justifier la remise en cause des conquêtes sociales issues de la victoire sur le nazisme en 1945 et de « conjurer » la peur des capitalistes de l’époque, de voir triompher la politique mise en œuvre par Sarkozy en France qui détruit les acquis sociaux portés par le Conseil National de la Résistance en cassant la sécu, les retraites par répartition, les services publics, le secteur public industriel, le CNRS, les statuts et les conventions collectives.


La criminalisation du communisme accompagne donc le recul de civilisation auquel nous sommes confrontés et vise à empêcher l’émergence des aspirations populaires et révolutionnaires. Elle prépare l’opinion à une répression accrue dans toute l’Union Européenne contre le mouvement ouvrier et démocratique. C’est pourquoi nous appelons la jeunesse lycéenne étudiante et travailleuse à s’opposer à la campagne de criminalisation du communisme et de la réhabilitation du fascisme !


C’est pourquoi, ne pliant pas face à elle, dénonçant le capitalisme nous réaffirmons que le socialisme reste l’avenir de l’Humanité !

 

 

http://www.histoire-image.org/photo/zoom/sum01_barriere_001f.jpg

 

Alors, la colère de La Canaille ? Coup de canicule sur la callebasse ou vrai problème ?

Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #Coup de gueule

Repost0
Commenter cet article